Ajoutez ce site comme page de démarrage

DE RIO À CUMBERLAND

Des V.I.S.A.G.E.S. aux milieux humides.

Par: Joffre Grondin

La nature se regénère sans bruit. Ceux qui sont proche de la nature le savent.

Une délégation d’une cinquantaine de personnes se rend à Rio de Janeiro pour le Sommet des peuples en marge de Rio+20. Par la suite, environ 13 personnes ont voulu compenser pour leur empreinte de carbone, ce qui implique de replanter 11 arbres par personne pour compenser le CO2 Montréal Rio. Tout ça peut paraître très idéaliste, voire même irréaliste. Et en plus, quel est donc le rapport avec Cumberland?

On fait un détour

Le projet est de longue haleine, et le trajet du Québec à Rio et à Cumberland assez sinueux, mais n’allons pas trop vite et voyons le début de V.I.S.A.G.E.S. « Devenir une plateforme de diffusion pour ce qui se passe d’alternatif au Québec » voilà le but que c’est donné l’organisation V.I.S.A.G.E.S., qui est un acronyme pour des Visages Impliqués Solidairement dans des Alternatives de Gestion Écologique et Sociale.

Au coeur du projet, deux personnes: Marie-Eve Arbour et Simon Côté, qui ont identifié un besoin dans le monde rural : une valorisation nécessaire des initiatives de personnes engagées dans des processus alternatifs de développement dans les régions. Autrement dit, faire connaître ce qui se fait, mais qui est trop peu connu.

 Marie-Eve étant gagnante de la bourse Laure Waridel en 2011, une tournée de quatre mois à travers le Québec permet de présenter les premiers V.is.a.g.e.s., des reportages clairs sur ce que des personnes créatives font ça et là en province, de la maison en paille au jardin de l’Écoumène aux milieux humides de Cumberland, pour ne pas perdre le fil. Ne vous inquiétez pas, vous trouverez tous les détails sur leur site.

Après cette tournée, malgré des budgets réduits ensuite, ils n’allaient pas s’arrêter.

Dans le milieu écologiste, les annonces de millions à tous propos par des ministres ne sont pas la norme. Les budgets sont plus modestes ; c’est le réseautage qui est la norme, de mieux en mieux établie et en développement constant.

De Rio à Cumberland

C’est ce réseautage qui a permis d’entrer en contact avec les milieux humides de Cumberland et de venir y tourner un vidéo pour valoriser l’initiative et profiter de l’occasion pour replanter les 125 à 135 arbres à cet endroit pour balancer l’empreinte de carbone.

Simon Côté avoue, dans une interview téléphonique, avoir reçu 40 dollars, « pour le gaz, de justesse » pour le travail accompli bénévolement. « On n’en a pas d’argent », constate-t-il avec réalisme. Il parle évidemment de son domaine général d’activité.

Mais, il faut bien le dire

Le journal Le devoir annonçait dans la dernière semaine de juillet que le gouvernement Charest avait informé qu’au « cours des six dernières semaines, les libéraux ont procédé à des annonces de 445 millions ». C’est en dollars. Le dimanche 29 juillet, le ministre Yves Bolduc distribue 18,5 millions. Si on n’oublie pas que cette année notre gouvernement a dépensé 1,5 milliard de plus qu’il nous en a siphonné. Pour empiler sur les 250 milliards de dettes

Ce que ces visionnaires en action disent

Il faut graduellement que « monsieur et madame tout le monde se reconnaissent davantage progressivement dans les choses alternatives… que ça ne soit pas réservé à des hippies idéalistes perdus dans le fond d’un rang, mais que ça devienne normal de faire les choses autrement, de consommer autrement » confie Simon Côté.

«On veut montrer qu’un autre Québec est en marche. On veut montrer qu’il y a un paquet de gens, dont on a aucune idée qu’ils existent, et qui dans l’ombre sont porteurs d’espoir environnemental et qui font les choses à leur façon».

Dans chaque région, ils sont constamment référés à d’autres personnes de la région. Constatation évidente : il y a beaucoup de gens qui optent pour des solutions alternatives.

 Avenir prévisible : août 2012

Invités en tant que mentors à l’école d’été de l’Institut du Nouveau Monde, au côté de Laure Waridel et de leaders de développement durable, pour penser des projets avec un groupe 50 jeunes de 20 à 30 ans, pendant deux jours, pour les inspirer, les deux jeunes gens ont le vent dans les voiles.

Apprenez-en plus sur ces deux jeunes gens d’avenir :

http://www.visagesregionaux.org/spip.php?article59

St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo