Ajoutez ce site comme page de démarrage

« Ville de Saint-Georges verse une aide financière à Taxibus »

LE TEMPS DE POSER DES QUESTIONS EST VENU

Par: Joffre Grondin

Tout se passe derrière le mur. La vraie transparence n’a rien à voir avec ça.

Une fenêtre très transparente qui donne sur un mur de brique. Tout se passe derrière le mur. La vraie transparence n’a rien à voir avec ça.

ÉDITORIAL

Tout ça pour dire… qu’en cette période d’élections municipales, la proportion de citoyens qui se rendra aux urnes en novembre — on pourrait dire la « petite proportion » pour être réaliste — disons simplement que ceux qui iront voter se demandent pour qui voter. Quelles questions poser pour se faire une idée ? Et va-t-on croire les réponses ?

Par les temps qui courent, le citoyen est moins porté à faire confiance. Il s’installe un sentiment, ou une réalisation que le devoir du citoyen n’est pas que d’élire des représentants, mais de constamment vérifier les agissements des élus. Exiger la divulgation de renseignements clairs et précis sur les différents dossiers est indispensable.

Le pouvoir doit être contrôlé. Comme un des candidats à la mairie l’a très justement fait remarquer, « on ne gouverne pas une ville, on gère une ville ». Donc, répondre de sa gestion. Le vague, le flou et le décidé d’avance doit être écarté.

Tu donnes, ils prennent

Si on donne le pouvoir à quelqu’un sans condition, il est évident qu’il va le prendre. Prétendre que « nous avons été démocratiquement élus » ne veut pas dire que le pouvoir total a été accordé. Cependant, s’il n’y a pas de contrepoids ou de mécanismes de contrôle, il est risqué, en fait, il est fatal qu’une forme de dictature s’installe… entre amis. On ne peut pas le reprocher, c’est comme ça.

Tu engages, tu surveilles

Les citoyens ont donc un grand rôle à jouer en permanence. Penser que la démocratie est un acte à poser 15 minutes tous les 4 ans est une vue que l’on peut qualifier de naïve, si on veut rester poli. L’être humain est un prédateur, un animal dans sa nature profonde ; notre espèce a survécu grâce à cette capacité. Désolé pour ceux qui vivent sur un nuage rose, nous ne sommes pas des Calinours. Le pouvoir est délégué, mais doit être contrôlé.

Être à l’affût

Seule une balance de pouvoir entre les élus et les citoyens peut assurer un fonctionnement qui baigne dans l’huile. L’information doit être disponible. On ne peut pas tout dire n’importe quand, mais mettre devant le fait accompli n’est pas mieux. Il faut savoir l’état des faits assez précisément et non avoir le pénible sentiment que l’on retient de l’information, sans savoir pourquoi.

 Le bâtiment qui loge le Taxibus sur la 2e Avenue

Le bâtiment qui loge le Taxibus sur la 2e Avenue

Un exemple

Un communiqué laconique de la Ville, le 3 octobre, nous apprend que lors de la dernière séance du présent conseil, celui-ci  « a entériné une résolution qui prévoit le versement d’une aide financière de 450 000 $ à la corporation Taxibus Saint-Georges. L’organisme compte maintenant 3400 membres. Au cours des neuf premiers mois de l’année, le service Taxibus a réalisé plus de 42 000 déplacements/personne et est en voie de dépasser le cap des 50 000 déplacements/personne en 2013 ».

La formulation « prévoit le versement d’une aide financière » place déjà un nuage de mots autour du fait que « 450 000 $ de nos taxes vont à Taxibus ». Les chiffres indiquent que ça coûte de plus en plus cher, car de plus en plus de personnes l’utilisent. Évidemment que c’est utilisé ! C’est presque gratuit. Avec les chiffres fournis, on peut simplement trouver que 450 000 $ divisés par 42 000 déplacements reviennent à 10, 71 $ du déplacement. Ça ne dit pas grand chose. Aucune statistique. Aucune autre donnée. Quelle est la médiane des déplacements ? Qui va où ? Est-ce que peu de personnes l’utilisent beaucoup et forment un gros pourcentage ? Il y aurait beaucoup de questions qui n’auraient même pas à être posées. Un rapport précis devrait être public.

On sait seulement que madame Irma Quirion et monsieur Marcel Drouin siègent sur le Comité du transport collectif (Taxibus). C’est tout. C’est insuffisant.

Tout ça pour dire… qu’il faut ce qu’ils appellent de la transparence.

La transparence n’est pas une vitre très propre avec vue sur un mur de briques.

Me semble que c’est cher !

Pour terminer sur un gros signe de piasse. En cherchant des informations sur le site de la Ville, le budget 2012 révélait que le total des dépenses était de 42 320 018 $. Bon ! Dans la section MEMBRES DU CONSEIL, il était inscrit Législation : 865 229 $ et Aides financières 751 119 $ pour un total de 1 616 348 $ pour les membres du conseil.

En sachant qu’il y a 8 conseillers et 1 maire dans le conseil, d’après ces chiffres, la moyenne de ce que coûte un membre du conseil au citoyen de Saint-Georges serait donc de 179 594 $ par tête de pipe. Espérons que ça n’est pas le cas, mais les renseignements donnés vont dans cette direction.

Est-ce que j’ai manqué quelque chose ? 50 % de la population de Saint-Georges gagne moins de ???? C’est sûrement pas plus de 40-45 mille $

Un simple exemple de chose sur laquelle il faudrait avoir une réponse claire.

Il reste un mois pour poser les questions. Nous allons nous y employer.

CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo