Ajoutez ce site comme page de démarrage

PIERRE VERREAULT

« Avec enchantement »

Par: Joffre Grondin

Pierre Verreault "un cadeau qu'on se fait".

Pour son 20e anniversaire, la Société Lyrique de la Nouvelle Beauce a décidé de frapper un grand coup. En collaboration avec le ténor Pierre Verreault et la chorale Les Voix liées de Lac-Mégantic, parait un album de Noël de facture professionnelle.

Bien sûr, la Société Lyrique a réalisé plusieurs enregistrements de ses concerts à travers les années, cependant c’est la toute première fois qu’elle se lance dans un projet où, comme l’a exprimé le directeur musical Vincent Quirion, « ils voulaient faire le meilleur qu’ils pouvaient, et ils l’ont fait ».

C’était, comme le confirme le directeur, un projet que la Société caressait depuis longtemps, mais les conditions ne semblaient pas vouloir se réunir. Et soudain… tout s’est mis en place. Le répertoire s’est mis en place « en 15 minutes » comme l’affirme Pierre Verreault.

Lors de l’enregistrement dans l’église de Saint-Martin, « Il y avait une bonne chimie » poursuit-il, mais, il ajoute qu’il aurait fallu être là pour comprendre. Il y a des ambiances qu’il est difficile de traduire en mots. Par contre, en écoutant le CD, c’est plus facile de comprendre ce que Pierre veut exprimer quand il dit que « c’est un cadeau qu’on se fait ».

Le directeur de la Société Lyrique Vincent Quirion

Le projet était donc en route avec « 6 musiciens ‘top shape’ et un directeur gonflé à bloc », peut-être à certains moments « un peu bouillonnant»  comme l’avoue Vincent Quirion. Les choristes ont oeuvré depuis mai 2011 pour apprendre toutes les partitions par coeur. Pourquoi ?

Petits détails généralement ignorés

Les micros extrêmement sensibles ne tolèrent pas le bruit de 100 choristes qui tournent une feuille, même très délicatement. Pire encore, monté sur des estrades, le moindre mouvement fait craquer le bois. Donc, ne pas bouger.  Écoutez le CD (après l’avoir acheté) et vous n’entendrez aucun craquement. Le président de la Société Lyrique, Gabriel Gosselin dit que les gens étaient « tellement immobiles, qu’il n’y avait aucun craquement ». Essayez pour voir.

Le répertoire

Quinze chansons de Noël presque toutes connues. Sainte nuit, Il est né, Jingle Bells, mais aussi au moins trois qu’on connait moins ou pas: Mille cherubini in coro (Milles chérubins en choeur, ou 1000 chérubins dans le carreau, je ne sais pas), Transeamus et Once Again, Its Christmas Time. Once Again, c’est le #8  Haubois, violon et piano sont délicatement entremêlés avec la voix du ténor. On appelle ça le crémage sur le gâteau. Ne manquez pas le gâteau !

La voix

Elle s’élance, elle flotte, elle se mêle, elle est forte, elle est douce, mais toujours fait partie du choeur, jamais elle ne s’en éloigne comme pour faire cavalier seul. Présente, en avant comme soliste se doit, mais jamais pour écraser. La maîtrise technique est tellement indiscutable, qu’on l’oublie presque, ce qui est le but finalement. On ne fait qu’écouter en se laissant bercer.

Arrangements d’orchestre

Vincent Quirion, a fait tous les arrangements. Ce n’est pas une mince affaire.  En utilisant des musiciens qu’il connait, dont certains sont avec la formation depuis 15 ans, il tire parti au maximum d’une petite formation, un quatuor à cordes, dont Philippe Amyot. Ce violoniste de grand talent, nom très connu des aficionados de musique classique en Beauce, est utilisé très habilement et efficacement.

L’indispensable hautbois, que dire de plus. L’oreille de tout le monde s’est habituée à entendre ce son spécial qui y va de contre-mélodies et de ponctuations sans vraiment pouvoir identifier physiquement l’instrument. Si n’était pas là, ce serait presque un drame. On ne peut vraiment le remplacer. Vincent l’a bien utilisé… on y va pour plus que bien.

Disponible le 22 novembre

L’accompagnement « sonne » plein. Signe de la maîtrise peut-être en pleine croissance de Vincent l’arrangeur. Après tout, Wagner ne s’est pas fait en un jour.

Je n’ai rien dit de Josée Tardif. L’indispensable Josée au piano. Mais que dire ? Le mot indispensable est peut-être suffisant.

Harmonisations

Pour toutes ces voix qui chantent, quelqu’un doit écrire chaque note. Parmi les harmonisations dont celles qu’on peut appeler classiques de Raymond Daveluy, organiste et compositeur, il est agréable de retrouver Simon Paré, beauceron, et dont les parents font partie de la Société Lyrique depuis de nombreuses années.

Enregistrement et concerts

L’église de Saint-Martin a accueilli la centaine de choristes et les musiciens pour l’enregistrement. Le technicien Philippe Gagné a été apprécié et est encensé pour son travail irréprochable. « Il entend tout » circulait. Le résultat est là pour le prouver.

Moment spécial

Il faut  ajouter ce petit film de présentation. Durant la conférence de presse, on a fait entendre une pièce tirée du cd pour donner aux personnes présentes, dont les journalistes évidemment, une idée de la qualité du produit. C’est ainsi que par réflexe le film qui suit s’est fait, sans intention spéciale que de capter l’ambiance. Ce n’est qu’au visionnement que la perle est apparue. Regardez la jeune femme sur la gauche. C’est Sylvie Thompson. Elle fait partie de la Société Lyrique.Elle ne savait pas qu’elle était saisie sur pellicule, ni lumière ni flash, juste un excellent appareil. Contrastant avec le côté un peu rêveur du directeur qui voit vingt notes en même temps défiler et à Pierre Verreault qui semble un peu retiré  pour laisser place à sa propre voix, on peut facilement voir qu’elle chante sa partition dans sa tête et qu’elle flotte littéralement sur la musique. Beaux moments, saisis sans vraiment faire exprès qu’on peut voir ici.   

Un concert-bénéfice aura lieu le 4 décembre à l’église de Saint-Martin, pour remercier M. le curé Renaud Giroux pour la disponibilité de l’église dont l’acoustique mérite d’être mentionnée.

L’album sera disponible chez Archambeault de même qu’auprès des choristes, au prix de 20 $, à partir du 22 novembre. D’autres points de vente seront annoncés.

Ne manquez pas les concerts. Cet addenda de Pier Dutil à la toute fin disant que c’est grâce à l’appui des grandes entreprises que la Société Lyrique existe depuis si longtemps mérite d’être mentionné. On pourrait préciser que ce support n’est pas du côté de la qualité vocale évidemment, mais de l’ajout ainsi possible d’une variété d’instruments d’accompagnement qui permet  de donner l’ampleur et la « classe » , disons le, auquel nous a habitué la Société Lyrique depuis vingt ans.

CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo