Ajoutez ce site comme page de démarrage

Chants et chevaux au Grand Marché

Par: Joffre Grondin

Une petite foule, chanteurs et badauds s’étaient rassemblés au Grand Marché ce dimanche, autour d’un feu

Le début décembre nous a laissé une petite neige pour que personne n’oublie ce qui s’en vient. Un peu partout en ville, les stationnements des magasins à grande surface sont déjà pleins. On peut espérer que nos concitoyens ne se laisserons pas berner par une frénésie incontrôlée de surconsommation, mais découvriront des activités qui génèrent la joie tranquille et le calme, qui reposent et régénèrent, comme celles…

… ben oui, comme celles du Grand Marché ce dimanche après-midi du 2 décembre 2012, alors qu’une petite foule composée de voix féminines et masculines provenant de différents choeurs de la région, ainsi que plusieurs amateurs, conjoints, conjointes et simples spectateurs (que l’on pouvait quand même entendre fredonner) était assemblée autour d’un feu sur le stationnement en face du Grand Marché.

Ce serait Saint-Nicholas, un évêque, personnage historique. L’histoire s’en est inspirée pour inventer le Père Noël. Le vrai Saint-Nicholas n’était quand même pas si grand. Y aurait-il des échasses là-dessous?

La température était on ne peut plus clémente, ce qui n’a pas empêché la chorale improvisée de dériver à l’intérieur de temps à autre pour un petit breuvage chaud. Même le maire a chanté. Je l’ai vu, de mes yeux vu.

Comme il n’y avait pas encore assez de neige pour utiliser des traineaux et que malgré les recherches les rennes étaient restés introuvables, les enfants et les parents pouvaient profiter des tours de carrioles tirés par des chevaux, ce qui a semblé satisfaire tout le monde.

Oh! On reconnnaît du monde. Au premier plan, Johanne Bolduc qui dirigeait d’une main de velours; le trio sur la gauche est composé de Philippe Dallaire, Elphège Roy de la pomme, et de Luc Paré, qui jette un coup d’oeil attentif à la directrice. Complètement à droite, le maire chanteur, François Fecteau.

Pour les 15 %

Sur le chemin du retour, contraste épouvantable entre le grand calme des chants de Noël et la radio de Radio-Canada qui parle de la fin du monde. Alain Giguère, président de l’agence Crop, déboule des statistiques : 15 % des Québécois croiraient à la possibilité et le pourcentage est plus élevé au Canada anglais.Non mais! Ne pas perdre sa concentration. Garder les deux mains sur le volant, comme le frisé dont on entend plus parler.

Pas moyen de vérifier ces statistiques. Par contre, une émission récente de Découvertes déboulonne définitivement les mythes. On y apprend entre autres choses que les Mayas n’ont pas prédit la fin du monde, mais ils prévoient l’arrivée d’une divinité qui marquera la fin d’un cycle, et le début d’un autre, le 23 décembre 2012. Je vous gage que ça va être le Père Noël avec la fée des étoiles. J’ai donc hâte de la voir.

Une petite randonnée avec des chevaux sans vapeur pour le plaisir des petits. La petite fille à vêtement rouge est en train de se demander si les chevaux trouvent ça forçant de tirer tout le monde.

En attendant, il y a un certain pourcentage de la population qui aurait intérêt à regarder ça ici : http://www.radio-canada.ca/emissions/decouverte/2012-2013/Reportage.asp?idDoc=258819

N’attendez pas le 24 pour acheter vos cadeaux. Soyez généreux ; n’oubliez pas la faim du monde.

St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo