Ajoutez ce site comme page de démarrage

CONCEPT UNIQUE EN BEAUCE

Le Saint-Guillaume : plus qu’un agrandissement

Par: Joffre Grondin

La coupe du traditionnel ruban a eu lieu en face des portes de La Maisonnée, une partie du nouveau Saint-Guillaume. Sur la photo: Le ministre Bernier, Dany Vachon d.g. adjointe aux soins, Serge Poulin, propriétaire, Bertrand Tanguay, surintendant des travaux et le maire de Saint-Georges François Fecteau

Après deux ans de planification incluant plusieurs mois de travaux de construction et de rénovations majeures, Serge Poulin, propriétaire du Saint-Guillaume, était vraiment heureux d’annoncer l’ouverture officielle de son complexe résidentiel axé santé. Un nouveau concept permettra de ne pas séparer les couples, dont l’un des membres est en perte de capacité cognitive, un concept unique en Beauce.

Le changement a été en profondeur. Même le nom (Le Georgesdor) a été changé pour Le Saint-Guillaume. Le propriétaire, Serge Poulin confie que c’est en souvenir de son fils, décédé tragiquement dans un accident d’automobile à l’âge de 7 ans.

Serge Poulin informe qu’un total de huit millions de dollars d’investissement a été nécessaire pour non seulement agrandir, mais refaire la décoration, les cuisines, la salle à manger des premières installations, en plus de la construction des 50 000 pieds carrés de surface habitable comprenant 50 logements modernes pour retraités actifs, autonomes et semi-autonomes de ce complexe situé sur le boulevard Dionne à Saint-Georges, côté ouest.

Aux 135 unités existantes, des 1 1/2 et 2 1/2, s’ajoutent maintenant 36  unités de 3 1/2 et 4 1/2. Favorisant la mixité des clientèles à l’intérieur de ses murs, le Saint-Guillaume offre une diversité impressionnante de services et de soins qui savent s’adapter aux réalités de chacun.

De plus, « douze employés permanents et additionnels s’ajoutent », spécifie monsieur Poulin, ce qui, en ces temps difficiles pour l’économie, est loin d’être négligeable. Environ 45 personnes contribuent à la qualité de vie des résidants du complexe.

La Maisonnée est autonome. Les chambres sont autour du quadrilatère et les services au centre. On voit ici la salle à manger, très spacieuse. En entrant, on remarque immédiatement la palette de couleurs choisie dans des teintes douces et relaxantes, mais variées.

« La Maisonnée »

Un retraité actif choisissant de s’établir au Saint-Guillaume n’aura pas à quitter l’établissement si son état de santé requiert davantage de soins. Advenant une perte importante de capacités cognitives, les clients pourront aménager, en toute quiétude, sans perdre leurs repères, à « La Maisonnée », une aile spécialisée à l’intérieur de l’établissement.

C’est comme une résidence complètement autonome à l’intérieur de la résidence, de la salle à manger à la buanderie et au bain hydraulique. Deux éducatrices spécialisées font partie du personnel. L’idée de départ était d’éviter des déménagements répétitifs aux aînés dont l’état de santé peut un jour se détériorer et de créer un sentiment d’appartenance.

Que la clientèle se sente chez elle est particulièrement important pour les personnes souffrant de troubles cognitifs. Ces personnes sont à l’aise dans un environnement familier et sécurisant.

Ne pas séparer les couples

Cette aile spécialisée permet aux conjoints de vie d’habiter sous le même toit malgré des états de santé différents. Un des conjoints pourrait, par exemple, rester à La Maisonnée, tandis que l’autre louerait un appartement dans la section pour retraités actifs. Ils peuvent se rendre visite sans restrictions sans inquiétude.

Le curé, Laval Bolduc (à droite), après avoir mentionné que ne pas séparer les couples allait dans le sens de l’Église et observé avec justesse qu’il ne fallait pas oublier les besoins spirituels des personnes âgées,  a béni les résidants et les travailleurs du complexe, mais a rajouté une pointe d’humour en bénissant Serge Poulin pour « ne pas lâcher ».

« La Maisonnée » peut recevoir 21 personnes dans 13 appartements meublés et décorés avec goût et variété. « On ne voulait surtout pas que ça ressemble à un hôpital » insiste Dany Vachon, directrice générale adjointe aux soins. Comme les photos le démontrent, c’est réussi.

Il y a possibilité d’occupation double pour budgets plus modestes. « On va manquer de places rapidement », affirme le propriétaire.

Pour résider au Saint-Guillaume, il en coûte entre 795 $ et 2 500 $ par mois. Pour plus de précision, il s’agit de communiquer avec la direction au 418 227-3311. Vous pouvez visiter leur site web au www.lesaintguillaume.com

Le Saint-Guillaume : impressionnant

Le futur

Le Saint-Guillaume vient à peine d’être inauguré, que Serge Poulin se tourne déjà vers l’avenir. Tout en remerciant le comité d’urbanisme pour le changement de zonage qui a permis l’expansion actuelle, il révèle avoir déjà fait l’acquisition d’autres terrains adjacents qui totalisent 70 000 pieds carrés et qui pourront accueillir 150 autres unités.

« Ce ne sera pas l’an prochain ou dans deux ans, mais les plans sont commencés », exulte déjà celui qui a de toute évidence l’entrepreneuriat dans le sang.

 

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo