Ajoutez ce site comme page de démarrage

J’ai touché à la Lune

Par : Rolland Bouffard, Collaboration spéciale

Pleine Lune, quelques minutes avant de disparaître le matin, au Sud-Ouest, en arrière de Saint-Elzéar. (Photo : Rolland Bouffard)

Déjà cinquante ans. Le 21 juillet 1969, le premier homme, Neil Armstrong met le pied gauche, en premier, sur la Lune. Il déclare: « C’est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité ». Il est suivi quelques minutes plus tard par son compagnon Buzz Aldrin, pendant que Michael Collins reste en orbite autour de la Lune.

Le dernier à marcher sur la Lune est Gene Cerman, le 14 décembre 1972. Il dit : « Nous partons comme nous sommes venus ».

Ces missions sont contrôlées à partir du Centre Spatial Lyndon B. Johnson, de Houston au Texas.

Au printemps 1996, lors d’un voyage à Houston, je profite de l’occasion pour faire une visite au Centre Spatial. C’est à ce moment, que j’ai la chance de toucher à la Lune.

 En fait, les astronautes lors de leurs voyages ont rapporté des roches lunaires. On a exposé une de ces roches dans un présentoir. Elle est protégée par une vitre de près d’un demi-pouce d’épaisseur. À la base, on a laissé un petit espace où l’on peut passer les doigts en faisant une certaine contorsion pour atteindre la roche grisâtre du bout des doigts.

  Il est bien entendu que l’endroit est sécurisé et surveillé par des caméras. Il est aussi difficile de gratter la pierre et repartir avec de la poussière de Lune en dessous des ongles. Il faut reconnaître qu’une pépite de Lune vaudrait son pesant d’or sur le marché noir.

La culture de légumes

Dans une autre pièce, on fait des expériences. On cultive des légumes dans du sable lunaire. C’est placé dans un genre de couche chaude recouverte de verre. La queue des carottes atteint près de trois pouces. Probablement que l’on a ajouté des engrais ou fertilisants, l’histoire ne le dit pas.

L’horloge à l’entrée

À l’entrée, devant la porte principale, ce lundi matin, une horloge indique une heure de retard. On a beau deviner que Houston fait partie du fuseau horaire « Central Daylight Time », mais pourtant, ma montre est à l’heure locale. C’est qu’en fin de semaine c’était la date de changement d’heure, on avançait les horloges d’une heure.

Je rencontre un officier à l’intérieur, je lui fais mention du retard de l’horloge. Même s’il est un peu incrédule au début, il s’occupe de faire corriger la situation.

Il est bien entendu que j’ai un certain plaisir à croire que; « j’ai pogné le Centre Spatial, les culottes à terre ». C’est le Centre de la précision, affecté aux missions spatiales, qui a guidé les astronautes, à la seconde près, jusqu’à la Lune.

Sam Houston 

Monument de Sam (Samuel de son vrai nom) Houston (Photo: Rolland Bouffard, avril 1996).

On ne peut pas visiter Houston sans passer saluer Samuel, monté sur son cheval et montrant du doigt les plaines où il a défait le général Santa Anna pour ainsi gagner l’indépendance du Texas.

Une plaque installée au pied du monument raconte son parcours. 

Né en Virginie le 2 mars 1793. Au début de sa vie, il émigre au Tennessee. Il fait son service militaire lors de la guerre de 1812 et plus tard, devient gouverneur du Tennessee. 

Par la suite, il déménage au Texas. Il devient chef de la révolution texane et président de la République du Texas. Lorsque le Texas rejoint l’Union des États-Unis, il devient gouverneur du Texas. 

C’est le seul Américain à avoir été gouverneur dans deux États différents.

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo