Ajoutez ce site comme page de démarrage

BERNIER, PÈRE ET FILS

Maxime Bernier, le digne fils de son père.

Maxime Bernier à Sainte-Marie, photographié à 16 h 26 par Rolland Bouffard lors de son passage. À ce moment, on ne faisait qu'espérer qu'il réussisse.

Maxime Bernier à Sainte-Marie, photographié lors de son passage devant la chapelle Sainte-Anne, à 16 h 26 par Rolland Bouffard. À ce moment, on ne faisait qu’espérer qu’il réussisse.

Autrefois, il y a bien longtemps il me semble, il y avait un certain Maurice Richard qui jouait au hockey de façon exceptionnelle. « C’est Richard qui s’avance, il est devant le but… » disait René Lecavalier. Plus tard, son frère Henri, qui jouait au centre, a rejoint l’équipe. On parlait alors du jeune Richard. Aujourd’hui, pour faire une analogie amusante, on peut parler du jeune Bernier.

Il s’agit bien sûr de Maxime Bernier qui a pris la suite non de son frère, mais de son père. On ne parle pas de hockey mais de course. Les deux aiment la course, mais les générations sont terriblement différentes sur les moyens de déplacement.

Bernier père aimait les courses. Il était flamboyant, arborant même une auto décapotable de couleur « lilas » ou approchant, dans les années soixante ou soixante-dix. Un homme charmeur et charmant qui aimait le public et adorait être dans son oeil. Et c’était réciproque.

Comme écrivait l’ami Rolland Bouffard, « l’intérêt pour la course semble être un gène familial chez les Bernier ».

Le célèbre Baptiste Béland accueille dans son sulky une vedette de l’heure, Gilles Bernier, animateur au poste de radio CKRB. Personne à cette époque, lui-même inclus, ne se doute qu’il deviendra député fédéral du comté de Beauce, et que son fils...

Le célèbre Baptiste Béland accueille dans son sulky une vedette de l’heure, Gilles Bernier, animateur au poste de radio CKRB. Personne à cette époque, lui-même inclus, ne se doute qu’il deviendra député fédéral du comté de Beauce, et que son fils… Photo : La Vallée de la Chaudière il y a bien longtemps. Recherche Daniel Carrier et Rolland Bouffard; photo : Société du patrimoine des Beaucerons.

Le concept Bernier père de la course

Cependant, il faut admettre que Gilles Bernier avait une conception plus relaxante de la course. Le 28 août 1960, il avait 26 ans à l’époque, on le retrouve sur une photo lors des courses de Beauce à l’O.T.J. de Vallée-Jonction, dans un sulky tiré par nul autre que Baptiste Béland. Relaxant comme course. Voyons le fils.

La course de 2013

Parti un peu au sud du Camping des 2 Rivières, près de Saint-Ludger, Maxime a fait 106 kilomètres jusqu’au Parc du centenaire à Saint-Bernard. On disait 100 km. En fait, pour se rendre au Centre Paroissial, c’est 106 km. Quand tu as fait 100 km à la course dans une journée, il me semble que les 6 derniers, tu pourrais t’en passer, mais il a réussi.

Au-delà de toute politique, nous tenons à féliciter le député fédéral de Beauce Maxime Bernier pour sa performance. Il a amassé le triple de pesos prévus pour Moisson Beauce.

Pendant que je taillais ma haie de cèdres, un confrère a pondu ceci, qui pourrait vous intéresser :

http://www.enbeauce.com/actualites/societe/103733/maxime-bernier-amasse-plus-de-153-000$-pour-moisson-beauce

 

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo