Ajoutez ce site comme page de démarrage

NASHVILLE EN BEAUCE

À ne pas manquer : le Nashville Show

Par: Joffre Grondin

Le Nashville Show. Avouez que c’est tentant d’y aller.

Le Nashville Show. Avouez que c’est tentant d’y aller.

Le Nashville Show est présenté dans le cadre des festivités de Nashville en Beauce. Pour une sixième année cette revue musicale de country américain très festif inclus même quelques pièces en français, « à la demande générale », a précisé l’animateur Denis Samson le soir de l’avant-première, qui se tenait jeudi dernier, 18 juillet à l’auditorium de la polyvalente Abénakis de Saint-Prosper. Résumé : c’est super bon.

Si vous n’avez jamais assisté à l’une des six représentations annuelles du Nashville Show au cours des années et que vous aimez le bon country, vous vous êtes privés de bonheur, pour un misérable vingt piasses, qui va à la Fabrique anyway. Cette année la première est le vendredi 26 juillet. Les 5 autres seront les 27 et 28 et la semaine suivante, les 2, 3 et 4 août 2013.

Un bon show

Qu’est-ce qui est si bon que ça, demanderez-vous. Il y a l’instrumentation, le choix des pièces, la relation entre les musiciens et les chanteurs, et la compétence généralisée qui règne. Allons-y en vrac.

Instrumentation

Le groupe en chemise noire et cravate blanche, très classe est sous la direction musicale de Guy Vincent, également à la batterie. Marie-Pierre Grenier au piano, Daniel Giguère à la guitare acoustique et Henri Vincent à la basse (il chante Buck Owens) font un travail impeccable, quoique très discret ; Jean-François Bernatchez à la guitare et Mario Lafrance à la steel guitar sont plus flamboyants, comme le demandent leurs rôles. Ils sont présents pour accompagner les 32 pièces du spectacle.

Quelques uns des artistes croqués "bachotages" alors que les autres procédaient aux derniers ajustements.

Quelques uns des artistes croqués « backstage » alors que les autres procédaient aux derniers ajustements.

Il faut avouer que ce qu’on entend appeler quelquefois guitare hawaïenne, la steel guitar, n’est pas d’un usage courant dans les orchestres du coin. Elle est pourtant une partie intégrale du son country. Cette rareté fait qu’elle est d’autant plus appréciée quand elle est présente. Notons que Mario Lafrance double également au banjo.

Vocal

Commençons par encenser les voix qui « sonnent » country autant dans l’intonation, le phrasé que dans la prononciation de l’américain. « De l’amaricain qui sonne amaricain », dirait Elvis Gratton. Ce n’est pas n’importe quoi n’importe comment. Chapeau pour le vocal.

Parlons du répertoire, et écoutons Gilles Larivière, soliste, choriste, organisateur, un homme qui porte plusieurs chapeaux dans le spectacle (celui qu’il avait sur la tête en avant-première était très beau d’ailleurs, avec une décoration en cuir à l’avant. J’en ai un, moins beau, mais qui vient d’Austin, Texas et qui m’a été donné en cadeau par le père de mon gendre qui était trucker de « long runs », mais je m’égare…) Donc… revenons au répertoire…

« Cette année, les artistes ont chacun choisi une chanson… contrairement à l’an dernier où les chansons étaient imposées », révèle Gilles Larivière « backstage » avant le spectacle. Cela a changé l’ambiance et créé beaucoup de motivation.

Plusieurs chanteuses et chanteurs se partagent la scène, dont Gilles Larivière, Valérie Boucher, Mélissa Champagne, Michelle Lachance, Carol Faucher. Une petite enquête — ben non, je l’ai appris par hasard — a permis de découvrir que celle qui faisait des solos et des back vocals en plus d’être dans l’organisation, Maryse LaRochelle était la mère des deux chanteuses Valérie et Sandra Morin. (Valérie, c’est Délina au Village des défricheurs). On aurait pu s’en douter, car vous le saviez déjà, Saint-Prosper est tricoté serré.

Un peu nerveux, les responsables du Nashville Show, Maryse LaRochelle, Gilles Larivière et Guy Vincent font une dernière mise au point impromptue, 15 minutes avant le début de l'avant-première. Ils ne le savaient pas à ce moment, mais tout irait bien, même très bien.

Un peu nerveux, les responsables du Nashville Show, Maryse LaRochelle, Gilles Larivière et Guy Vincent font une dernière mise au point impromptue, 15 minutes avant le début de l’avant-première. Ils ne le savaient pas à ce moment, mais tout irait bien, même très bien.

Un regret

Ayant manqué la deuxième partie, j’ai raté Perce les nuages, Steel Guitar Rag et Islands In The Stream. Je ne vous en dis pas plus sur le répertoire.

Amenez-en des profits !

Tous les participants, musiciens, chanteurs et choeurs sont payés en applaudissements seulement, car année après année, tous les profits du Nashville Show sont versés à la Fabrique de Saint-Prosper. L’an dernier, en 2012, plus de 15 000 $ avaient été versés. Une autre bonne raison de venir au Nashville Show.

Valérie et Sandra Morin, deux soeurs chanteuses. Leur mère Maryse LaRochelle est aussi sur scène.

Valérie et Sandra Morin, deux soeurs chanteuses. Leur mère Maryse LaRochelle est aussi sur scène.

Billets

Les organisateurs du Nashville Show espèrent que les gens seront nombreux les 26-27-28 juillet et les 2-3-4 août, à 19 h 30. On peut se procurer des billets au Marché Ami de Saint-Prosper au coût de 20 $. Tél. : 418-594-8922

Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo