Ajoutez ce site comme page de démarrage

La FADOQ Saint-Georges à la cabane

Par: Joffre Grondin

La grande salle. On dirait qu’ils sont tassés comme des sardines, mais en fait, il y a de la place pour circuler.

La grande salle. On dirait qu’ils sont tassés comme des sardines, mais en fait, il y a de la place pour circuler.

Plus de 150 membres de la Fadoq St-Georges s’étaient donné rendez-vous à la cabane à sucre Busque à Saint-Benoît le 18 mars. La pente pour y accéder était un peu intimidante, mais apparemment très facilement accessible, car les stationnements étaient tous occupés. Tout juste s’il n’y avait pas d’autos dans les arbres. 

Il y a quand même eu un mini accrochage. Mini mini mini. Un peu de piment dans le quotidien, dit-on, quand ce n’est pas à nous que ça arrive.

Si vous étiez un peu loin de la Cabane, il vous fallait subir un vent froid et insistant, qui avait quand même la bonté de vous pousser en direction de la cabane, et ne vous lâchait — bonheur — qu’après avoir fermé la porte. Et c’est là qu’on entrait dans la bulle douillette qui sentait bon, une sorte de bulle du partage du moment présent où même ceux qui étaient un peu stressés en arrivant, souriaient et relaxaient, ou vice-versa.

Le président Yves Caron s’occupe de l’animation ; à droite une vue très réaliste de la Sucrerie Busque.

Le président Yves Caron s’occupe de l’animation ; à droite une vue très réaliste de la Sucrerie Busque.

Et pourtant !

On peut vraiment dire et pourtant ? Car, et pourtant, pourquoi ont-ils l’air si bien? Ce n’est vraiment pas leur première fois à la cabane. Ce n’est pas non plus une nouveauté, mais une occasion, de… placoter, parler, allons-y pour fraterniser quoi ; on pourrait même dire échanger relax. L’air aussi heureux que si c’était la première fois, des vrais vieux enfants.

Il y avait tellement de monde que la salle principale a débordé dans la deuxième salle. « On est chanceux, y fait moins chaud » a lancé un voisin avec une grande justesse.

Remarque en entrant. Frappant ! Avec tout ce monde, le niveau de bruit reflétait l’état des gens présents, c’est-à-dire, heureux, mais calmes. Pas d’éclats de voix, de cris, de clameurs ou d’énervement. À en faire regretter de ne pas avoir été là !

Des tous petits cadeaux qui sont tirés, qui font quand même plaisir.

Des tous petits cadeaux qui sont tirés, qui font quand même plaisir.

On mange…

Parler de cabane à sucre, c’est parler de la qualité de ce qu’on y mange. « De père en fils depuis maintenant 35 ans, la cabane à sucre Sucrerie Busque est renommée pour l’excellente qualité de sa nourriture et pour son ambiance familiale exceptionnelle », peut-on lire sur la publicité de la Sucrerie Busque. Tout à fait exact. Faut-il en dire plus.

Si jamais vous y allez, ne manquez pas d’aller voir les trois virtuoses à l’œuvre au bar à crêpes.

La crêpe est plus rapide que l’oeil !

La crêpe est plus rapide que l’oeil !

et on danse 

Après s’être bourré, plus précis que nourri, parce que dans ce contexte, c’est beaucoup plus plaisant que d’habitude de manger.

Le moment arrive donc où les tables disparaissent par magie bien planifiée, et les danseurs se préparent à danser.

Il y a une certaine dose d’humour dans le processus parce qu’il y a les danseurs bien sûr, mais aussi l’autre moitié, je dirais, pour qui il n’est absolument pas question de faire autre chose que regarder. Aller sur la piste de danse, oubliez ça.

Conséquence, tout le monde est parfaitement heureux, certains aiment danser et les autres aiment parler en regardant danser.

Ne cherchez pas la recette du bonheur, sachez en identifier les ingrédients. Aller à la cabane avec la Fadoq en est un.

Il y a place à l’humour également. Soulignons que côté consommation, on est loin de la beuverie.

Il y a place à l’humour également. Soulignons que côté consommation, on est loin de la beuverie.

Pas compliqué.

L’âge d’or qui disaient

Il y a des activités pour tous les goûts dans la Fadoq, c’est ce qui fait sa force. N’oublions pas la petite phrase que le président Yves Caron répète régulièrement en parlant d’une des missions fondamentales du mouvement « briser l’isolement ».

Si vous avez une personne dans votre entourage qui semble un peu isolée et qui ne connait pas trop la Fadoq, ou qui méconnait peut-être le mouvement, parlez-lui de la diversité Fadoq et de son ambiance : de la chorale au golf, avec tout le reste.

On ne sait jamais, vous pouvez faire un heureux ou une heureuse de plus.

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo