Ajoutez ce site comme page de démarrage

MOULIN LA LORRAINE : TOUT UN TRIO

En effet, c’est incontournable !

Par: Joffre Grondin

Berthier Guay, Francine Noël, Josée Marceau, directrice générale et artistique du Moulin et Linda Coulombe ont ouvert une nouvelle saison au Moulin La Lorraine.

Berthier Guay, Francine Noël, Josée Marceau, directrice générale et artistique du Moulin et Linda Coulombe ont ouvert une nouvelle saison au Moulin La Lorraine.

La directrice générale Josée Marceau présentait sa nouvelle saison d’expositions et d’activités culturelles ce samedi 22 février, les qualifiant comme « toutes aussi incontournables les unes que les autres ». Si on se fie sur celles qui étaient présentées au public sur les trois étages du Moulin La Lorraine, elle avait totalement raison.

Les trois artistes qui ouvrent la saison sont choisis avec soin et ont une façon de se compléter en quelque sorte qui n’est sûrement pas due au hasard. Pour ces trois artistes, rien ne se perd.

Des assemblages intrigants, astucieux, créatifs, de Berthier Guay accueillent les visiteurs. Les écrans d’ordinateurs montés sur le poteaux à droite fournissent des explications sur les réalisations de ce multi-artiste.

Des assemblages intrigants, astucieux, créatifs, de Berthier Guay accueillent les visiteurs. Les écrans d’ordinateurs montés sur le poteaux à droite fournissent des explications sur les réalisations de ce multi-artiste.

Berthier Guay

À l’entrée, ce sont plusieurs montages de « matière ligneuse », comme l’artiste Berthier Guay décrit son exposition « Entre l’art et l’écorce, la tubulure, le tube », qui vous accueillent.

L’artiste parle de « réappropriation de la sagesse naturelle des arbres et de la nature », mais le premier coup d’œil du visiteur qui passe la porte tombera sur un assemblage intrigant de poutres rondes qui vont fatalement l’accrocher. « C’est quoi, ça ? » est la première réaction, avant de s’approcher pour voir ça en détail.

Artiste, sculpteur et poète, Berthier Guay est aussi celui qui peut démonter une maison et vous la remonter ailleurs. Un témoin fiable qui avait assisté à la chose nous rapportait le fait avec la totale stupéfaction de celui qui ne peut pas s’imaginer que quelqu’un est capable de faire une chose pareille. « Il a tout défait, il a marqué chaque morceau et a remonté la maison au complet ».

 Francine Noël pose près d’un de ses tableaux, réalisé entièrement en appliquant différentes couleurs avec les deux petites cloches encadrées que l’on aperçoit à droite. Il vous faut le voir de près.

Francine Noël pose près d’un de ses tableaux, réalisé entièrement en appliquant différentes couleurs avec les deux petites cloches encadrées que l’on aperçoit à droite. Il vous faut le voir de près.

Francine Noël

C’est dans la Salle des courroies, une salle tout à fait particulière, intime, toute de pierre vêtue, où bat le cœur du Moulin, que « Dans la tête de… » de Francine Noël vous attend. La salle est une sorte de paradis pour les œuvres en trois dimensions. Chaque artiste va l’expliquer différemment.

Francine Noël collectionne des objets, des lunettes, des ressorts, tout ce qui se collectionne et… les recycle en œuvres d’art. Avec un fin sens de l’humour et du jeu de mots, les lunettes à écailles deviennent des écailles de lunettes, et se retrouvent en carapace de tortue.

Jacky in the Book, de Francine Noël. Que de détails !

Jacky in the Book, de Francine Noël. Que de détails !

Pour matérialiser l’imaginaire, elle a monté Jacky in the Book, un personnage transparent monté sur ressorts, qui sort d’un livre, basé sur le Jack in the Box, un diablotin monté sur ressort qui surgit d’une boîte. Détails, détails, détails, ses ongles sont des plumes et des trombones, dans sa tête sont des lunettes, qui renvoient une image déformée de soi-même, et beaucoup plus.

De plus, le personnage est monté sur ressorts et bouge. Le visage est monté avec moustiquaire. « Des heures de plaisir » dira l’artiste qui donne un second souffle aux choses.

Oeuvre de Linda Coulombe, ce robot vu ici d’arrière et de face. La petite fille est une autre des oeuvres de madame Coulombe.

Oeuvre de Linda Coulombe, ce robot vu ici d’arrière et de face. La petite fille est une autre des oeuvres de madame Coulombe.

Linda Coulombe

Elle travaille avec des médiums mixtes, utilise le potentiel des objets recyclés et en souriant devant ses œuvres, on comprend facilement pourquoi elle a gagné de nombreux prix. Ses « créations racontent des histoires heureuses dont l’objectif ultime est de faire sourire » est une excellente description, mais il faut les voir en personne.

La femme caniche, de Linda Coulombe

La femme caniche, de Linda Coulombe

Films et photos ne peuvent transmettre les dimensionnalités et la présence d’œuvres en trois dimensions, sans oublier le temps, la quatrième dimension…, et même l’odeur. La femme caniche, par exemple, montre une de ces femmes trop maquillées qui veulent rester jeunes, couverte de bijoux accrochés au tableau. Sentez ! Même le parfum est là.

Incontournable, avait spécifié Josée Marceau. Et ce n’est que le début de la saison.

Mission, horaire, changement et quelques gugusses

Le centre d’art présente encore cette année des créateurs chevronnés et plusieurs artistes émergents ou de la jeune relève. Les artistes dont les projets d’exposition ont obtenu la faveur du jury représentent diverses formes d’expression et courants artistiques et permettront d’apprécier un éventail de réalisations de facture diversifiée.

Le Moulin La Lorraine étend la gratuité d’admission aux expositions à tous 17 ans et moins. Aux « Portes Ouvertes » déjà offertes lors des Journées de la Culture de septembre, le Moulin ajoute « Les Journées des Moulins » les 27, 28 et 29 juin et porte ainsi à 5 le nombre d’occasions où il n’y a aucuns frais d’admission au Moulin.

On avait demandé un poème à Tallis Michaud, poétesse, chanteuse, musicienne, joue aussi du tweegan, une sorte de tambour. Le voici : une écriture qui a du muscle.

On avait demandé un poème à Tallis Michaud, poétesse, chanteuse, musicienne, joue aussi du tweegan, une sorte de tambour. Le voici : une écriture qui a du muscle.

Le Moulin sera ouvert à compter de midi et fermera à 16 heures (au lieu de 13 h à 17 h) les samedis et dimanche. L’horaire d’été demeure du mercredi au dimanche de 10 h à 17 h, et ouvert sept jours sur sept, du 20 juillet au 3 août 2014.

Relâche

Pendant la relâche scolaire, le Moulin sera spécialement ouvert les 5, 6 et 7 mars de 11 heures à 15 heures.

Un autre tableau tridimensionnel de Linda Coulombe. Profitez de la relâche pour visiter le Moulin avec vos enfants.

Un autre tableau tridimensionnel de Linda Coulombe. Profitez de la relâche pour visiter le Moulin avec vos enfants.

Le Moulin La Lorraine est situé au 1286 route 277, Lac-Etchemin. À compter du 22 février, ouvert samedi et dimanche de 12 heures à 16 heures.

Consultez le site pour les différentes activités, démonstrations et autres ici :  http://www.moulinlalorraine.ca ou communiquez au 418-625-4400 ou info@moulinlalorraine.ca  et joignez la communauté facebook du Moulin.

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo