Ajoutez ce site comme page de démarrage

SERAIT-CE UN POISSON D’AVRIL ?

Un fossile vivant est retrouvé dans une rivière d’Anticosti

 

Aucun autre spécimen vivant n'a été retrouvé. © Parc national de Miguasha / François Miville-Deschênes et Johanne Kerr

Aucun autre spécimen vivant n’a été retrouvé. © Parc national de Miguasha / François Miville-Deschênes et Johanne Kerr

Une espèce qu’on croyait disparue depuis 350 millions d’années ! Un animal à mi-chemin entre le poisson et les vertébrés à quatre pattes, qu’on croyait disparu depuis plus de 350 millions d’années, a été découvert vivant cette semaine à l’embouchure de la rivière Jupiter sur l’île d’Anticosti. 

La nouvelle, qui devrait faire l’objet d’une bombe dans la communauté scientifique internationale, a été ébruitée avant l’heure par Nature Québec, organisme affilié de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

C’est à la faveur de travaux préparatoires aux forages de fracturation hydraulique, prévus cet été sur l’île, que des techniciens d’Hydrocarbures Anticosti ont mis à jour accidentellement un spécimen de 1,60 mètre qui ne correspondait à aucun poisson connu. Il est malheureusement mort peu de temps après avoir été repêché.

Après analyse par des experts, l’individu retrouvé serait un proche parent de Elpitostege Watsoni, aussi appelé le roi de Miguasha, un fossile découvert dans la baie des Chaleurs, au pied des falaises en 2011. Il s’agirait du chaînon manquant entre les poissons et les tétrapodes, ces animaux qui sortent de l’eau et qui ont des pattes.

À première vue, l’animal repêché ressemble à un simple poisson, car il possède des nageoires parcourues de rayons et des structures permettant de supporter des branchies pour pouvoir respirer. Croisement entre le poisson et le tétrapode, ce poisson du genre Elpistostege est assurément un animal aquatique, mais il est doté d’un poumon. A-t-il tenté des incursions sur le milieu terrestre ? « Aucun témoin n’a jamais confirmé ce fait, ni vu de trace en rive à Anticosti, mais on ne peut pas l’exclure d’office » a déclaré Christian Simard de Nature Québec pour qui « le jour de l’annonce de cette découverte est à marquer d’une pierre blanche dans le calendrier des découvertes scientifiques majeures. »

Il rappelle que cette découverte rend d’autant plus importante l’obligation de préserver le bassin de la rivière Jupiter des forages avec fracturation hydraulique, activité déjà jugée incompatible avec la présence du saumon atlantique.

Comme le cœlacanthe

Bien que spectaculaire, cette découverte ne serait pas inédite à l’échelle planétaire. Une autre découverte du genre a été faite au début du 20e siècle. Il s’agit du cœlacanthe, un ordre de poissons qu’on croyait disparu. Ils n’ont que peu évolué morphologiquement depuis 350 millions d’années et ressemblent aux ancêtres aquatiques des vertébrés terrestres. Ils possèdent une poche de gaz avec des parois épaisses qui est le vestige d’un poumon ancestral. Il en existe de nombreux fossiles et deux espèces vivantes connues.

Nature Québec œuvre à la conservation de la nature, au maintien des écosystèmes essentiels à la vie et à l’utilisation durable des ressources. Travaillant depuis 1981 à la protection de la biodiversité, Nature Québec souscrit aux objectifs de la Stratégie mondiale de conservation de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dont il est membre. Nature Québec regroupe plus de 50 000 sympathisants, donateurs et membres individuels et plus d’une centaine d’organisations affiliées. Nature Québec est un organisme de bienfaisance reconnu.  www.naturequebec.org

CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo