Ajoutez ce site comme page de démarrage

Pierre Karl Péladeau visite Beauce-Sud

Par: Joffre Grondin

 Le candidat du Parti québécois Renaud Fortier a reçu la visite du chef du parti Pierre Karl Péladeau.

Le candidat du Parti québécois Renaud Fortier a reçu la visite du chef du parti Pierre Karl Péladeau.

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau était de passage en Beauce jeudi dernier 5 novembre, pour supporter son candidat, Renaud Fortier. Il en a profité pour rencontrer la presse locale. On ne se souvient pas de la dernière fois qu’un chef du Parti québécois est venu dans Beauce-Sud en campagne électorale.

« Je suis content d’être ici ; la Beauce c’est le chef-lieu des entrepreneurs », a lancé monsieur Péladeau dès son arrivée.

Questionné sur le fait que les entrepreneurs beaucerons ne s’affirment pas souverainistes, même quand ils le sont, le chef péquiste précise que ceux-ci « travaillent pour leurs actionnaires », et ne peuvent pas s’aliéner un certain nombre de clients, et notamment un « donneur d’ordres » qui est le gouvernement fédéral. Monsieur Péladeau, tout en affirmant connaître de tels entrepreneurs, fait valoir que « l’univers politique dans lesquels ils évoluent les oblige à avoir une certaine réserve », mais espère les convaincre que le Québec peut être plus riche en étant un pays.

« Les 50 milliards de dollars qu’on envoie à Ottawa sont-ils adéquatement dépensés ? », questionne-t-il en mentionnant les 13 milliards (dont 20 à 25 % viennent du Québec) pour sauver GM et Chrysler, les contrats de bateaux, etc.

Parler d’indépendance aux jeunes

Convaincre les entrepreneurs beaucerons est bien, mais il y a une autre clientèle à laquelle on n’a peut-être pas suffisamment parlé d’indépendance. « Si vous avez 25 ans ou 30 ans aujourd’hui, le référendum de 95, c’est loin ». Il faut informer de tout ce qui est contrôlé par le fédéral et qui échappe au Québec : télécommunications, permis de pêche, l’oléoduc, qui relève de l’Office national de l’énergie (ONE), etc…

Électrification des transports

Questionné sur l’état du dossier de l’électrification des transports, le chef souligne que « madame Marois avait un dossier très solide sur l’électrification des transports », le plan actuel des libéraux : « Y’a rien là-dedans ».

Lui qui roule électrique depuis un bon moment parle de nos minerais comme le fer et le lithium (utilisé dans les batteries), de recherche dans le moteur roue, des autobus Lion (tout électrique), d’un réseau de bornes actuellement mis en place, des incitatifs financiers, d’une convergence, d’une stratégie industrielle basée sur l’hydro-électricité, et de l’économie carbone qui s’en vient. « On a vraiment tout ce qu’il faut », s’enthousiasme-t-il.

Éducation

« On ne s’attendait pas à ce que le gouvernement libéral s’engage dans l’austérité, ce n’est pas ça qu’il a dit en campagne électorale ». Pierre Karl Péladeau promet de combattre les coupes en éducation, même « avec les moyens limités de l’opposition ».

« Dans les 40-50 dernières années, ce qui nous a distingués est l’investissement en éducation… le plus important investissement dans une collectivité est l’éducation… si on veut s’engager à mettre en valeur l’égalité pour tous, on doit donner la chance à tous. »

La campagne électorale provinciale qui s’achève a été courte, mais Beauce-Sud aura peut-être vu passer plus de politiciens, ministres et chefs de partis, que dans toute autre campagne.

N’oubliez pas ! Si vous n’avez pas voté par anticipation, c’est ce lundi 9 novembre que vous allez voter.

Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo