Ajoutez ce site comme page de démarrage

AUTOROUTE DE LA BEAUCE

Antonio Poulin (1900-1986)

Par: André Garant, collaboration spéciale

Le père Antonio Poulin. Tiré d'une photo qui se trouve dans la sacristie de l'église de Notre-Dame-des-Pins, avec remerciements au curé Laval Bolduc et à la gentillesse de madame Gauthier.

Suite à l’ouverture du nouveau tronçon de l’autoroute, du doublement de l’autoroute qui commence à 1,3 km au sud de la route Calway pour se rendre jusqu’à la route 276 à Saint-Joseph, l’historien André Garant, nous a rappelé quelque chose qui mérite d’être mentionné : « Il y a 25 ans, le Père Jésuite (et Beauceron) Antonio Poulin décédait ». Le père Poulin est généralement considéré comme l’instigateur de l’autoroute. Il a tellement su transmettre le flambeau, qu’on l’a presque oublié.

Né avec le siècle, il fut curé de Notre-Dame-des-Pins de 1969 à 1980, donc, de 69 ans à 80 ans.

On pourrait croire qu’à cet âge, il venait prendre ce dernier poste pour se la couler douce. Non, monsieur ! La Société de Jésus ne recrute pas des « manches de pic ». Rien ne pouvait arrêter son feu. Peut-être inspiré par vous savez qui, on ne sait pas, mais ça ne fait jamais tort.

Toujours est-il qu’en plus de s’occuper de ses ouailles, ce Jésuite Beauceron, âgé, mais déterminé,  associé avec plein de gens autour de lui, a passablement brassé la cage afin que l’autoroute cesse d’être un concept pour devenir, dans le temps, une réalité. Il nous fait donc plaisir de passer le crachoir à André Garant qui nous parle un peu du Père Poulin.

Voici le texte d’André Garant

Depuis 35 ans, plusieurs démarches ont été entreprises en vue de poursuivre et même parachever cette fameuse Autoroute de la Beauce, comme la tradition populaire la désigne. On ne peut oublier Fabien Roy et Réal Audet bien sûr. Saluons également les groupes d’Hervé Pomerleau et de Robert Thibaudeau, entre autres.

L’instigateur, le père Antonio Poulin

À 70 ans, à l’âge où l’on songe à la retraite, le Jésuite Antonio Poulin relève toujours des défis. À la présidence du Conseil de Développement de la Chaudière, ce tenace batailleur sera un des premiers responsables de l’ouverture du premier tronçon de l’autoroute en 1977. Positivement, cet entêté personnage dérangeait son entourage. Imbu d’une conscience sociale très développée, le Père Poulin inspire ses semblables partout où il passe. En 1980, santé chancelante, il se retire à l’Infirmerie des Jésuites à Pierrefonds, un arrondissement montréalais; il y décède le 16 mai 1986.

En bas de la photo, cette petite note qui confirme que le Père Antonio Poulin a oeuvré jusque dans sa quatre-vingtième année.

Antonio Poulin est né en Beauce, le 25 avril 1900, à Notre-Dame-des-Pins, partie intégrante de Saint-François-de-Beauce (Beauceville) jusqu’en 1925. Il est un des neuf enfants du forgeron Joseph Poulin (1856-1933) et Vitaline Poulin (1857-1936).

Après avoir enseigné au Séminaire de Gaspé, il sera directeur du Messager canadien. De 1935 à 1950, il occupe aussi les postes de directeur et économe de la Maison Bellarmin. Il fonde trois revues à caractère socio-religieux. En 1938, il devient fondateur national de la Croisade Eucharistique, regroupant 350 000 membres. Le Père Poulin publie des centaines d’articles dans des revues et journaux. Entre autres, sa revue La maman idéale est tirée à 200 000 exemplaires et traduite en anglais et espagnol. Il écrit même deux pièces de théâtre.

Le père Poulin en pleine forme

De 1949 à 1956, Antonio Poulin est supérieur de la maison de retraite, la Villa Manrèse de Québec. De 1956 à1964, il est missionnaire en Haïti. En 1964, il fait bâtir un nouveau pavillon au Collège Sainte-Marie, qui deviendra l’Université du Québec à Montréal. En 1969, il devient le 9e curé de sa paroisse natale.

Antonio Poulin demeure un très actif président du Comité de l’autoroute. En 1978, Robert Cliche est président de l’Année du français. Né le 12 avril 1921, à Saint-Joseph-de-Beauce, le juge Cliche décède le 5 septembre 1978. À peine trois semaines après son décès, la Commission de toponymie du Québec baptise l’autoroute 73, Autoroute Robert-Cliche.

Enfin, ne serait-il pas pertinent de nommer une rue, une avenue ou un édifice Antonio Poulin?

André Garant

CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo