Ajoutez ce site comme page de démarrage

« GRAND CITOYEN ET GRAND PEINTRE »

Un Roger qui ramène un Rolland

Monsieur Roger Carette  et madame Anne Bolduc, présidente du Comité culturel et patrimonial posent devant «Le retour des trappeurs».

Monsieur Roger Carette et madame Anne Bolduc, présidente du Comité culturel et patrimonial posent devant «Le retour des trappeurs».

Par un chaud vendredi soir de ce bel automne qui commence, le Comité Culturel et Patrimonial de Beauceville (CCPB) reçoit à la bibliothèque Madeleine-Doyon un invité, pour qui plusieurs auront de bons mots. On procédait en ce 27 septembre au dévoilement d’une toile de Rolland Drouin et de 12 lithographies données par monsieur Roger Carette à l’organisme beaucevillois.

Le maire, Luc Provençal, a apprécié la « gentillesse de monsieur Carette de nous redonner une partie de notre héritage » tout en rappelant que Roger Carette a été « le maître à penser de la collection Héritage de la Beauce Etchemins. Vous pouvez y trouver une courte biographie de Rolland Drouin http://collection-heritage.csbe.qc.ca/oeuvre.htm  Anne Bolduc, a remercié « un grand citoyen de Saint-Georges qui nous remet un don inestimable ».

Un don qui vaut beaucoup

La toile s’appelle « Le retour des trappeurs » et a été dévoilée à la toute fin de la cérémonie, dans une pièce de la bibliothèque, entourée des 12 petites lithographies.

 L’aquarelliste beaucevilloise Gaétane Boucher remet le livre, Beauceville 1re ‟Ville”  en Beauce 1904-2004 à Roger Carette, une brique de 750 pages d’un collectif.

L’aquarelliste beaucevilloise Gaétane Boucher remet le livre, Beauceville 1re ‟Ville”  en Beauce 1904-2004 à Roger Carette, une brique de 750 pages d’un collectif.

Monsieur Carette a révélé que la toile était un cadeau souvenir quand il a quitté la présidence du Cégep Beauce-Appalaches, à la conception et réalisation duquel il a travaillé avec vigueur.

Pourquoi donc s’en séparer et le donner à Beauceville ?

La toile

« Dans mon livre à moi », explique monsieur Carette, « Rolland Drouin fait partie de Beauceville, c’est un homme de patrimoine, comme sont en train de le devenir madame [Gaétane] Boucher à l’aquarelle et [Hugues] Voyer. C’est un tissu historique que vous devez conserver ». Il est donc normal qu’il revienne à Beauceville.

« Rolland Drouin attachait [beaucoup] d’importance à la véritable culture beauceronne, solidarité, créativité, etc. La culture est l’ensemble des vraies valeurs d’une communauté », et c’est ce que Rolland Drouin transmettait, tout comme le font les deux peintres susnommés.

Autre raison. Dans sa carrière de directeur général à la commission scolaire, monsieur Carette aurait beaucoup apprécié la collaboration de présidents de la commission scolaire qui auraient « donné des coups de main extraordinaires » pour le développement.

Roger Carette  n’est pas homme à parler à travers son chapeau. C’est une fleur à Beauceville quand il affirme que certains de « vos hommes d’affaires font des charités pas signées. C’est un peu rare, » lance-t-il . Boukar Diouf parle de son grand-père; parlant de certains hommes d’affaires, Roger Carette rappelle sa grand-mère qui disait « quand tu signes ta charité, ce n’est plus de la charité, c’est de la publicité ».

La photo ne rend pas vraiment le tableau, mais vous pouvez quand même facilement entrer dedans, vous asseoir sur la grosse roche, et regarder passer les trappeurs.

La photo ne rend pas vraiment le tableau à sa juste valeur, mais vous pouvez quand même facilement entrer dedans, vous asseoir sur la grosse roche, et regarder passer les trappeurs.

Les 12 lithographies

Il y a un fil conducteur entre les lithographies, elles illustrent des traditions québécoises et beauceronnes porteuses de valeurs fondamentales. Il y aura un texte expliquant qui était Rolland Drouin, assure monsieur Carette.

Il est important que ceux qui visitent la bibliothèque, enfants et adultes, en apprennent au moins un peu sur ce peintre beauceron autodidacte, qui fut membre de l’International Art Guild, de la Société des Artistes Professionnels du Québec, de la Société des Artistes en Art visuel du Québec et en plus, en 1965, membre fondateur de la Société canadienne des artistes-peintres, dont il a été le vice-président.

Les oeuvres sont belles, il faut les voir, les regarder, apprécier les détails, passer à une autre et revenir à la précédente. Les 12 miniatures datent de 1967 et ont pour titre « Scènes traditionnelles ».

Elles sont exposées à la bibliothèque Madeleine-Doyon de Beauceville, située à l’arrière de l’église, près de la polyvalente.

Une des 12 lithographies. On ne risque pas de se tromper beaucoup si on dit que le titre est : Les draveurs.

Une des 12 lithographies. On ne risque pas de se tromper beaucoup si on dit que le titre est : Les draveurs.

Allez voir « Le retour des trappeurs », on jurerait que c’est en trois dimensions.

 

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo