Ajoutez ce site comme page de démarrage

Vers une saga du gaz de schiste

Par: Joffre Grondin

On dit quelquefois « y’a rien là », pour dire que ce n’est pas important, ou essayer de faire accroire que la chose est marginale et n’a aucune chance. Dans le cas présent, quand on parle de gaz de schiste, il y a quelque chose là. On ne sait juste pas encore à quel degré se situe la chose dans l’évolution d’un problème, tel que statué  avec humour par Jean Dion du Devoir.

Aussi bien faire un rappel. Tout problème commence, à l’étape 1, par exister. Puis il devient un dérapage en 2 pour se muer en controverse en 3 et ensuite en polémique. Devenu un dossier en 5, il devient une affaire en 6 et un scandale en 7. En 8 est la saga. La chose originelle est devenue tellement complexe qu’il faut des livres et des livres qui ne font que la compliquer sans vraiment l’éclairer, mais qui peuvent parfois rapporter aux auteurs.

On peut affirmer que l’exploitation du gaz de schiste a vite été classée en problème lorsque certaines informations ont filtrés, révélant que dès 2006, avec la parution de la stratégie énergétique du Parti libéral du Québec L’énergie pour construire le Québec de demain. Des compagnies — Junex, Gastem, Pétrolia et Talisman Energy — y sont identifiées (pages 87 et 88) comme ayant annoncé « plusieurs investissements majeurs » dans le secteur du gaz naturel.

L’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), un lobby gazier, est formée en avril 2009. En octobre 2010 les livres du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) montrent que 12 entreprises ont 121 permis d’exploration, selon l’archaïque loi des mines datant de 1880, qui leur permet d’aller partout. Les permis couvrent 20,000 km2, à 93 % privés, dont les meilleures terres agricoles du Québec et ont été émis grâce à un registre de droits sur les hydrocarbures que le Ministère a établi en 2006, à la demande des libéraux.

Le prix : entre dix cents et 2,50 $ l’hectare par année. Restons calmes. Pensons à notre pression.

Le problème a dérapé lorsqu’il a été connu (par Questerre Energy) que chaque puits nécessitait 11,5 millions de litres d’eau, 30,000 litres d’additifs chimiques et 12,000 tonnes de sable. Les puits sont très profonds.

Attention la nappe phréatique, il y a 30,000 litres de produits chimiques qui arrivent.

Ça donne quoi ?

Si on se fie à la parole et aux photos de ceux qui ont de visu constaté les ravages opérés dans une quasi-impunité en Pennsylvanie, les compagnies ne s’attendaient au Québec qu’à des réactions flasques, comme partout ailleurs.

Suite au début d’organisation des régions, la controverse que le gouvernement actuel cherche à minimiser en disant qu’il « étudie » le problème ressemble fort au petit garçon qui répond oui oui oui à sa mère qui l’appelle pour aller au lit, mais qui ne bouge pas, en espérant qu’elle l’oublie.

Personne, au départ, n’était a priori contre l’exploitation du gaz de schiste. Ce qui était en cause était la façon de le faire. Plus l’information sort, plus il devient évident que l’industrie voulait faire de l’argent et au diable le reste. Évident pour certains, pas du tout évident pour d’autres.

En Beauce et à Saint-Georges

Dès le premier puits foré un peu en catimini à Saint-Gédéon, la municipalité a réagi. Les autres sont en train de suivre graduellement.

À Saint-Georges, la ville centre, une marche a eu lieu, mais aucune réunion publique. On attend un peut-être un rapport du gouvernement qui serait censé apporter toute la lumière sur le dossier. Avant de se prononcer et d’agir, on veut être sûr, mais par les temps qui courent, nos édiles semblent très préoccupés par la sûreté.

Le dossier se monte, et l’affaire est déjà un scandale. Pollution de l’air, pollution de la terre, et pire encore, pollution de l’eau, la base de la vie. La saga ne doit pas être loin.

On n’a pas fini d’en parler et c’est bien, si on ne veut pas être réduit à boire de l’eau brune qui sent le méthane.

Référence: Le scandale du gaz de schiste, Philippe-Vincent Foisy et Julien McEvoy, Partis pris actuels


CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo