Ajoutez ce site comme page de démarrage

Quand 3 frères marient 3 soeurs...

Dans la Beauce, « on est tricoté serré ».

Par: Denis Beaulieu

Les trois fils Lachance et les trois soeurs Champagne. Le père, Francis Champagne est assis à l’avant. Derrière lui trois de ses filles et leurs époux Lachance : Desneiges et Évangéliste; Odélie avec Joseph; Elmire avec Théodule. La photo date de 1918

Les trois fils Lachance et les trois soeurs Champagne. Le père, Francis Champagne est assis à l’avant. Derrière lui trois de ses filles et leurs époux Lachance : Desneiges et Évangéliste; Odélie avec Joseph; Elmire avec Théodule. La photo date de 1918

Le 1er octobre 2007 était le 100e  anniversaire de mariage d’Arthur Labbé et de Maria Champagne et le 75e anniversaire de mariage de leur fille Anna-Marie Labbé, avec Ernest Simard. Mon épouse, Gabrielle Simard, est la fille d’Anna et d’Ernest Simard. Pour cette occasion, il me semblait donc à propos de faire un bref historique de la famille Labbé. 

En examinant la généalogie de chacune des familles Labbé, Lachance et Champagne, on constate que « dans la Beauce, on est tricoté serré ». En effet, Arthur Labbé en mariant Maria Champagne est devenu le neveu de ses belles-sœurs Champagne et le beau-frère de ses tantes et que Maria est devenue la nièce et la belle-sœur des oncles d’Arthur. Regardons de plus près comment se sont tissés tous ces liens de parenté entre ces trois familles, au cours d’une seule génération, de 1883 à 1907.

Jean-Baptiste Squerré dit Labbé épouse Marie-Delphine Doyon, le 3 août 1858 à Saint-Joseph-de-Beauce. De cette union naît Jean-Baptiste-Thomas Labbé, en 1859. Jean-Baptiste-Thomas épouse Adeline Lachance, le 21 août 1883 à Saint-Elzéar-de-Beauce. De cette union naît Arthur Labbé, le 6 juin 1884 à Sacré-Cœur-de-Marie.

Adeline Lachance est la fille d’Antoine Lachance et d’Hélène Dufresne et aussi la sœur de Théodule, Évangéliste et Joseph Lachance de Saint-Elzéar-de Beauce.

Voici un graphique qui résume la situation. Les années indiquent l’année du mariage.

Voici un graphique qui résume la situation. Les années indiquent l’année du mariage.

François Lambert dit Champagne épouse Modeste Fecteau, le 9 octobre 1838 à Sainte-Marie-de-Beauce.

De cette union naît Francis Champagne, en 1842. Francis épouse Marie-Elmire Lehoux, le 30 janvier 1866 à Sainte-Marie-de-Beauce. De cette union naîtront treize enfants dont Elmire, Desneiges, Odélie et Maria, demeurant toutes à Saint-Séverin.

C’est ici qu’on commence à « tricoter ». Les trois sœurs Champagne : Elmire, Desneiges, et Odélie, les sœurs de Maria, marient les trois frères Lachance : Théodule, Évangéliste et Joseph, les frères d’Adeline. Toutes les trois se marient à Saint-Séverin, comme le voulait la coutume. Elmire et Théodule se marient le 13 juillet 1896, Desneiges et Évangéliste 1eraoût 1898 et Odélie et Joseph le 8 juillet 1901. Quelques années plus tard, le 1er octobre 1907, leur sœur Maria épouse, aussi à Saint-Séverin, Arthur Labbé.

C’est ainsi que la famille Labbé de Saint-Joseph-de-Beauce qui avait un lien direct de parenté avec la famille Lachance de Saint-Elzéar-de-Beauce qui elle avait un lien direct de parenté avec la famille Champagne de Saint-Séverin, se retrouve avec un lien direct de parenté aussi avec la famille Champagne.

Jean-Baptiste-Thomas Labbé & Adeline Lachance

Jean-Baptiste-Thomas Labbé & Adeline Lachance

Jean-Baptiste-Thomas Labbé est né en 1859, à Saint-Elzéar-de-Beauce. Le 21 août 1883, il épouse Adeline Lachance, fille d’Antoine Lachance et d’Hélène Dufresne, à Saint-Elzéar-de-Beauce. Demeurait-il à Sacré-Cœur-de-Marie, à une quinzaine de kilomètres de Thetford Mines? Une chose est sûre, il y était le 6 juin 1884, lors de la naissance de leur premier enfant, Arthur. Par la suite, Jean-Baptiste-Thomas et Adeline eurent au moins six autres enfants : Alphonsine, Anna, Ernest, Mathias, Philémon et Joseph.

Au début des années 1900, Jean-Baptiste-Thomas achète un hôtel à Sainte-Cécile-de-Whitton, tout près de la gare. Il y demeura plusieurs années. Lorsque le  Québec Central abandonne la ligne de chemin de fer, enlève les rails et ferme la gare, Jean-Baptiste-Thomas démolit son hôtel et se construit une maison un peu plus haut, avec le bois de l’hôtel. Arthur, son garçon, viendra lui aider à la construction.

Le 4 novembre 1927, il décède. Il était atteint du cancer de la prostate. À moment-là, on appelait cette maladie : « les coliques cordées ».

Lui et Adeline seront enterrés dans le cimetière de Sainte-Cécile-de-Whitton. Au décès d’Adeline, en 1937, les deux vieux-garçons qui demeuraient avec leur mère, Ernest et Philémon, abandonnèrent la maison telle qu’elle était. Ils cadenassèrent la porte et plus personne n’y est jamais retourné. Mathias, le fils de Jean-Baptiste-Thomas, est l’un des pionniers et fondateurs de Saint-Mathias-de-Bonneterre. Il avait épousé Délia Turmel, le 17 juin 1919 à Saint-Elzéar-de-Beauce.

 Francis Champagne et Elmire Lehoux

Francis Champagne et Elmire Lehoux

Quant aux parents de Maria, on sait que Francis Champagne est né en 1842, à Sainte-Marie-de-Beauce. Il épousa Marie-Elmire Lehoux le 30 janvier 1866 à Sainte-Marie-de-Beauce. Ils eurent treize enfants : Émilienne, décédée à l’âge de deux ans, Joseph, Marie, décédée à l’âge de cinq ans, Desneiges, Marie-Rose, décédée à l’âge de trois ans, Odélie, Georges, Alfred, Maria, Joséphine, Osias, Elmire, et Euclide. Francis était l’un des pionniers de Saint-Séverin et il demeurait sur une ferme achetée de monsieur Ignace Ferland. Francis était cultivateur. Francis et son fils Osias ont travaillé à la construction des fondations de l’église actuelle de Saint-Séverin : Francis plaçait les pierres et Osias préparait le ciment. Maria racontait que son père allait à Québec en tombereau pour vendre ses récoltes et revenait avec d’autres nourritures. Tout un voyage pour l’époque.

Il décéda, à l’âge de 70 ans, le 26 février 1912 à Saint-Séverin, d’un cancer d’intestins, maladie qu’on appelait alors : « avoir un corps de bois ». Marie-Elmire décéda, à l’âge de 81 ans et six mois, le 28 avril 1930, aussi à Saint-Séverin. Les deux furent ensevelis dans le cimetière de Saint-Séverin. Leurs fils, Joseph et Euclide, qui étaient allés au Yukon lors de la « Ruée vers l’or » et qui vivaient à Vancouver au moment du décès de leur mère, payèrent le monument funéraire qu’on peut encore voir au cimetière.

Maria Champagne et Arthur Labbé

Maria Champagne et Arthur Labbé

Les informations sont puisées principalement dans ma base de données généalogiques, dans le livre du 125e anniversaire de La Patrie, dans les livres de « Baptêmes, Mariages et Sépultures de Saint-Séverin » et dans les enregistrements que j’ai faits avec Lionel, Germain, Rita, Alfred et Gertrude Labbé.

LES ANCÊTRES SQUERRÉ dit LABBÉ

Les ancêtres LABBÉ sont des SQUERRÉ.  Voici la lignée paternelle ascendante directe d’Arthur Labbé :

Michel SQUERRÉ dit LABBÉ, né en 1675 à Auch, Gascogne, France. Il a épousé Rose OUVRÉ, en 1700 à Auch, Gascogne, France.

2e Génération

Jean-Baptiste SQUERRÉ dit LABBÉ, né en 1701 à Auch, Gascogne, France, décédé le 10 janvier 1761 à Saint-Joseph-de-Beauce.  Il a épousé Marie-Ursule DAUPHIN, le 16 janvier 1730 à Beauport, (fille de René DAUPHIN et Suzanne GIGNARD), née en 1710, décédée à Saint-Joseph-de-Beauce.

3e Génération

René SQUERRÉ dit LABBÉ, né le 8 mars 1739 à Beauport.  Il a épousé Marguerite DOYON, le 12 février 1770 à Saint-Joseph-de-Beauce, (fille de Jean DOYON et Marguerite VACHON dit POMERLEAU), née en 1750.

4e Génération

Pierre SQUERRÉ dit LABBÉ, né le 9 mai 1778 à Sainte-Marie-de-Beauce.  Il a épousé Marie-Angélique NADEAU, le 3 novembre 1807 à Saint-Joseph-de-Beauce, (fille de Joseph-Marie  NADEAU et Angélique LESSARD), née en 1787.

5e Génération

Urbain SQUERRÉ dit LABBÉ, né en 1807 à Saint-Joseph-de-Beauce.  Il a épousé Marguerite NADEAU, le 20 novembre 1832 à Saint-Joseph-de-Beauce, (fille d’Étienne NADEAU et Marguerite DODIER), née en 1807.

6e Génération

Jean-Baptiste SQUERRÉ dit LABBÉ, né en 1833 à Saint-Joseph-de-Beauce.  Il a épousé Marie-Delphine DOYON, le 3 août 1858 à Saint-Joseph-de-Beauce, (fille d’Alexis DOYON et Justine BLOUIN).

Jean-Baptiste-Thomas Labbé, Adeline Lachance et Philémon

Jean-Baptiste-Thomas Labbé, Adeline Lachance et Philémon

7e Génération

Jean-Baptiste-Thomas LABBÉ, né en 1859 à Saint-Elzéar-de-Beauce, décédé le 4 novembre 1927 à Sainte-Cécile-de-Whitton.  Il a épousé Adeline LACHANCE, le 21 août 1883 à Saint-Elzéar-de-Beauce, (fille d’Antoine LACHANCE et Hélène DUFRESNE).

8e Génération

Arthur LABBÉ, né le 6 juin 1884 à Sacré-Cœur-de-Marie, décédé le 5 décembre 1973 à La Patrie. Il a épousé Marie-Anna CHAMPAGNE, le 1er octobre 1907 à Saint-Séverin, (fille de François (Francis) CHAMPAGNE et Marie-Elmire LEHOUX).

Ainsi on voit que le premier Squerré dit Labbé québécois, Jean-Baptiste, venait de Gascogne en France et que par la suite les Squerré dit Labbé se sont établis dans la Beauce.

LES ANCÊTRES PÉPIN dit LACHANCE

Les ancêtres Lachance sont des PÉPIN.  Voici la lignée maternelle ascendante directe d’Arthur Labbé :

André PÉPIN, né vers 1610 en France.  Il a épousé Jeanne CHEVALIER DE BOURVILLE, en Normandie, France.

2e Génération

Antoine PÉPIN dit LACHANCE, né le 10 avril 1636 à Rouen, Normandie, France, décédé le 23 janvier 1703 à Sainte-Famille, Île d’Orléans.  Il a épousé Marie TESTE, le 24 novembre 1659 à Québec, (fille de Jean TESTE et Louise TALONNEAU), née en 1638, décédée en 1716 à Saint-François, Île d’Orléans.

3e Génération

Jean PÉPIN dit LACHANCE, né le 29 mars 1664 à Château-Richer, décédé le 31 décembre 1752 à Saint-Jean, Île d’Orléans.  Il a épousé Renée GUYON, le 25 octobre 1688 à Sainte-Famille, Île d’Orléans, (fille de Claude GUYON et Catherine COLLIN), née en 1670.

4e Génération

Antoine PÉPIN dit LACHANCE, né le 21 janvier 1694 à Saint-Jean, Île d’Orléans, décédé le 20 décembre 1754 à Saint-Jean, Île d’Orléans. Il a épousé Marie-Madeleine BLOUIN dit LAVIOLETTE, le 22 juin 1722 à Saint-Jean, Île d’Orléans, (fille d’Emery BLOUIN dit LAVIOLETTE et Marie CARREAU dit LA FRAICHEUR), née en 1696.

5e Génération

Antoine PÉPIN dit LACHANCE, né le 7 mai 1723 à Sainte-Famille, Île d’Orléans. Il a épousé Marie-Françoise ÉLIE dit BRETON, le 20 avril 1749 à Saint-Vallier, (fille de Philippe ÉLIE dit BRETON et Marie-Josephte CORRIVEAU), née en 1729.

6e Génération

Charles PÉPIN dit LACHANCE.  Il a épousé Josephte ISOIRE dit PROVENCAL, le 29 octobre 1781 à Sainte-Marie-de-Beauce, (fille de Germain ISOIRE dit PROVENCAL et Angélique DUBEAU).

7e Génération

Michel PÉPIN dit LACHANCE.  Il a épousé Marguerite BISSON, le 17 février 1817 à Saint-Joseph-de-Beauce, (fille d’Étienne BISSON et Marianne VALLÉE).

8e Génération

Antoine LACHANCE. Il a épousé Hélène DUFRESNE, le 9 février 1858 à Saint-Elzéar-de Beauce, (fille de Louis DUFRESNE et Hélène DUGRENIER dit PERRON).

9e Génération

Adéline LACHANCE. Elle a épousé Jean-Baptiste-Thomas LABBÉ, le 21 août 1883 à Saint-Elzéar-de-Beauce, (fils de Jean-Baptiste SQUERRÉ dit LABBÉ et Maire-Delphine DOYON).

 Francis Champagne et Marie-Elmire Lehoux

Francis Champagne et Marie-Elmire Lehoux

Ainsi on voit que le premier Pépin dit Lachance québécois, Antoine, venait de Normandie en France et que par la suite les Pépin dit Lachance se sont établis à l’Île d’Orléans puis dans la Beauce.

LES ANCÊTRES LAMBERT dit CHAMPAGNE

Les ancêtres Champagne sont des LAMBERT.  Voici la lignée paternelle ascendante directe de Marie-Anna Champagne :

Odord LAMBERT.  Il a épousé Jacqueline FEUILLARD, à Saint-Aubin, Perche, France.

2e Génération

Aubin LAMBERT né en 1632 à St-Aubin de Tourouve, France, décédé en 1713 à Saint-Nicolas, Lévis. Il a épousé Elizabeth AUBERT, le 29 septembre 1670 à Québec, (fille de Michel AUBERT et Jeanne AUBERT).

3e Génération

Pierre-François LAMBERT né en 1687 à Québec.  Il a épousé Marie-Louise HOUDE, le 2 septembre 1721 à Québec, (fille de Jean HOUDE et Anne ROULEAU)

4e Génération

Pierre-Joseph LAMBERT dit CHAMPAGNE né en 1722 à Sainte-Croix.  Il a épousé Marie-Anne LEGENDRE, le 15 août 1741 à Sainte-Croix, (fille de Jean-Baptiste LEGENDRE et Suzanne ROULEAU).

5e Génération

Joseph-Henri LAMBERT dit CHAMPAGNE né en 1748 à Sainte-Croix.  Il a épousé Charlotte DUPUIS dit GILBERT, le 3 février 1772 à Saint-Joseph-de-Beauce, (fille de Charles DUPUIS dit GILBERT et Angélique BINET).

6e Génération

Jean-Baptiste LAMBERT dit CHAMPAGNE né en 1787 à Saint-Joseph-de-Beauce.  Il a épousé Véronique TURMEL, le 23 octobre 1810 à Sainte-Marie-de-Beauce, (fille de Louis TURMEL et Véronique FERLAND).

7e Génération

Jean-François LAMBERT dit CHAMPAGNE né en 1812 à Sainte-Marie-de-Beauce.  Il a épousé Modeste FECTEAU, le 9 octobre 1838 à Sainte-Marie-de-Beauce, (fille de Louis FECTEAU et Marie-Anne LESSARD).

8e Génération

François (Francis) CHAMPAGNE, né en 1842 à Sainte-Marie-de-Beauce, décédé à Saint-Séverin le 26 février 1912.  Il a épousé Marie-Elmire LEHOUX, le 30 janvier 1866 à Sainte-Marie-de-Beauce, (fille de Louis LEHOUX et Modeste VACHON dit POMERLEAU), née en 1848, décédée à Saint-Séverin le 28 avril 1930.

9e Génération

Marie-Anna-Théophista CHAMPAGNE, née le 9 novembre 1887 à Saint-Séverin, décédée le 9 octobre 1978 à La Patrie. Elle a épousé Arthur LABBÉ, le 1er octobre 1907 à Saint-Séverin, (fils de Jean-Baptiste-Thomas LABBÉ et Adeline LACHANCE),

Ainsi, on voit que le premier Lambert dit Champagne québécois, Aubin, venait de Perche en France et que par la suite les Lambert dit Champagne se sont établis à Québec et dans la Beauce.

LES ANCÊTRES LEHOUX

Voici la lignée maternelle ascendante directe de Marie-Anna Champagne :

Thomas LEHOUX. Il a épousé Jacqueline GEFFRAY, à La Ventrouze (Orne), Perche, France, vers 1550.

2e Génération

Jacques LEHOUX né vers 1580 à La Ventrouze (Orne), Perche, France, décédé le 16 février 1680 à Sainte-Anne-de-Beaupré. Il a épousé, en premières noces, Léonarde CHALINE, le 9 février 1633 à La Ventrouze (Orne), Perche, France.

3e Génération

Jean LEHOUX né le 27 avril 1633 à La Ventrouze (Orne), Perche, France, décédé le 3 avril 1698 à Sainte-Famille, Île d’Orléans. Il a épousé Élisabeth DRUGEON, le 7 octobre 1659 à Québec.

4e Génération

Jean LEHOUX né le 6 novembre 1671 à Sainte-Famille, Île d’Orléans , décédé le 11 octobre 1751 à Québec. Il a épousé Jeanne GERBER, le 22 novembre 1701 à Sainte-Famille, Île d’Orléans (fille de Mathurin GERBER dit LAFONTAINE et Jeanne LETELLIER).

5e Génération

Hyacinthe-Charles LEHOUX né le 2 juin 1718 à Sainte-Famille, Île d’Orléans , décédé le 23 novembre 1744 à Sainte-Famille, Île d’Orléans. Il a épousé Françoise MORISSET, le 27 novembre 1741 à Sainte-Famille, Île d’Orléans (fille de Gentien MORISSET et Geneviève SIMON dit AUDET).

6e Génération

Charles-Hyacinthe LEHOUX né le 25 août 1744 à Sainte-Marie-de-Beauce, décédé le 26 mars 1790 à Sainte-Marie-de-Beauce. Il a épousé Marie-Louise LESSARD, le 15 janvier 1771 à Sainte-Marie-de-Beauce (fille de Jean-Baptiste LESSARD et Marie-Louise GAGNÉ).

7e Génération

Louis LEHOUX né le 21 mai 1782 à Sainte-Marie-de-Beauce, décédé le 16 novembre 1838 à Sainte-Marie-de-Beauce. Il a épousé Françoise BUSSIÈRES dit BIZIER, le 6 février 1809 à Saint-Henri-de-Lauzon (fille de Pierre-Paul BUSSIÈRES et Françoise FOURNIER).

8e Génération

Louis LEHOUX né le 25 septembre 1812 à Sainte-Marie-de-Beauce, décédé le 15 mars 1888 à Sainte-Marie-de-Beauce. Il a épousé Modeste VACHON dit POMERLEAU, le 28 août 1838 à Sainte-Marie-de-Beauce (fille de Ignace VACHON dit POMERLEAU et Marguerite BISSON).

9e Génération

Marie-Elmire LEHOUX née le 4 octobre 1848 à Sainte-Marie-de-Beauce, décédée le 28 avril 1930 à Saint-Séverin. Elle a épousé François (Francis) CHAMPAGNE le 30 janvier 1866 à Sainte-Marie-de-Beauce (fils de Jean-François LAMBERT dit CHAMPAGNE et Modeste FECTEAU).

Ainsi, on voit que le premier Lehoux québécois, Jacques, venait de Perche en France et que par la suite les Lehoux se sont établis à l’Île d’Orléans et dans la Beauce.

Voici les différents blasons des familles.

Voici les différents blasons des familles.

Quant aux blasons de famille, après plusieurs recherches, je n’ai pas encore trouvé un blason pour la famille Squerré ou Labbé. Toutefois, pour les familles Pépin dit Lachance, Lambert dit Champagne et Lehoux, j’ai trouvé les suivants :

Pourquoi, au cours des années 1800, les noms composés, « Un tel dit Un tel », disparaissent pour faire place à l’un ou l’autre des deux noms? Dans un court article de la revue de la Société Généalogique des Laurentides, « Échos généalogiques », Vol. 18 No 1, Printemps 2002, Lyse Germain-Lauzon nous explique :

« L’emploi des « noms dits » au Québec disparut dans la seconde moitié du siècle dernier. Jusqu’en 1866, les lois civiles en usage dans la province, étaient un mélange des vieilles lois françaises, « coutumes de Paris », et des lois anglaises, « British Common Law ». En 1866, on adopta un code civil de lois qui rendait difficile sinon impossible l’emploi d’un nom « réel » ET d’un nom « dit ». La plupart des familles optèrent pour l’un ou l’autre. Rares furent celles qui choisirent un nom composé qui comprenait les deux noms.»

C’est ainsi que les Squerré dit Labbé ont opté pour « Labbé », que les Pépin dit Lachance ont opté pour « Lachance » et que les Lambert dit Champagne, pour « Champagne ».

 

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo