Ajoutez ce site comme page de démarrage

Une 1re exposition de LA COLLECTION

Par: Joffre Grondin

Christian Fleitz, trésorier de l’organisme, pose devant une toile de la nouvelle présidente, Lise Bernard, « Si près, si loin ».

Christian Fleitz, trésorier de l’organisme, pose devant une toile de la nouvelle présidente, Lise Bernard, « Si près, si loin ».

Lors du lancement du livre Art en Beauce LA COLLECTION, début septembre, les organisateurs avaient annoncé d’autres activités à venir, dont une exposition d’une partie des œuvres présentées dans le volume. C’est maintenant chose faite depuis vendredi soir.

Le conseil d’administration était présent pour l’ouverture de cette exposition du 30 septembre jusqu’au 13 novembre 2016, alors que le public est invité au 4e étage du Centre culturel Marie-Ftizbach, dans un magnifique local récemment rénové, pour y admirer 65 des productions originales, choisies parmi les 125 reproductions offertes dans le catalogue.

Comme l’a si bien dit le trésorier de l’organisme Christian Fleitz, « l’exposition montre l’évolution de l’expression artistique à travers les années ».

Au départ, il y a un quart de siècle, il y avait eu une subvention de 20 000 $ pour acheter des œuvres au début, « mais on a vivoté ensuite », nous rappelle monsieur Fleitz.

Où étaient donc les tableaux ?

Les différents tableaux ornaient l’Hôtel de Ville, la commission scolaire, les bureaux du garage municipal, le centre culturel et d’autres lieux ; cependant, un grand nombre de peintures étaient entreposées, et la collection ne connaissait pas d’expansion. Bref, le projet était un peu à l’abandon.

Nouvelle vie

Il fallait faire quelque chose. Le CA a donc refait les statuts, pour les rendre aux normes actuelles, et en même temps a déclaré tous les artistes membres, donc 80 membres.

Une huile sur toile de 45,5 cm par 35,5 cm de Gisèle Pépin, appelé Implosion : the Red Galaxy, 1959

Une huile sur toile de 45,5 cm par 35,5 cm de Gisèle Pépin, appelé Implosion : the Red Galaxy, 1959

Et voilà que…

Pour être reconnu officiellement par les organismes gouvernementaux, il faut avoir un nombre d’artistes « reconnus ». Mais « Qu’est-ce que veut dire être reconnu » se demande Christian Fleitz ?

Quoi qu’il en soit, les prochaines étapes verront une expansion au niveau provincial, étape nécessaire pour les diverses reconnaissances. Il faut « être reconnu ». Ce qui est visé est le rayonnement des artistes et des œuvres de la Collection à l’extérieur de la région, au Québec, au Canada et même à l’international, dans le cadre d’ententes de réciprocité.

De petites histoires

Quand quelqu’un navigue depuis des décennies dans un organisme, il peut devenir une sorte de mémoire vivante, une banque d’information. C’est ce qui est arrivé à Joseph Richard Veilleux.

Voici quelques anecdotes saisies au vol lors de l’ouverture de l’exposition.

Au sortir de l’université, Joseph Richard, très heureux, gagne un 1er prix en 1968, avec un tableau inspiré de Borduas. Exposé à divers endroits pendant une dizaine d’années, on perd soudain toute trace de sa création. À ce jour, « je n’ai jamais retrouvé mon tableau » lance l’artiste avec un sourire.

Les 200 Fortin

Le peintre et écrivain Robert Fortin de Saint-Victor contacte le président Veilleux. Art en Beauce avait acheté une œuvre de ce peintre poète, qui offre de donner 200 de ses peintures. Il décède quelques mois plus tard. Quelques une font partie de l’exposition les autres sont entreposées.

Vous reconnaitrez peut-être les noms des signataires chefs d’orchestre, à l’arrière de ce tableau de Gisèle Pépin, qui a beaucoup voyagé.

Vous reconnaitrez peut-être les noms des signataires chefs d’orchestre, à l’arrière de ce tableau de Gisèle Pépin, qui a beaucoup voyagé.

Pinceaux et baguettes

La plus vieille peinture de l’exposition date de 1959. Son histoire est particulière. L’œuvre est signée par Gisèle Pépin, sœur du célèbre compositeur Clermont Pépin. Le maître y tenait tellement qu’il l’a transporté dans ses bagages à travers le monde, pendant 30 ans.

À l’endos du cadre, on voit des signatures tout autour. De grands chefs d’orchestre de partout dans le monde y ont apposé leur griffe.

Points de vente

Rappelons que le volume d’art haut de gamme récemment lancé est à vendre au prix de 50 $ l’unité.

Saint-Georges : Boutique Artistes et Artisans de Beauce, Librairie Sélect, Libraire de la Chaudière

Saint-Joseph : Musée Marius-Barbeau

Sainte-Marie : Galerie d’art Sainte-Marie, Maison J.A.Vachon

Saint-Isidore : Les Ateliers Hors Cadre

La vente permettra « d’enrichir la Collection » par l’acquisition de nouvelles œuvres d’artistes beaucerons.affiche-graphiste

St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo