Ajoutez ce site comme page de démarrage

Le temps des Fêtes : Romuald Rhéaume

Par: André Garant

La crèche de Noël du magasin J.A. Gagné. Selon ses dires, Maxime Gagné, actuel propriétaire de la brocante du Quartier, situé juste à côté, serait le dernier à l’avoir monté.

La crèche de Noël du magasin J.A. Gagné en 1956. Selon ses dires, Maxime Gagné, actuel propriétaire de la brocante du Quartier, situé juste à côté, serait le dernier à l’avoir monté.

Par André Garant

L’Enfant-Jésus (Vallée-Jonction), n’est-il pas situé entre Sainte-Marie et Saint-Joseph, lançait le rigolo Père Gédéon Plouffe? Donc, la crèche de Noël est en Beauce…

Vers 1960, à Saint-Georges, le magasinage du temps des fêtes se fait sur la 1re avenue. Les marchands décorent leurs devantures et enveloppent leur clientèle de musique variée : J.A. Gagné continue  la tradition de bâtir une imposante crèche de Noël qui se retrouve un jour dans les écores de l’ouest, face à l’église, sur le versant de l’ancienne glissade Molson. Le magasin à rayons de Roger Farmer (ex-magasin général de Jean-Thomas Cliche) fait écarquiller les yeux! Papillon 5-10-15 attire les jeunes en vue de conseiller le Père Noël…malgré la période de l’Avent! Bientôt, la messe de minuit (à minuit!) et pour certaines pieuses âmes, les trois messes.

C’est le temps où l’on va couper le sapin dans les boisés du voisinage. Les mamans préparent la boustifaille des Fêtes : pâtés à la viande, cretons, ragoûts de pattes de cochons, tartes, roulés au sucre et aux fraises garnissent les dépenses de galeries. La maisonnée et la parenté s’en mettront plein le trou du cou!

Jadis, vers le début de la décennie 1950, plusieurs familles possédaient encore une glacière qui tenait lieu de réfrigérateur. Un certain Paquet vendait des blocs de glace, coupés au 3e barrage du ruisseau de l’Ardoise. Quant à lui, Arthur Beaudoin (1897-1979) commerçait la glace du barrage de la rivière Pozer, à l’époque du pont couvert rouge.

Aussi, en automne 1955, l’Épicerie-Boucherie Drouin et Paquet abat des cochons sur la 3e avenue est à Saint-Georges, face au Cinéma Vimy, sur le stationnement du Georgesville actuel…en plein centre-ville.

La 1re Avenue à Saint-Georges Est, à la hauteur de la cordonnerie Méthot, vers 1954. Crédit photo : Société historique Sartigan

La 1re Avenue à Saint-Georges Est, à la hauteur de la cordonnerie Méthot, vers 1954. Crédit photo : Société historique Sartigan

Le soir, les rares lumières de circulation mettent de la couleur dans les yeux. Les cartes de souhaits sont enfilées près du sapin qui sent bon! Les petites patinoires extérieures rassemblent des fillettes qui patinent comme Barbara Ann Scott. Les petits gars se prennent pour des Jean Béliveau, des Bernard Geoffrion et des Maurice Richard! Un vrai cadeau, l’école est fermée jusqu’après les Rois. 

La fébrilité est bien présente de la Station à Jersey Mills, au rang des Carreaux, au Village Morency, au Faubourg Saint-Antoine, au rang Saint-Nicolas…au Petit Canada près de l’église de l’ouest, au Domaine, au Bas et au Haut de la paroisse, dans l’ouest de Saint-Georges.

Combien d’artistes et d’artisans (es) dans l’ombre habitent Saint-Georges et la Beauce? Avec Romuald Rhéaume, la tradition artisanale beauceronne se perpétue…

Romuald Rhéaume

1920-1982

Romuald Rhéaume naît le 17 octobre 1920 à Saint-Georges-de-Beauce. Il est le fils de l’hôtelier Albéric Rhéaume (1891-1959) et de Marie-Jeanne Lemay (1894-1958).

Romuald Rhéaume (1920-1982), le 5 janvier 1964. Photographe Rosaire Gamache. (Fonds André Garant)

Romuald Rhéaume (1920-1982), le 5 janvier 1964. Photographe Rosaire Gamache.
(Fonds André Garant)

À l’époque où l’instruction est rare, Romuald fréquente le Petit Collège de Saint-Georges-Ouest (Académie Notre-Dame du Sacré-Cœur), jusqu’à la 11e année. Manuel, il suit un cours de soudure pendant un an. Comme son père opère l’Hôtel Rhéaume (Grand Hôtel) sur la 1re avenue Est à Saint-Georges, pendant trois ans, le jeune Romuald donne un coup de main à cet établissement hôtelier familial.

La Salle Murtha

Dans la décennie 1920, Thomas Arnold Murtha (1856 – 1933), le père d’Ernest Murtha (1899-1975) possède La Salle Murtha (aujourd’hui Le Grand Hôtel). Évangéliste Roy est le voisin, côté nord de la Salle. On y tient des réunions diverses, des spectacles, de la danse et même des pièces de théâtre. De biais, de l’autre côté nord de la 1re avenue, Murtha se reconvertit en hôtelier (site actuel du Vieux St-Georges). Plus tard, Joseph Gagné (1866-1933) y tient un magasin général au rez-de-chaussée de l’ancienne Salle Murtha, avec une écurie ouverte pour stationner des chevaux. 

 Albéric Rhéaume prend la relève comme tenancier du magasin général. En 1924, il vend sa marchandise à Albert Veilleux (1882-1965) de la 1reavenue Est à Saint-Georges. Albéric Rhéaume achète la bâtisse de Murtha et reconvertit le tout en Hôtel Rhéaume. M. Rhéaume décédera en 1959. Peu après, propriétaire de l’établissement, Les immeubles de Beauce inc. des frères Thibaudeau vendent à Léopold Garneau (1910-1983). Plus tard, les frères Germain et Nelson Rodrigue s’en portent acquéreurs. Le Complexe Hôtelier du Grand Hôtel passera aux mains de Richard Bolduc.

 L’artisan (barbu) Romuald Rhéaume. L’habitant à la tuque rouge, un voisin et le porc éventré  ont été fabriqués par Romu. On fait boucherie avant le Fêtes, une tradition d’antan. En bas de la photo, un écriteau montre : Ne touchez pas. Joyeux Noël. (Fonds André Garant)

L’artisan (barbu) Romuald Rhéaume. L’habitant à la tuque rouge, un voisin et le porc éventré ont été fabriqués par Romu. On fait boucherie avant le Fêtes, une tradition d’antan. En bas de la photo, un écriteau montre : Ne touchez pas. Joyeux Noël. (Fonds André Garant)

Romu, l’artisan

Vers la fin de la 2e Guerre mondiale, Romu, comme son entourage le nomme, se spécialise dans le fer ornemental et le fer forgé d’art. Un dénommé Fortin et un certain Tanguay de Saint-Gédéon (décédé en 1973) lui apprennent le métier d’artisan forgeron. Certes, les clôtures lui donnent de l’ouvrage. Cependant, doté d’un esprit artistique certain, il laisse aller son imagination; entre autres,  des amateurs d’art de Toronto, d’Argentine et de New York font affaire avec le Georgien. Son atelier de forge est alors sis sur le terrain du Pavillon Comrie, aujourd’hui, en 2014, sur le site du Centre sportif Lacroix-Dutil, 1re avenue nord-est à Saint-Georges.

Le 6 septembre 1944, au 77, 14e rue Est, il achète un terrain de Georges Thibaudeau. Ainsi, à Saint-Georges, le 3 septembre 1947, Romuald Rhéaume se marie à Gertrude Garant (1922-1984). Elle est la fille de William Garant (1890-1950), charretier et taxi de Saint-Georges, et de Marie Grondin (1888-1980), modiste et artisane de la fourrure. À la fin des années 1950, le carosse du Carnaval d’hiver de Saint-Georges est son œuvre. À Saint-Georges, le Jaro des Jeux d’hiver du Québec, trouve vie grâce à lui.

Le 30 août 1966, le directeur de la Banque Royale à Saint-Georges, Rodolphe Duchesne (1906-1993), achète la maison du couple Rhéaume-Garant. M. Duchesne prendra sa retraite en mars 1968. Aussi, vers 1964, toujours attiré par les antiquités, il parcourt la région de Beauce-Dorchester-Frontenac. L’antiquaire en lui déniche des pièces rares du patrimoine régional : rouets, chaises anciennes, bancs de quêteux, mobilier de chambre à coucher, berceaux, cadres stylisés, vieux fusils, lampes à l’huile, cruchons et jarres de grès, vaisselle rare …

La tradition beauceronne

En 1974, la direction générale du Patrimoine Québec dresse un pré-inventaire signé René Bouchard et Cécile Gingras. On y répertorie sa collection de moules à sucre, trouvailles dévoilées en 1976 par la TV de Radio-Canada, dans la série Un pays, un goût, une manière. Romuald affirme même posséder une bouteille de boisson d’Édouard Lacroix, la porte de la prison de Saint-Joseph-de-Beauce, etc.

Donc, la sculpture, la peinture, la taxidermie, l’artisanat de tapis crochetés lui donnent des ailes. Écrivain à ses heures, Romu relate ses voyages de chasse au pays des Montagnais de la région de Péribonka. Son livret souvenir est confectionné de peau d’original. Quand vient le temps de prendre le crachoir, la pipe bien campée, l’œil canaille, la barbe hirsute, il se déguise facilement en un conteur passionné.

Noël à Cumberland Mills

À la fin de 1966, Romuald et Gertrude, parents de Suzanne dite Suzie Rhéaume, emménagent dans leur nouvelle résidence de la Route Kennedy, à l’entrée nord de Saint-Georges. Les touristes font escale chez lui. Comme la rivière Chaudière coule à l’arrière de sa maison, il affectionne une petite excursion en canot. Précurseur, dans la décennie 1980, on se souvient de ses messes de Noël qu’il recrée à la chapelle de Cumberland Mills, à Saint-Georges. Un décor ouaté de carte postale. On raconte que certains invités à cette festivité venaient en carrioles.

L’équipe du maire Sylvester Redmond (1917-2001) de Ville de Saint-Georges, il y a près de 50 ans. À la droite de Coé Redmond, Romuald Rhéaume et à la gauche de M. Redmond, Blaise Gagnon, maître-électricien (1920-1982), beau-frère de Romuald. Le père de Blaise, Henri-Louis Gagnon (1881-1964), fut député libéral provincial de Frontenac de 1931 à 1935 et de 1939 à 1944, maire de Lambton, préfet de comté, shérif de Beauce, président de la Commission Scolaire de Lambton et marguillier. (Fonds André Garant)

L’équipe du maire Sylvester Redmond (1917-2001) de Ville de Saint-Georges, il y a près de 50 ans. À la droite de Copé Redmond, Romuald Rhéaume et à la gauche de M. Redmond, Blaise Gagnon, maître-électricien (1920-1982), beau-frère de Romuald. Le père de Blaise, Henri-Louis Gagnon (1881-1964), fut député libéral provincial de Frontenac de 1931 à 1935 et de 1939 à 1944, maire de Lambton, préfet de comté, shérif de Beauce, président de la Commission Scolaire de Lambton et marguillier. (Fonds André Garant)

Dans la décennie 1960, pour un mandat de deux ans, Romuald devient échevin à la Ville de Saint-Georges. Romuald Rhéaume décède prématurément à Saint-Georges, le 2 novembre 1982. À l’été 1995, en rétrospective, des œuvres de Romuald sont exposées par sa fille Suzie, à la Bibliothèque municipale du secteur ouest de Saint-Georges.

En décembre 2009, la demeure de Romuald de la Route Kennedy passe au feu. De toute façon, en 2013, une nouvelle bretelle d’accès à l’Autoroute Robert-Cliche aurait obligé son déménagement.

André Garant, neveu de Romuald

Réame dit Rhéaume

Jean Réame / France / Marie Chevalier

René Rhéaume, Maître charpentier de grosses œuvres / 29 oct. 1665, Notre-Dame, Québec / Marie Chevreau (Catherine Chevreau et Étiennette Jallée)

Enfants : Maurice (1666-1709), Robert (1668-1744), Simon (1669-), Étiennette (1672-1708), René (1673-1768), Jean-Baptiste (1675-), Marie-Renée (1677-1733), Jacques (1679-1679), Pierre (1681-1683), Jacques (1683-1711), Michel (1685-1745), Charles (1688-), Pierre (1691-)…

René Rhéaume (1673-1768) / 22 nov. 1694, La Visitation-de-Notre-Dame, Château-Richer / Marie Guyon (Simon Guyon et Louise Racine)

Enfants : Simon, Gabriel…

Simon Rhéaume / 9 fév. 1724, Charlesbourg / Madeleine Julien (Nicolas Julien et Marie Brisson)

Enfants : Jacques, Ange, René-Simon, Simon..

Jacques Rhéaume / 24 mai 1751, Charlesbourg / Marguerite Allard (Pierre Allard et Madeleine Paquet)

Enfants : Simon, Marie, Prisque…

Simon Rhéaume / 2 fév. 1785, La Visitation-de-Notre-Dame, Château-Richer / Marie Gravel (Pierre Gravel et Marie-Anne Bureau)

Enfants : Simon, Angélique, Rosalie, Marie, Madeleine, Suzanne, Ignace, Antoine…

Simon Rhéaume / 9 fév. 1813, Sainte-Marie, Beauce / Marie Gagné (Antoine Gagné et Marguerite Destroismaisons)

Enfants : Jacques, Charles, Sophie, Olivette, Denis, Georges, Zoé, André…

Jacques Rhéaume /27 juillet 1841, Sainte-Marie, Beauce / Véronique Morisset (Joseph Morisset et Véronique Marcoux)

Enfants : Alphonse, Georges, François, Cyrille, Domitille.

Alphonse Rhéaume (-1915) / 8 sept. 1885, Sainte-Marie, Beauce / Anathalie Vachon (Antoine Vachon et Marie-Louise Pépin).

Enfants : Roméo (1885-1963), Hervé (1888-1974), Albéric (1891-1959), Bertha (1895-1974)

Albéric Rhéaume (1891-1959) / 4 mai 1915, Saint-Georges, Beauce / Marie-Jeanne Lemay (Francis Lemay et Florida Veilleux)

Enfants : Marcel (1916-1921), Germain (1918-), Isabelle (1919-2007), Romuald (1920-1982), Monique (1920-2011), Geneviève (1924-), Bruno (1925-1926), Clément (1927-) maire de Saint-Hyacinthe de 1980 à 1992, Pauline (1930-)

Romuald Rhéaume (1920-1982) / 3 sept. 1947, Saint-Georges, Beauce / Gertrude Garant (1922-1984) (William Garant et Marie Grondin). Enfant : Suzanne dite Suzie Rhéaume.

André Garant

Sources :

Ancestry.ca

Biographies Beauce-Dorchester-Frontenac, Les Éditions Sartigan, Roger Bolduc, 1972

BMS2000

Fichier Origine

Souvenir anonyme du Grand Hôtel, sans date

Souvenirs personnels de mon oncle Romuald, André Garant

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo

120x600 ad code [Inner pages]