Ajoutez ce site comme page de démarrage

Quand la Société lyrique reçoit…

Par: Joffre Grondin

La Société lyrique recevait, et c’était une grosse réception. Deux cent personnes, ça remplit un choeur.

On peut dire qu’elle sait recevoir. Pour sa 25e année d’existence dans la création d’ambiances musicales inspirantes, la Société lyrique de la Beauce accueillait quatre chorales de la région, pour un concert commun mémorable. Un seul concert le samedi 16 décembre 2016. 

Le bonhomme hiver, qui souffle froidure et humidité, était arrivé pendant la semaine, mais s’est fait claquer la porte de l’église au nez. Même lui voulait entendre le grand choeur qui a littéralement ravi l’audience. Deux cents choristes, non seulement ça emplit le choeur, mais ça emplit les oreilles et le coeur.

Les 80 choristes de la Société lyrique ont été à la hauteur… d’eux-mêmes

Envol !

Il y a une partie de l’être humain, cachée quelque part en lui, qui, à un moment donné, sent le besoin de s’élever ne serait-ce que momentanément hors de la matière, pour y revenir bien sûr. C’est cette opportunité que, peut-être inconsciemment, avait choisi la foule qui emplissait l’église jusqu’aux jubés. Une soirée où l’âme, portée par les harmonies, s’élève et semble flotter dans la nef, bercée par la beauté.

Les corps ont alors l’oeil songeur, une esquisse de sourire, des mouvements de tête, une respiration qui parfois oublie sa régularité ; et quand l’envol est terminé, les mains applaudissent instinctivement, fêtant à la fois l’envol et l’atterrissage en douceur.

Atterrissage !

Divisé en deux parties, soit chaque chorale offrait une prestation qui menait, en crescendo, au choeur formé par les cinq groupes en deuxième partie.

Josée Tardif s’était trouvé un tourneur de pages compétent, Vincent Quirion.

Les groupes ont évidemment un parcours et un style différent, résultant en un agréable mélange.

Les Voix Liées de Lac-Mégantic ont ouvert le bal, suivies de Choeur en Fête de Saint-Prosper, dirigées par Hélène Ouellet, puis, l’Écho du Lac de Lac Etchemin, avec Dominique Gagnon. L’Écho Beauceron de Saint-Georges terminait la première partie avec un très bel arrangement de Noël à Jérusalem, créé par Enrico Macias, mettant en vedette 4 solistes ; sous la direction de Johanne Bolduc.

L’Écho Beauceron, dans son interprétation de Noël à Jérusalem.

Johanne Bolduc, dirige l’Écho Beauceron

Le grand choeur

À tout receveur tout honneur, la Société lyrique, avec ses 80 membres, décollait la deuxième partie. Sans dénigrer ou négliger les basses, ténors et altos, on note une fois de plus la qualité des sopranos de la Société. Assez pour donner des petits frissons.

On se demandait un peu où allait loger les 120 autres personnes ensuite.

Il y en avait partout finalement. Deux cent chanteuses et chanteurs qui avaient trouvé une place grâce à l’efficace logistique des jumelles Lyne et Martine Gilbert.

Avec 200 voix, il est plus que bienvenu d’avoir plus que l’indispensable piano, lire Josée Tardif. Histoire de donner de l’ampleur nécessaire, le Quintette de cuivres de Québec était présent, complété par Yves Bélanger aux percussions.

Au tuba, Stephan Dubé; au trombone, Stéphane Boulanger; au cor  André Villeneuve. Dany Lachapelle et Jean Robitaille assuraient les trompettes.

Le Quintette de cuivre de Québec a rehaussé, comme à l’habitude, la qualité des interprétations.

Les chefs de choeur se sont succédés tour à tour pour les 8 pièces communes.

C’était-y bon?

Disons simplement qu’après les huit pièces et beaucoup d’applaudissements debout, le choeur a offert un rappel. Voilà l’intéressante petite anecdote qui s’en vient.

À chaque concert, quelque bon qu’il fut, il se trouve toujours quelques personnes qui partent avant le rappel. On présume que c’est pour éviter le trafic, envie de pipi, prise de médicament, limiter les frais de gardienne, « on le sait-y ! » Le fait est qu’ils veulent sortir.

Cette fois, avec le début de Minuit chrétiens, ils se sont englués près des portes jusqu’à la fin.

Ça, messieurs, dames, ça veut dire que c’était vraiment bon.

Une animation superbe, imbriquée dans le spectacle, qui lui donne une saveur distinctive. Grands bravos à vous madame Suzanne Bougie.

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo