Ajoutez ce site comme page de démarrage

À Saint-Jules, le 1er juillet 1981

Par: Rolland Bouffard

 Sur la route entre Saint-Jules et Saint-Victor. Photo : Rolland Bouffard

Sur la route entre Saint-Jules et Saint-Victor. Photo : Rolland Bouffard

Par : Rolland Bouffard, collaboration spéciale

Que s’est-il passé à Saint-Jules le 1er juillet 1981 ? Mon attention a été attirée par une série de croix en circulant sur la route entre Saint-Jules et Saint-Victor. J’ai photographié plusieurs croix à différents endroits, mais les croix de Saint-Jules ne passent pas inaperçues. 

J’ai déjà écrit un article sur les croix de chemin http://beaucemagazine.com/2014/09/27/les-croix-de-chemin/  ,j’indiquais aussi à ce moment qu’un article pourrait être fait sur les croix mortuaires que l’on voit sur le côté des routes, indiquant un décès suite à un accident de circulation.

Comme j’habitais la région d’Ottawa à cette époque, j’avais vaguement entendu parler de cet accident à Saint-Jules. J’ai interrogé des gens de la région, mais après plus de trente ans, leurs souvenirs ne rappelaient pas l’événement. En consultant les archives à la Société du patrimoine des Beaucerons  http://www.spbbeauce.ca/  ,j’ai trouvé un article d’Ivan Lamontagne dans le journal, La Vallée de la Chaudière du 8 juillet 1981.

Il titrait :

« Collision avec une charrette… Trois morts et un blessé grave. 

Un accident de la circulation pour le moins inusité, mais combien tragique est survenu mercredi dernier, sur la route reliant les municipalités de St-Jules et de St-Victor alors qu’une automobile est entrée en collision avec une calèche…

La tragédie est survenue, selon les informations obtenues, vers 21 h 50, sur le haut d’une côte. La calèche devenait d’autant plus difficile à apercevoir compte tenu de l’heure tardive à laquelle est survenu l’accident… »

Comme je l’indiquais, on retrouve fréquemment des croix mortuaires sur le bord des routes, et ce, en différents endroits. Voici quelques photos et les lieux.

Lima Pérou

En Amérique du Sud, on retrouve souvent ces croix accompagnées d’une niche dans laquelle on dépose soit des fleurs ou des objets, souvenirs, ayant appartenus au disparu. Photo : Rolland Bouffard

En Amérique du Sud, on retrouve souvent ces croix accompagnées d’une niche dans laquelle on dépose soit des fleurs ou des objets, souvenirs, ayant appartenus au disparu. Photo : Rolland Bouffard

Kincaid Saskatchewan

Le long de la route numéro 13 en Saskatchewan, cette croix érigée par des résidents de l’endroit pour rappeler le décès du curé Carignan de Ponteix, la paroisse voisine, suite à un accident de rencontre sur la route glacée. C’était le 26 décembre 2011. Photo : Rolland Bouffard

Le long de la route numéro 13 en Saskatchewan, cette croix érigée par des résidents de l’endroit pour rappeler le décès du curé Carignan de Ponteix, la paroisse voisine, suite à un accident de rencontre sur la route glacée. C’était le 26 décembre 2011. Photo : Rolland Bouffard

Drumheller Alberta

Sur la route des dinosaures, dans une pente, une croix accompagnée d’un bâton de gardien de but et un drapeau des Flames de Calgary.

Sur la route des dinosaures, dans une pente, une croix accompagnée d’un bâton de gardien de but et un drapeau des Flames de Calgary. Photo : Rolland Bouffard

Waswanipi

Cette croix sur la route 113 entre Chibougamau et Senneterre, après avoir traversé la communauté amérindienne de Waswanipi, près du village de Miquelon.

Cette croix sur la route 113 entre Chibougamau et Senneterre, après avoir traversé la communauté amérindienne de Waswanipi, près du village de Miquelon. Photo : Rolland Bouffard

Chapais

On ne peut pas oublier cet incendie survenu lors de la soirée du 31 décembre 1979 pour célébrer l’arrivée de la nouvelle année 1980. Après minuit, un participant pour faire une plaisanterie allume, avec un briquet, une décoration en branches de sapin dans l’entrée de la salle de réception. Le feu se propage à des guirlandes décoratives et embrase toute la pièce. Plusieurs personnes sont emprisonnées dans la salle, elles ne peuvent sortir.

Le rapport de la Direction générale de la prévention des incendies du ministère des Affaires municipales fait état de nombreuses irrégularités du côté de la sécurité des lieux.

Depuis cet incendie il n’est plus permis d’utiliser du sapin naturel pour des décorations dans les endroits publics, églises, salle communautaires ou autres.

À la fin des années 1970 début 1980, alors que j’habite Rouyn-Noranda, quelques mois après cet incendie, je me rends à Chapais par affaire. J’ai le souvenir qu’il ne restait que « la slab » le plancher de béton rappelant le lieu.

Lorsque que je repasse à cet endroit en mai 2011, le décor a changé et on y retrouve cette stèle et une plaque souvenir.

Ce monument est à l’endroit où était située la salle du Club Opémiska. Photo : Rolland Bouffard

Ce monument est à l’endroit où était située la salle du Club Opémiska. Photo : Rolland Bouffard

Une écriture à la mémoire. Photo : Rolland Bouffard

Une écriture à la mémoire. Photo : Rolland Bouffard

Le texte sur la plaque : En souvenir des 48 Chapaisiens et Chapaisiennes décédés ici dans l’incendie du 1er janvier 1980

Que tu sois ami ou simple passant, fais-leur l’obole d’une pensée sincère ou, si tu es croyant, d’une courte prière

CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo