Ajoutez ce site comme page de démarrage

UN CAMP DE THÉÂTRE PATRIMONIAL QUI ATTEINT SES OBJECTIFS

De la courtepointe à la raquette et à la tonte des moutons sans oublier le forgeron

Par: René d'Anjou

L’atelier du forgeron a capté l’attention des jeunes dans le cadre du Camp de théâtre patrimonial cette semaine au Village des Défricheurs.

Le camp de théâtre patrimonial du Village des Défricheurs débordait d’activité jeudi alors que la vingtaine de jeunes parcourait les ateliers montés spécialement pour les initier au patrimoine québécois.

Les jeunes filles, revêtues de leurs plus beaux atours se sont présentées à l’atelier d’initiation à la courtepointe, au Café du Conteux, où les attendait Mme Lorraine Bernier de Saint-Prosper, cette dame qui, depuis deux ans, crée les costumes que les jeunes filles portent durant la durée du camp.

 

La créatrice des costumes que les jeunes portaient durant ce camp, Mme Lorraine Bernier, a su intéresser les jeunes au travail minutieux de la création d’une courtepointe.

Oui, Mme Bernier, une ainée en pleine forme, dirige aussi l’Atelier de couture de Saint-Prosper qui a été créé, il y a quatre ans où l’on retrouve des femmes comme Lucille Thompson, Pauline Veilleux, Doris Buteau et Francine Beaudoin-Giguère.

On peut d’ailleurs voir les jeunes filles à l’œuvre, en compagnie de Mme Lorraine Bernier,  tout en écoutant Mme Pauline Paré nous décrire cet atelier sur la courtepointe :

 httpv://www.youtube.com/watch?v=slEFGg-Jgic

 Les jeunes filles étaient très fières de participer à cet atelier où elles pouvaient découvrir de quoi étaient capables leurs grands-mères, il y a un certain nombre de décennies.

M. Côme Pruneau a initié les jeunes aux anciennes techniques de tissage de raquettes

Dans un autre bâtiment, un spécialiste de la raquette, M. Côme Pruneau, initiait d’autres participants de ce camp de théâtre patrimonial, aux anciennes techniques de tressage de raquettes. Les jeunes étaient très attentifs aux explications que donnait M. Pruneau.

Un peu plus loin, c’est Mme Ginette Pruneau, une ancienne présidente du Village des Défricheurs, qui témoignait du travail effectué par ses ancêtres lors du tissage de la laine et du travail sur les métiers à tisser. 

  

Madame Ginette Pruneau a su capter l’attention des jeunes en parlant de la tonte des moutons et des métiers à tisser.

Mme Pruneau racontait même la peine qu’elle avait lors de la tonte des moutons et qu’on lui demandait de tenir le mouton qu’elle entendait pleurer.  Elle se souvenait de tous les détails, de la tonte, au filage et au tissage.  Si ces enfants sont aussi attentifs à l’école qu’ils l’étaient à ces ateliers, ce que ça doit être merveilleux pour les enseignants !

  Un quatrième atelier, celle du forgeron, a aussi attiré notre attention puisque les filles semblaient porter une attention particulière aux instructions du maître-forgeron, Alexandre Paré, alias Azalias Paré, car, les filles, autant que les gars, semblent aimer frapper du marteau sur l’enclume et donner des formes à la pièce de métal.

 

Aussi, depuis le début de la semaine, le forgeron Paré avait fait construire des bancs dans de belles pièces de billots de cèdre avec des clous forgés sur place.  Hier les jeunes gravaient fièrement leurs initiales sur ces bancs qui seront installés dans le village.  Gars comme filles ont donc mis la main à la pâte pour réaliser ce travail.  Un travail de gars auquel les filles ont apporté un coup de main…

On peut visionner une autre vidéo, en cliquant sur la photo suivante, où l’on voit les jeunes à l’œuvre tout en écoutant les explications du forgeron, Alexandre Paré :

httpv://www.youtube.com/watch?v=whf-Nzs15Ic

 On peut dire que durant la présente semaine, les jeunes ont pu s’initier aux méthodes de travail et de récréation de l’époque sur le site du village. Ils assisteront à des démonstrations et auront l’occasion de pratiquer sous la supervision d’animateurs expérimentés dans le cadre d’ateliers du savoir-faire. Les touristes, de passage sur le site, ont pu profiter de cette animation des plus dynamiques.

Grâce aux connaissances acquises et avec l’appui et l’enseignement de Pauline, alias Léonie, ces jeunes présenteront le produit final de leurs efforts en jouant au Théâtre du Ganoué,  samedi 13 août, à 13 heures.

Quelques places seront aussi disponibles pour le grand public au coût de 3.00 $, OUI, seulement 3,00 $. Pour réservation, on compose le 418-594-6009

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo