Ajoutez ce site comme page de démarrage

Quand la musique des clochers battait le rythme du quotidien

Par: Jean-Nicol Dubé/Joffre Grondin

 Même à 66 ans, le petit singe en nous se réveille pour grimper tout en haut, pour avoir la photo. La seule cloche en DO de la Beauce est dans ce clocher, 60 pouces de diamètre, 5,450 livres.

Même à 66 ans, le petit singe en nous se réveille pour grimper tout en haut, pour avoir la photo. La seule cloche en DO de la Beauce est dans ce clocher, 60 pouces de diamètre, 5,450 livres.

L’angélus du matin marquait le début de la journée, celle du midi le milieu, et l’angélus du soir la fin d’une dure journée de labeur. Du temps de nos ancêtres, c’était ainsi. Les cloches livraient des messages, une naissance, un mariage, un glas de Femme (2 fois), un glas d’homme (3 fois), ½ heure avant les messes puis le ¼ heure avant les messes et à l’occasion du décès de l’évêque, parfois d’un pape un long glas.

Les cérémonies du temps des fêtes et de Pâques avaient aussi leur rituel; à un moment donné durant la semaine sainte les cloches « partaient pour Rome » et « revenaient » à Pâques.

À noter qu’à cette époque la pollution par le bruit était inexistante et les cloches livraient leurs musiques sur de longues distances. Mon père m’a raconté que, durant son enfance, il entendait les cloches de Saint-Benoît-Lâbre quand le vent « portait ».

M. Émilien Samson, ami de longue date, s’intéresse aux « clochers » depuis longtemps, un jour il me parla de sa recherche pour répertorier les cloches, par leurs poids, où elles ont été fabriquées et leurs notes.

Électricien, mon travail m’amenait à l’occasion à travailler aux systèmes de contrôle des cloches, pour les fabriques. Je demande à Émilien : « veux-tu visiter les clochers de Saint-Georges ? Mes bons amis, les bedeaux, vont sûrement nous le permettre ». Il était partant. J’organise donc la visite avec les bedeaux. Il a pris en note les inscriptions de chacune des cloches, et les a photographiées ; depuis ce temps, il n’a pas arrêté de visiter les clochers.

L’angélus du midi à l’église l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie : ClochesAssomptionMidi

Quelle ne fut pas ma surprise en lisant « Autour du Clocher Saint-Prosper », par Monsieur Luc Lessard, de voir aux pages 128-129 Les Cloches de Saint-Prosper, par Émilien Samson. Une excellente description des cloches de l’église.

Actuellement, Émilien Samson prépare un répertoire des clochers de la région qu’il publiera à sa retraite, si la liste des clochers répertoriés continue de s’allonger, me dit-il en riant.

Je vous présente en avant-première, la partie « musique » des cloches répertoriées par Émilien Samson.

Toutes ces notes sont de la quatrième octave sur le piano. Si vous avez un clavier électronique, trouvez un son genre carillon pour vous donner une bonne idée.

Jacques Morin, le bedeau souriant, devant le panneau de contrôle du clocher.

Jacques Morin, le bedeau souriant, devant le panneau de contrôle du clocher.

 

Rien ne cloche dans nos paroisses

Paroisse de Saint-Georges, ré – fa – sol – la (le sol sonne à l’angélus)

Paroisse de L’Assomption de Saint-Georges, do – ré – mi – fa. Anciennement l’angélus sonnait avec la quatrième cloche (fa). Le Do est la plus imposante de toutes les cloches de la région 5,450 lb.

Saint-Prosper, fa – sol – la; Sainte-Aurélie, ré – mi – fa dièse; Saint-Zacharie, fa – sol – la;

Saint-Côme, ré – mi – fa dièse – la; Saint-Benjamin, fa – sol – la; Lac-Etchemin, sol – la – si

Sainte-Justine, fa- sol – la; N. D. des Pins, ré – mi –fa dièse;

Saint-François de Beauce (Beauceville), fa dièse – sol dièse – la dièse; Saint-Joseph, fa – sol – la;

Sainte-Marie, ré – mi – fa dièse; Saint-Odilon, mi – fa dièse – sol dièse; Saint Martin, fa – sol – la;

Saint Gédéon, fa – sol – la; Saint-Ludger, fa – sol – la; Saint- Jean-de-la-Lande (Saint-Georges), sol – la – si;

Saint-Honoré, mi bémol – fa – sol; Lambton, mi bémol – fa – sol; Saint-Benoît-Lâbre, sol – la – si;

Saint-Victor, fa – sol – la; Saint Ephrem, mi bémol – sol – si bémol; Vallée-Jonction, fa – sol, – la;

Sainte-Sabine, sol – la – si; Saint-Cyprien, fa – sol – la; Saint-Camille, mi bémol – fa – sol;

Bonne musique, Jean-Nicol Dubé

Ça aurait pu finir ici, mais… Joffre Grondin a pris la relève.

Un peu maniaque… pour musiciens seulement

En lisant cet article de Jean-Nicol, on peut remarquer, que les cloches de presque toutes les paroisses sont composées de trois tons consécutifs, excepté celles de Saint-Éphrem qui forment l’accord de mi bémol, et de Saint-Côme, à quatre cloches en ré, mi, fa dièse et la, ce qui pourrait être un accord de ré, avec une neuvième ajouté.

La cloche en do, 5450 livres de son et la seule en Beauce. Ça a l’air de rien, mais vu de près, c’est autre chose. Et vous pouvez donner un petit coup dessus, histoire d’entendre si ça sonne.

La cloche en do, 5450 livres de son et la seule en Beauce. Ça a l’air de rien, mais vu de près, c’est autre chose. Et vous pouvez donner un petit coup dessus, histoire d’entendre si ça sonne.

On ne peut s’empêcher de constater que ce sont les notes initiales de la chanson des Carpenters, Close to you, qui, initialement un commercial pour une banque, est devenue la chanson que tous voulaient à leur mariage.

Une photo et le son

Comme il fallait une photo pour illustrer l’article, je me suis dit qu’une photo de cloche pourrait convenir. J’ai contacté la madame à l’église l’Assomption, qui a la plus grosse cloche. L’église, pas la madame. Elle, la madame, pas l’église ni la cloche, m’a référé au sacristain, qui aime mieux le terme bedeau, qui m’a conduit au sanctum sanctorum des quatre cloches.

On peut dire qu’on gagne son ciel. Grimper dans le clocher, c’est haut, mais ça vaut la peine. On voit le monde d’en haut… et en bas de zéro avec le vent, c’est mieux de se grouiller pour les photos et les mesures. Mais ça valait vraiment la peine.

L’angélus du midi à l’église l’Assomption.

J’avais déjà enregistré l’angélus sur le coup de midi. En bas, à la chaleur. Les notes employées sont do, ré et fa. Pas de mi. Vitesse, environ 40 battements à la minute. La sonnerie est basée sur le do, le seul do en Beauce, répété une douzaine de fois avant que les ré et fa entrent.

Je vous présente Mi et Fa. Fa est tout en haut

Je vous présente Mi et Fa. Fa est tout en haut

Plus le son est bas, plus la cloche doit être grande en diamètre. Vérification faite en haut, la cloche qui sonne le do, la seule en Beauce, a été donnée par «la famille Édouard Lacroix» en 1950, mesure environ 60 pouces de diamètre. Elle pèse 5,450 livres, ce qui en fait une cloche appelée « à profil renforcé, qui sont plus lourdes, comme par exemple do à 2,600 kilogs au lieu de 2,100 kg » comme le rapporte Léonard Bouchard dans son livre de 1990, Le Québec et ses cloches, préfacé par Jean-Paul Desbiens, le célèbre frère Untel.

Ce qui veut dire que Édouard Lacroix n’y avait pas été de main morte en donnant les cloches. Il avait donné le meilleur.

Notons, pour garder un peu d’humour historique, que l’église d’en face n’avait qu’un ré (environ 3,300 livres) comme plus grosse cloche. Ah! la compétition.

Il y a longtemps que vous êtes parti, mais merci monsieur Lacroix, où que vous soyez.

Il y a longtemps que vous êtes parti, mais merci monsieur Lacroix, où que vous soyez.

Vos commentaires seront très appréciés. Vous pouvez contacter la Société et son président Jean-Nicol Dubé ici :  sgbce@globetrotter.net

Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo