Ajoutez ce site comme page de démarrage

ON PROCÉDERA À DES TESTS DE DÉPISTAGE

Présence de la bactérie ERV à l’Hôpital de Saint-Georges

La direction de l’hôpital de Saint-Georges  nous informe que l’éclosion d’ERV observée depuis janvier dernier prend de l’ampleur. En trois semaines, onze personnes ont été infectées à l’Hôpital de Saint-Georges, une situation que déplore la direction et qui justifie que l’on prenne les grands moyens pour assurer la protection des clients et limiter la propagation de cette bactérie qui résiste à plusieurs antibiotiques, dont la vancomycine. Cela rend donc plus difficile le traitement de différents types d’infection.

Il est à noter, cependant, qu’en général, cette bactérie ne cause pas d’infection chez une personne en bonne santé, mais, chez les personnes plus vulnérables, elle peut en causer.

On précise par ailleurs que plusieurs personnes hospitalisées devront subir des tests de dépistage.  Évidemment, toute personne infectée doit être placée en isolement et des mesures strictes doivent être respectées relativement à l’isolement ainsi qu’en termes d’hygiène et de salubrité.  « Les directives ont été répétées à l’ensemble du personnel de l’hôpital et chacun doit se responsabiliser à cet égard et ne pas hésiter à rappeler à l’ordre toute personne qui ferait preuve de négligence. Des mesures disciplinaires sont d’ailleurs prévues » a insisté madame Huguette Giroux, directrice générale du CSSSB.  La présidente du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CSSSB, Dre Martine Poulin ainsi que la directrice des soins infirmiers et de la qualité, madame Nicole Caron, lancent elles aussi un appel à la vigilance.

Prévenir

Déjà bien présente dans plusieurs hôpitaux du Québec, comme toute autre, cette bactérie mérite d’être prise au sérieux et les règles en vigueur doivent être respectées scrupuleusement par chacun, visiteur, médecin ou employé. L’ERV est transmis par contact direct ou indirect par des mains contaminées. Le moyen le plus efficace et le plus simple pour éviter la transmission de cette maladie nosocomiale demeure le lavage des mains par le client et l’ensemble du personnel soignant. En fait, les mesures spécifiques de prévention et de contrôle des infections qui s’appliquent pour l’ERV sont sensiblement les mêmes que pour le SARM ou le Clostridium difficile.

Ensemble contre l’ERV

Le CSSSB remercie la population pour sa compréhension et pour sa collaboration. L’éclosion sera considérée comme étant terminée lorsqu’aucun nouveau cas d’ERV n’aura été identifié lors de trois dépistages hebdomadaires successifs. Le CSSSB compte sur le soutien d’une équipe d’infectiologues ainsi que sur la collaboration de la direction de la Santé publique de Chaudière-Appalaches pour lutter contre l’ERV.

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo