Ajoutez ce site comme page de démarrage

NOUVEAU SENTIER PÉDESTRE

Des canons de l’environnement à la Réserve naturelle de la Cumberland

Par: Joffre Grondin

André Bélisle, président de l’AQLPA, Christian Simard, directeur général de Nature Québec, Pierre Bégin, préfet de la MRC de Beauce-Sartigan, Jean Poulin, président de l’APMCH, Paulo Pépin, Caisse Desjardins du Sud-de-la-Chaudière, Maxime O’Brien, coordonnateur de projets et Claude Grondin directeur-Initiatives fauniques à la Fondation de la faune du Québec. Le vent très frisquet n’apparaît pas sur la photo, mais était très présent.

André Bélisle, président de l’AQLPA, Christian Simard, directeur général de Nature Québec, Pierre Bégin, préfet de la MRC de Beauce-Sartigan, Jean Poulin, président de l’APMCH, Paulo Pépin, Caisse Desjardins du Sud-de-la-Chaudière, Maxime O’Brien, coordonnateur de projets et Claude Grondin directeur-Initiatives fauniques à la Fondation de la faune du Québec. Le vent très frisquet n’apparaît pas sur la photo, mais était très présent.

Après des années de travail acharné, l’Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland (APMHC) procédait, avec ses partenaires, à l’inauguration officielle de la réserve naturelle de la Cumberland et de son sentier d’interprétation de la faune, le 23 septembre, et, pour l’occasion, ils avaient sorti les gros canons.

Précisons que la réserve est un ensemble de propriétés privées qui ont été achetées par l’Association pour éviter de fragmenter ce bloc d’espace naturel à valeur écologique très élevé,  maintenant une richesse écologique pour les générations futures.

Boum !

En plus du préfet de la MRC Beauce-Sartigan, Pierre Bégin, on remarquait André Bélisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Claude Grondin, directeur-Initiatives fauniques, et Maxime O’Brien, coordonnateur de projets à la Fondation de la Faune du Québec à la Fondation de la faune du Québec, et Christian Simard directeur général de Nature Québec, un des plus importants mouvements environnementaux au Québec.

Bref, les représentants des principaux promoteurs de l’environnement de la province avaient jugé l’événement assez exceptionnel pour y assister.

Le public est bienvenu, cependant…

Les administrateurs de l’APMHC, propriétaire des terres de 79,2 hectares, avec plus de 200 espèces animales, ont décidé de partager une partie du site avec la population. Ceci afin d’offrir au public la chance d’accéder à ce territoire privé à haute valeur écologique.

Pendant plusieurs mois, de nombreux bénévoles ont travaillé à aménager un sentier pédestre de 1,8 km sur le site de la réserve naturelle de la Cumberland… en raquettes l’hiver.

Le sentier d’interprétation sera accessible annuellement du mois de juillet au mois de mars. Ainsi, la circulation sur le site doit être restreinte pendant les mois d’avril, mai et juin afin de ne pas perturber l’avifaune pendant sa période de reproduction et de nidification. Les animaux de compagnie, la nourriture et les VTT ne sont évidemment pas admis.

Les partenaires et bénévoles présents lors de la coupe du ruban pour l’ouverture officielle de la réserve naturelle de la Cumberland et de son sentier d’interprétation de la faune étaient encadrés par Maxime O’Brien de la Fondation de la faune du Québec et de nul autre que Clément Côté, dit Cléobule, clown écologiste, bénévole et citoyen soucieux de l’environnement.

Les partenaires et bénévoles présents lors de la coupe du ruban pour l’ouverture officielle de la réserve naturelle de la Cumberland et de son sentier d’interprétation de la faune étaient encadrés par Maxime O’Brien de la Fondation de la faune du Québec et de nul autre que Clément Côté, dit Cléobule, clown écologiste, bénévole et citoyen soucieux de l’environnement.

La mission que poursuit l’organisme est de sensibiliser la population à l’importance de la conservation de la biodiversité. Ainsi, plusieurs panneaux thématiques agrémentent le parcours.

Des gens enthousiastes

Claude Grondin, de la Fondation de la Faune du Québec, avoue que la Fondation s’est investie, car elle « a été rapidement convaincue de la valeur faunique du projet [car] c’est la dernière grande zone humide de Beauce-Sartigan ». Ça va de la tortue à l’orignal. La technique de corridors pour que les milieux communiquent entre eux sera de plus en plus utilisée.

André Belisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, récemment intronisé au prestigieux cercle des Phénix, qui comprend entre autres Frédérick Back, Hubert Reeves et Jacques Languirand, a mentionné que l’AQLPA soutient le projet Cumberland depuis le début, et insisté sur le fait que les marais et les couverts forestiers sont de puits de carbone vitaux pour la planète. Voir ici : http://www.phenixdelenvironnement.qc.ca/fr/cercle-des-phenix/membres.php

Christian Simard, dg de Nature Québec, aussi partenaire depuis le début a avoué avoir eu des doutes sur la faisabilité. Reboiser une rue ne s’était jamais fait. « C’est incroyable ce qu’ils ont fait… un cas unique au Québec ». Dans le futur « on dira que quelqu’un a été visionnaire en protégeant ce site » avance Christian Simard.

La participation financière de la MRC de Beauce-Sartigan par le biais du pacte rural (15 000 $ a lancé le préfet Pierre Bégin), d’Environnement Canada par le Programme d’intendance des habitats et de la caisse populaire du Sud-de-la-Chaudière, a permis la mise en place du sentier, l’aménagement d’une aire d’accueil ainsi que la conception de sept panneaux d’interprétation.

« Ce projet est le fruit de la collaboration et de la concertation d’acteurs locaux, régionaux et provinciaux qui a permis la création de cette aire protégée à perpétuité dans la région… un nombre impressionnant d’entreprises beauceronnes et de bénévoles ont contribué à ce projet beauceron de protection de l’environnement », assure le président fondateur de l’APMHC, M. Jean Poulin.

 Tous ces gens dans les grands bois avec quelques tentes en cas de pluie. Grands mercis aux commanditaires.

Tous ces gens dans les grands bois avec quelques tentes en cas de pluie. Grands mercis aux commanditaires.

Projets

De plus, cette réserve naturelle en milieu privé, propriété de l’APMHC, est également un site de diffusion des connaissances en étant l’hôte de divers projets scolaires et universitaires et d’activités éducatives encadrées. Plusieurs projets de restauration et de mise en valeur de la faune y sont actuellement en cours en collaboration avec l’Université de Sherbrooke, la Fondation de la faune du Québec, la Fondation Cowboys fringants et de nombreux partenaires privés.

À propos de L’APMHC

L’Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland est un organisme de charité accrédité. Des reçus aux fins de l’impôt sont émis par l’organisme pour tous les dons reçus de plus de 10 $. Pour information, vous pouvez communiquer avec M Jean Poulin au 418 226-0329 ou à j.poulin@globetrotter.net

Il est également possible de contribuer directement à la pérennité du projet en faisant un don au « Fonds – Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland » à la Fondation communautaire du Grand Québec. Ce fonds a pour objectif de soutenir la gestion, à long terme et à des fins d’aires protégées, de propriétés ou de servitudes réelles et perpétuelles de conservation appartenant à l’organisme ou gérées en totalité ou en partie par ce dernier.

Les biens du fonds sont affectés de façon irrévocable à la réalisation de cet objectif. Pour des informations supplémentaires sur ce fonds, consultez le www.fcommunautaire.com 

Cléobule a décidé de recycler le ruban pour un autre événement. Rien ne se perd, rien ne se crée!

Cléobule a décidé de recycler le ruban pour un autre événement. Rien ne se perd, rien ne se crée!

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo