Ajoutez ce site comme page de démarrage

Le gouvernement de la honte

Une bombe dans une garderie

Par: René d'Anjou

La nouvelle ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, débarque dans le dossier, avec ses gros sabots, en talons hauts.

Tout comme le gouvernement Charest, nous avons attendu plus de 90 jours avant de nous pencher sur un problème qui est devenu une bombe à retardement que l’équipe dynamique de Jean Charest et Michelle Courchesne s’apprête à lancer dans une garderie.

C’est presque honteux, pour ne pas employer des mots plus durs, de constater qu’un gouvernement s’apprête à employer la méthode forte, comme lors de la crise d’octobre, pour régler un problème qui aurait pu être débattu, honnêtement, entre personnes responsables,  par la négociation.

Nous nous rappelons que le gouvernement, à l’époque de la crise d’Oka, en 1990, négociait avec des contestataires armés et masqués. Le gouvernement était acculé au pied du mur, les contestataires étaient des adultes des premières nations et ils avaient des armes.

Aujourd’hui, les contestataires sont au secondaire, au Cégep ou à l’université et nous apprenons à les découvrir, à constater que ce sont nos futurs politiciens et qu’ils sont beaucoup plus brillants que les Charest, Beauchamps, Bachand et Courchesne.

Depuis quelques années, nous étions déçus de voir grandir cette génération de « texto » avec les écouteurs dans les oreilles et qui semblaient vivre dans un monde à part. Non, ils sont éveillés, ils sont politisés, ils regardent vers l’avenir et ils se rappelleront du passé.

Bravo Monsieur Charest, vous êtes en train de clouer votre propre tombe et celle de votre parti et peut-être que notre député-ministre, M. Robert Dutil pourra songer à ressusciter le sien qu’il avait quitté, tout en douceur, pour réintégrer les rangs du Parti libéral pour y devenir ministre.

Sur quelle planète vivent nos politiciens qui clament haut et fort qu’ils sont élus par le peuple et qu’ils peuvent se permettre n’importe quoi ? Alors, s’ils ont été élus, le peuple se souviendra d’eux lors des prochaines élections.

Il ne faudrait pas que ces politiciens fassent en sorte que l’on imite ce qui s’est produit en Égypte ou en Syrie. La grogne est là elle, latente, susceptible d’éclater à tout moment, et, si nos élus ne sont pas masqués, ils ont les yeux bandés, car « le mode solution » du gouvernement Charest sent de plus en plus la révolte et la violence.

Oui, l’équipe de Jean Charest s’apprête à entrer dans une garderie avec ses gros canons, ses matraques et ses punitions démesurées pour bien démontrer à nos enfants qu’ils doivent rester tranquilles, sans bouger, à étudier, à écouter leurs bons politiciens et à payer pour leurs études.

Nous avons un gouvernement de la honte, un gouvernement qui brandit la peur et incite à la violence au lieu de s’asseoir avec les jeunes, notre relève, et discuter intelligemment avec eux. NON, comme des parents violents, qui emploient le bâton, voire même des armes de poings, envers leurs enfants, le gouvernement Charest joue au gros bras et il va devoir, un jour, en payer les conséquences.

Il est très difficile aujourd’hui, d’avoir du respect pour nos élus qui agissent en très mauvais parents.

J’ai honte… pour eux.

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo