Ajoutez ce site comme page de démarrage

CENTRE DE READAPTATION EN DEPENDANCE CHAUDIERE-APPALACHES

Le CRAT-CA change de nom

Le Centre de réadaptation en alcoolisme et toxicomanie de Chaudière-Appalaches (CRAT-CA) a pris la décision de changer de nom.  Désormais, l’établissement régional sera désigné sous le nom de Centre de réadaptation en dépendance Chaudière-Appalaches (CRDCA).  Cette décision vise à mieux traduire la mission de l’organisme et aussi par souci d’uniformité. D’ailleurs, tous les établissements publics du genre ont ou sont en voie d’officialiser semblable changement de dénomination.

Au CRDCA, la directrice générale, Huguette Giroux, a expliqué que la dépendance se présente sous différentes formes qui dépassent largement les abus de substances proprement dites, et qu’ainsi, nous devions adopter un nom évoquant plus clairement qui nous sommes, alors que l’on s’intéresse aussi notamment au jeu de hasard et à  la cyberdépendance.

Soulignons que le Centre de réadaptation en dépendance Chaudière-Appalaches (CRDCA) est un établissement public qui offre des services spécialisés d’évaluation et d’orientation, de désintoxication, de réadaptation en hébergement ou non, des traitements de substitution, des services de réinsertion sociale et professionnelle ainsi que du soutien à l’entourage de la personne aux prises avec une dépendance.

Le CRDCA constitue une référence incontournable en matière de services spécialisés de réadaptation pour les personnes aux prises avec des problèmes sévères d’abus et de dépendance à l’alcool, aux drogues ou au jeu. L’établissement travaille en collaboration avec nombre de partenaires, notamment les centres de santé et de services sociaux ainsi que des organismes communautaires.  Chaque année, ce sont près de 2000 personnes qui font appel à ses services. Près de 30 % de la clientèle a moins de 25 ans.

 À propos du logo

Le logo traduit visuellement les principales valeurs et idées clés associées aux centres de réadaptation en dépendance.  À un premier niveau, la masse de gauche représente une porte, point de rencontre et de partage; porte que l’on franchit pour venir chercher des services sans toutefois quitter son milieu de vie naturel.  Elle épouse également, à un second niveau, la forme d’une maison, où l’on vient trouver abri, refuge et assistance.  Enfin, à un troisième niveau, elle symbolise une zone d’ombre dans la vie de la personne dépendante qui, en obtenant de l’aide, pourrait retrouver la lumière.  La silhouette du personnage inscrit la personne au cœur même de l’intervention, celle-ci participant à sa réadaptation.  Son mouvement en est un d’envol, de conquête, de liberté.  Le choix du rouge et du gris complète cette dualité entre la zone d’ombre où se trouve la personne dépendante et la vivacité qui l’anime lors du processus de réadaptation.  Enfin, l’ensemble du symbole dégage une impression de stabilité, d’assurance et de confiance.

St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo