Ajoutez ce site comme page de démarrage

CEB : « Une très bonne année ! »

Par: Joffre Grondin

Denis Breton, président du Conseil économique de Beauce et Claude Morin, directeur général de l’organisme.

Denis Breton, président du Conseil économique de Beauce et Claude Morin, directeur général de l’organisme.

Depuis un an, le gouvernement libéral a introduit des mesures qui ont forcé le changement. Le CEB n’a pas été épargné. Cependant, malgré 255 000 $ de coupures, « le CEB… a connu une très bonne année ». C’est en ces termes que Denis Breton, président du Conseil économique de Beauce, a caractérisé l’année 2014. Le budget a été revu en profondeur, le tourisme a été retravaillé et le CEB est bien présent et en mesure d’offrir l’ensemble de ses services. 

Et en plus, il y a un surplus de 108 000 $.

L’organisme assure que dans une première étape, il s’est s’engagé à « revoir [ses] façons de faire afin d’optimiser l’utilisation des ressources disponibles ». Une vision partagée par les CLD Robert-Cliche et Nouvelle-Beauce, qui mènera à faire « plus et mieux ensemble », ce qui revient à « travailler à ce qui nous unit », se réjouit Denis Breton, qui y voit « de plus en plus d’opportunités ».

Bref, il souffle un vent nouveau sur la philosophie du Conseil.

« Quand les tiroirs sont vides »

En examinant le rapport annuel, on peut lire un changement important dans les programmes et fonds financiers. Pour les fonds de développement des entreprises en économie sociale (FDEÉS), l’aide financière était versée sous forme de subvention, donc un don. Dorénavant, pour ce programme, ce sera sous forme de prêt sans intérêt, jusqu’à 20 000 $. Il existe d’autres programmes avec des montants plus élevés, mais sous forme de prêts sans intérêts.

L’argent qui revient

Pour imager la différence fondamentale entre les deux façons de procéder, le directeur général Claude Morin rappelle que le Grand Marché avait reçu une subvention de 100 000 $ à l’époque. Avec la nouvelle méthode, « au moins l’argent va revenir », ce qui permettra de s’en servir pour en aider d’autres.

Il existe différents programmes de prêts que l’on peut consulter dans le rapport annuel extrêmement éclairant que vous pouvez consulter ici :

http://www.cebeauce.com/sites/24261/PDF/Rapport_annuel_2014_CEB_f.pdf

Mentors et mentorés

On y apprend plusieurs choses dont celle-ci, concernant le système de mentorat, qui permet le partage d’expérience sur les défis et les difficultés d’être en affaires. En 2014, 16 nouveaux mentorés ont été jumelés avec un entrepreneur chevronné. Efficace ?

Le taux de survie des entreprises après 5 ans est de 73 % avec mentor, et de 34 % sans mentor.

On voit que le CEB est un catalyseur de projets et un levier économique important pour notre région.

Chiffres éloquents

Le directeur général, Claude Morin, souligne dans son bilan que le travail des commissaires industriels de 228 visites d’entreprises et de 93 dossiers traités totalise 57 422 324 $ de coûts de projets.

Les agentes de développements ont rencontré 187 promoteurs ayant des entreprises en démarrage, croissance ou transfert et 31 ont reçu une aide de 498 300 $ résultants en 10 231 399 $ et 130 emplois créés ou maintenus.

Mandats

La MRC confie un mandat de gestion au CEB dans le cadre de la Politique nationale de la Ruralité (2007-2014). Ainsi, 82 projets ont obtenu un appui de 2 157 305 $, pour un total d’investissements de 8 145 871 $.

En culture, autre mandat confié au CEB, la 1re Politique culturelle a été adoptée, un plan triennal élaboré, et des discussions avec le ministère de la Culture et des Communications entamées. Les résultats seront bientôt dévoilés.

Maison du tourisme

Disons simplement que depuis 2012, les visiteurs au comptoir, sont en baisse de 10 %, (de 7426 à 6139), tandis que les demandes par internet augmentent de 36 % (de 527 à 905) et la fréquentation du site internet bondit de 27 % (soit de 111 134 sessions à 156 649). La maison sera donc fermée, et remplacée par… quelque chose qui sera annoncé un peu plus tard. Vous vous doutez bien que ce sera très technologique. On n’arrête pas le progrès.

Vers une vision commune

Cette nouvelle façon de faire « plus et mieux ensemble » à laquelle fait référence Denis Breton était dans les cartons depuis un certain temps déjà au niveau régional.

En 2010, lors de son discours de retraite Denis Sylvain, directeur général du CLD de la Nouvelle-Beauce pendant dix ans, et après deux années à la tête de la SENBI (Société d’expansion de La Nouvelle-Beauce inc.) souhaitait voir une Beauce encore mieux articulée dans son développement économique.

« Les structures ont fractionné notre région. Toutefois, les maires et préfets de la Nouvelle-Beauce, de Beauce-Sartigan et de Robert-Cliche auraient avantage à se voisiner, à faire consensus et à se mobiliser dans certains dossiers », avait lancé Denis Sylvain.

Il semblerait qu’il a été entendu. La fusion il y aura bientôt deux ans du CLD avec le CEB a porté ses fruits. La Beauce serait-elle en train de se mobiliser par la base et non par ordre d’en haut ?

Voici finalement le conseil d’administration du CEB au 26 mars 2015.CA du CEB 26-3-15

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo