Ajoutez ce site comme page de démarrage

Ça fait Montréal

Par: Rolland Bouffard, collaboration spéciale

Hors route, dans la neige. (Photo: Rolland Bouffard)

Rolland Bouffard, Collaboration spéciale

La tempête du 14 au 15 mars a fait beaucoup placoter. C’est à Montréal que l’on peut voir ça. On se rappellera la glissade des véhicules dans la côte du Beaver Hall l’automne dernier. C’était aussi savoureux. Il ne manquait que les Carrés Rouges pour compléter le tableau. 

Une route, la A-13 bloquée pendant 12 heures, c’est dans une grande ville évoluée que l’on peut voir ça. Si cette route avait été située en pleine campagne, il est bien possible qu’un habitant aurait attelé son cheval sur une charrette avec un peu de sable dedans et se serait rendu lancer quelques pelletées de sable devant les roues motrices du « truck ». Le problème aurait été réglé en vingt minutes. Il est très possible que l’habitant n’aurait pas chargé une cenne.

Pourquoi les beaux Pick-Up blancs à 60 000,00 $ du ministère des Transports avec des arbres de Noël sur le toit n’auraient-ils pas un contenant de sable et une pelle dans leur boîte pour dépanner à l’occasion ? On les appelle des patrouilleurs.

Comment expliquer que dans la grande cité équipée de communications intelligentes modernes, d’ordinateurs aussi munis d’intelligence artificielle pour gérer le flot d’informations, de fonctionnaires talentueux payés plus cher qu’un ministre, qu’on se retrouve avec un résultat semblable ? Il faut respecter les normes, les procédures, les directives, et les notes de service. On se demande qui mène, Dieu, le syndicat, le ministre, le sous-ministre, le sous-sous ministre, le sous-sous-sous ministre ?

Remorqueurs et claques su à yeulle !

On a vu le remorqueur demander 1 800,00 $ pour haler le camion sur une distance de 200 à 300 pieds pour qu’il puisse continuer sa route et libérer l’autoroute.

Ce n’est pas une surprise. J’ai travaillé près de 35 ans au service d’indemnisation pour des assureurs; j’ai entendu des histoires savoureuses comme celle-là.

À la fin des années 1970, les gens qui avaient la malchance d’être impliqués dans un accident sur une route de la région de Montréal assistaient bien souvent à des scènes rocambolesques.

C’est que tout le monde écoutait les communications des policiers. Les remorqueurs, les ambulanciers, les journalistes, tout ce beau monde écoutait et quand ils entendaient dire qu’un accident venait d’arriver, ils se précipitaient à toute vitesse sur les lieux.

Bien souvent, deux ou trois remorqueurs pouvaient être au rendez-vous en même temps. Avant d’accrocher le véhicule accidenté, la discussion s’engageait à savoir qui était arrivé le premier. Quelquefois, c’était une affaire de secondes, entre le premier et le deuxième, la bataille prenait et finissait à l’occasion par des « claques su à yeulle ». Finalement, le plus fort l’emportait… !

Il était aussi possible de négocier le prix du remorquage.

Pour régler le problème des batailles sur les autoroutes, le gouvernement a eu la sagesse de légiférer. Il a donc établi des zones réservées à tel remorqueur. De cette façon, on a empêché les batailles sur les lieux d’accidents.

Par contre, ces zones exclusives ont donné naissance à un autre problème. Il n’y a plus de compétition et on voit les prix demandés pour tirer un camion sur quelques centaines de pieds pour le dépanner.

Cé pas moi c’est Ève.

« C’est pas moi, c’est l’autre ». On a entendu cette phrase pour la première fois au Paradis terrestre quand Adam s’est fait pogner par Dieu dans l’affaire de la pomme… Il avait répondu que c’était la femme, Ève qui l’avait incité à manger le fruit défendu.

On serait tenté de traiter toutes les personnes impliquées d’incompétents qui n’ont pas fait leur job. On se lance le singe, pour finalement dire que le ministre aurait dû savoir… Il n’était pas sur les lieux. De toute façon, un ministre n’est pas Dieu, il n’est pas omniprésent. Il ne peut quand même pas être sur toutes les autoroutes en même temps pour vérifier si des cabochons ne font pas leur job… !

Tout le monde s’en mêle, les politiciens, l’opposition, les journalistes, les commentateurs journaux et radio, on cherche le ministre pour le crucifier. Toute la faune médiatique est réunie sur le Mont Golgotha pour assister à l’exécution par crucifixion du ministre. Même la grosse RDI, « Quoi qu’il arrive », à 24/60 ne pouvait pas éviter le sujet. On a invité une professeure d’université qui n’est peut-être jamais sortie pendant une tempête et qui n’a certainement jamais mis les pieds dans un « truck », pour discuter de « l’imputabilité ministérielle ». La cerise sur le sundae aurait été qu’Anne-Marie Dussault déclare que : tout ça, c’est la faute à Donald Trump… !  Elle y a peut-être pensé. Mais elle ne l’a pas dit.

On a dégommé une sous-ministre payée 200 000 $, c’est presque le double du salaire d’un ministre, mais à cause de sa convention elle continuera probablement à être payée. Le plus drôle c’est qu’elle est allée au Japon avec une délégation pour parler de communication et tempête de neige, tout ça sur le bras de la Reine. Par la suite, elle a enregistré une vidéo corporative pour vanter son voyage.  Du grand Québec !

Le lien de l’entrevue avec la sous-ministre à Sapporo au Japon, délicieux à regarder, la vidéo incluant le pelletage de nuages sur la viabilité hivernale ! :

  http://www.international.gouv.qc.ca/fr/tokyo/actualites/12975?pReturnUrl=%2Ffr%2Ftokyo%2Factualites%3Frp%3D10501%26noLang%3D1%26year%3D-1%26sec%3D-1%26idRegr%3D-1%26page%3D6

Le lien de la côte du Beaver Hall à Montréal, de bons souvenirs toujours aussi drôles à regarder, cette vidéo :             http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/201612/05/01-5048186-carambolage-a-basse-vitesse-au-centre-ville-deux-autobus-impliques.php  

Voyez le reste de l’organigramme ou l’ordinogramme du MTQ, ministère des Transports du Québec : Organigramme MTQ L. Lessard

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo

120x600 ad code [Inner pages]