Ajoutez ce site comme page de démarrage

LA BELLE TOURNÉE 2013

Partie 2 : Gaétane Boucher, de plus en plus lumineuse.

Par: Joffre Grondin

Gaétane Boucher, une bien belle tournée

Gaétane Boucher, une bien belle tournée

Les artistes, les peintres certainement, sont presque intemporels d’une façon. Ils fixent sur leur toile leur vision de quelque chose qu’ils ont saisi dans un certain temps, ou dans une combinaison de plusieurs temps. Que ce soit figuratif ou non figuratif. Pour le moment, La belle tournée, 2013 est une activité annuelle du circuit des arts de la Beauce. En ce moment, elle nous menait du point B au point C.

Le point A ayant été Johanne Maheux à Saint-Georges, qui nous avait menés au point B, Lise Bernard à Saint-Benoit, près du lac Poulin. Le point C était à Beauceville, dans l’atelier de Gaétane Boucher, aquarelliste de talent, qui fixe souvent sur ses toiles ces fragments de patrimoine qu’elle place ainsi hors du temps, disponible pour les générations futures.

En provenance du lac Poulin où Lise Bernard nous avait fait taillader une de ses toiles, mon auto « au volant de ma main » empruntait la vieille route qui serpente dans une sucrerie, le rang Saint-Guillaume, qui longe le lac Raquette. Ne pas oublier de ne pas mentionner le fait d’avoir mutilé une toile, même sur commande. C’est un autre contexte. Gaétane Boucher peint des moulins, des paysages, des églises, des cabanes à sucre ; même des scènes d’autres pays, dont d’inoubliables scènes d’Espagne…

La route est belle, la journée est superbe, on tourne à gauche pour prendre le rang Saint-Alexandre qui est une longue ligne droite tranquille, où dame nature efface les traces de barbarie de ceux qui ont manqué de respect aux oeuvres d’art, avant de descendre dans la côte du Raccourci, la rivière, le pont et nous y sommes.

" On ne peut pas se passer de vert " Il y en a beaucoup dans son oeuvre. Omniprésente nature !

 » On ne peut pas se passer de vert « . Il y en a beaucoup dans son oeuvre. Omniprésente nature !

Le patrimoine nous attend.

Et depuis l’an passé…

L’atelier de Gaétane Boucher est tapissé de toiles. Il y en a tellement, qu’on ne sait où regarder. Il faut s’arrêter et se concentrer lentement pour apprécier. Elle a toujours plusieurs projets en train ; il faut voir son livre de croquis de paysages, de lieux qu’elle a… croqué. On voit l’origine du tableau. « Les gens aiment savoir où on prend nos sujets. Souvent, quand je trouve quelque chose de beau, je fais des croquis ». Et elle voit la beauté partout, ce qui produit beaucoup de croquis.

Changer sa vision du monde, à deux

C’est une façon particulière de voir le monde. Une vision qui change au fur et à mesure qu’on le découvre. Des choses qu’on regardait sans voir deviennent visibles. La perception des ombres et de la lumière dans un paysage par exemple. Plus on regarde loin plus on voit comme des couches différentes, selon le soleil, les nuages, la brume. « Avant, je n’aurais pas vu ça » avoue l’artiste en éternel développement semble-t-il.

Le plus beau, est que cela se transmet dans le couple. Le mari, qui possède des terres à bois, qui ne voyait que la grosseur de l’arbre en bois de quatre pieds, prend conscience de plus en plus cette nouvelle vision des choses. « Maintenant, on le voit tous les deux. Il a apprivoisé cette façon de voir ».

On entend souvent parler du couple et de son fonctionnement à toutes les sauces dans les médias. Voici un bel exemple d’évolution en douceur, sans recettes, loin des feux de la rampe.

On ne s’attendait pas à ça. La peinture mène à tout. En fait, ce n’est pas ce qu’on fait, mais la manière dont on le fait qui est importante.IMG_3288

Voir comme un enfant

La grand-maman et le grand-papa ont emmené leur petite fille dans le bois et elle a vu un gros champignon. Revenu à la maison, le champignon vu était vraiment énorme. Très loin de la réalité. Retrouver un peu la vision d’un enfant, c’est un peu comme grossir la beauté, ne pas voir un paysage comme l’appareil photographique le fait, froidement, sans aucune émotion ou appréciation. Voir le monde comme on le perçoit et le reproduire ainsi, c’est ce que fait Gaétane Boucher, aquarelliste de grand talent. Changer le monde un peu à la fois.

Le tableau pour lequel vous avez un coup de coeur est celui dans lequel vous reconnaissez ce que la vision de l’artiste a mis dans le tableau, le quelque chose qui fait le pont et qui vous rejoint.

Si la finance n’est pas au rendez-vous, votre coup de coeur « apporte beaucoup » quand même. Ça fait plaisir.

Variété et extérieur

La variété dans le quotidien, même dans les recettes de cuisine, est bien, mais cette Beaucevilloise ne peut concevoir une journée sans aller à l’extérieur « prendre une petite marche ». Pour une peintre de la nature, c’est indispensable. « L’île Ronde, ça prend 6 minutes à faire le tour », mais sortir, respirer, relaxer, tout est là.

Peindre en suivant le cycle des saisons avec une perception des choses constamment à l’affût pour fixer sur la toile quelque chose de reconnaissable, mais d’intemporel, la voilà. Visitez son atelier virtuel ou physique www.gaetaneboucher.wordpress.com

Noël, c’est pas si loin !

Pour le mois de décembre, elle oublie la peinture, c’est le temps des Fêtes, les traditions, les cadeaux personnalisés, la bouffe, les parents, les amis, les petits-enfants, les hohoho !

Son plus récent prix

Pour le CLD Robert-Cliche, c’est Gaétane Boucher, avec son œuvre intitulée « Vision bucolique » qui s’est vue décerner le prix « Coup de coeur » du public de la 10e édition du concours d’oeuvres d’art Desjardins. Ce n’est pas rien.

Madame Boucher, aussi colorée que ses paysages était présente à une récente remise d'oeuvres d'art.

Madame Boucher, aussi colorée que ses paysages était présente à une récente remise d’oeuvres d’art.

Sur son site web, on nous dit qu’elle « s’inspire de paysages beaucerons, des décors enchanteurs et de ses voyages à l’étranger. Le médium de l’aquarelle lui permet d’exploiter la lumière et le dessin. Elle exécute ses tableaux avec douceur, délicatesse et la finesse. Ses thèmes privilégiés sont : les marguerites, les petits villages enchanteurs, les moulins, les églises, les maisons, les cabanes à sucre… »

C’est pas mal ça, finalement.

C’est bien beau, mais j’ai quelqu’un à voir à Notre-Dame-des-Pins. Je reprend mon auto au volant de ma main vers la côte du Rapide, le pont couvert, Pierre Bégin, le maire, destination Diane Pomerleau pour LA BELLE TOURNÉE 2013, partie 3 très bientôt.

La belle tournée 2013 est une série de 3 articles que vous pouvez trouver ici :

L’aventure partie 1 : Johanne Maheux et Lise Bernard http://beaucemagazine.com/?p=12184

Partie 2, Gaétane Boucher, de plus en plus lumineuse.   http://beaucemagazine.com/?p=12340

Partie 3 : Diane Pomerleau, des pays en peintures http://beaucemagazine.com/?p=12406

 

CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo