Ajoutez ce site comme page de démarrage

Écohabitation : de formation à reforestation

L’équipe se prépare pour la plantation. On remarque, à droite, le président de l’APMHC, Jean Poulin.

L’équipe se prépare pour la plantation. On remarque, à droite, le président de l’APMHC, Jean Poulin.

Début juin,  l’Association pour la Protection des milieux humides de la Cumberland (APMHC) recevait la visite d’Arbre-Évolution qui a planté 505 arbres gratuitement dans la Réserve naturelle de la Cumberland. Avec une équipe de bénévoles, du mélèze, du cèdre, de l’érable rouge, du frêne rouge, de l’épinette blanche et du pin blanc ont été mis en terre dans la réserve de la Cumberland.

L’activité a pu se dérouler grâce à l’étroite collaboration de l’APMHC et de deux organismes : Écohabitation et Arbre-évolution.

Écohabitation, un organisme engagé pour la protection et l’amélioration de notre environnement. Elle offre des activités de promotion, de sensibilisation, de formation et d’accompagnement auprès du grand public, des intervenants du secteur de l’habitation et des décideurs politiques. Grâce à son engagement pour la protection et l’amélioration de l’environnement, Éco-Habitation a décidé de planter un arbre pour chaque inscription à ses formations durant une année. Mentionnons qu’il s’agit d’un organisme spécialisé dans la formation sur l’habitation saine et écologique. C’est vraiment plus un organisme axé sur la construction verte que sur la protection de l’environnement.

Arbre-Évolution, une organisation spécialisée dans le reboisement communautaire, était mandaté pour trouver un site de plantation et c’est la Réserve naturelle de la Cumberland, appartenant à l’APMHC, qui a été retenue.

La Réserve.

En plus d’offrir un sentier d’interprétation de la faune de 1,8 km ouvert au grand public du 25 juin au 1er avril, la Réserve naturelle de la Cumberland est également l’hôte de différents projets éducatifs et de recherches. Elle accueille des étudiants pour différents laboratoires sur le terrain et permet un accès gratuit à une nature de qualité.

Simon Côté, coordonnateur d’Arbre-Évolution

Simon Côté, coordonnateur d’Arbre-Évolution

La Réserve naturelle est l’endroit idéal pour effectuer des actions de reboisement et de conservation, puisque l’encadrement légal en vertu de la loi sur la conservation du patrimoine naturel garantit la pérennité des actions de restauration.

« Nous remercions Ecohabitation et Arbre-Évolution pour leur apport à l’atteinte de nos objectifs et nous souhaitons que la collaboration se poursuive entre nos trois organisations », souligne Jean Poulin, président de l’APMHC. Simon Côté, coordonnateur d’Arbre-Évolution, avance quant à lui que « le nombre d’arbres financés par Éco-Habitation sera probablement encore plus grand l’an prochain, car l’organisme augmente le nombre d’inscriptions à ses formations année après année ».

Bois Hamel de Saint-Éphrem entre en scène

Ce n’est pas, loin de là, le seul projet de Arbre-Évolution en Chaudière-Appalaches. Simon Côté nous informait qu’une subvention accordée par la compagnie Bois Hamel de Saint-Éphrem-de-Beauce a contribué à la mise en terre de près de 600 arbres à travers 3 projets distincts dans la région de Chaudière-Appalaches ce printemps.

Pour cette entreprise spécialisée dans la transformation et la mise en valeur du bois, supporter des initiatives de reforestation tout en faisant profiter des communautés est une façon logique et dynamique de « faire sa part ».

L'équipe de bénévoles en action

L’équipe de bénévoles en action

Nicolas Hamel, propriétaire de Bois Hamel explique. « Notre consommation d’arbres est grande, c’est évident ! Nous avons des infrastructures efficaces qui nous permettent d’optimiser au maximum la matière ligneuse que nous prélevons de la forêt. Pour nous, que des arbres soient remis en terre est essentiel et c’est pour cette raison que nous avons décidé de faire ce premier pas »

Les actions

Le 18 mai dernier, à la demande de l’Organisme de Bassin-Versant de la Côte-du-Sud et des Amis du parc de la Boyer, plus de 275 arbres ont été plantés gratuitement avec l’aide de plusieurs bénévoles en bordure de la rivière Boyer afin de prévenir l’accentuation de l’érosion des berges et d’augmenter la qualité de l’eau.

Grâce à l’effort de Nicolas Hamel et de son entreprise, 165 arbres ont aussi été plantés au Musée de la Mémoire Vivante de Saint-Jean-Port-Joli afin de recréer un arborétum forestier dédié à l’éducation du public. De plus, avec la collaboration de l’Association des Riverains du lac aux Abénaquis, 150 cèdres ont été mis en terre aux abords de la rivière Baillarger dans le secteur de Sainte-Aurélie afin de répondre à des problématiques d’érosion des sols.

En 4 ans, que de succès

Sur le terrain, coordination et réalisation ont été orchestrées par Arbre-Évolution, basée à L’Islet. Depuis bientôt 4 ans, cette organisation réussit à unir des entreprises comme Bois Hamel avec des entités citoyennes comme l’OBV Côte-du-Sud dans le but de réaliser des initiatives de reboisement déterminantes pour des collectivités.

« Cette façon de fonctionner est prometteuse », dit Simon Côté, coordonnateur d’Arbre-Évolution. Et qui sait ? Peut-être que votre communauté pourrait devenir l’hôte d’un projet de reboisement dès l’automne prochain ?

 Visitez le site d’Écohabitation :  http://www.ecohabitation.com/organisme

Arbre-Évolution est le programme maison de plantation d’arbres de Samuel et Dominique Pépin-Guay. Avec leur équipe, les deux frères compensent leur utilisation du bois en plantant des arbres pour des projets divers :  http://www.arbre-evolution.org

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo