Ajoutez ce site comme page de démarrage

HAIRSPRAY

Une première réussie

Voilà, la fin au début. Une ovation debout pour la première. Très prometteur

Voilà, la fin au début. Une ovation debout pour la première. Très prometteur. Remarquez Hélène Ouellet, à l’extrême gauche, qui dirige les choeurs de main de maitre.

C’était la première de la comédie musicale Hairspray vendredi soir 12 juillet, au Cégep Beauce-Appalaches. Devant une salle bien remplie la quelque trois douzaines de personnes sur scène ont donné une magnifique prestation qui s’est terminée par une ovation debout. Un tel défi ne pouvait être relevé que par un travail d’équipe très poussé et beaucoup de répétitions, qui n’a pas empêché le plaisir de transparaître dans le jeu des comédiens danseurs. Très bonne soirée. Il ne vous reste qu’à acheter votre billet pour avoir le plaisir d’y assister.

Çe pourrait être la fin de l’article, mais il manquerait un peu de viande sur l’os.

Fixatif à cheveux racial

La comédie musicale Hairspray est basé sur le film du même nom sorti en 1988. Elle a été jouée 2500 fois sur Broadway de 2002 à 2009 et a remporté 8 Tony Awards. L’action, en deux actes, se passe à Baltimore, Maryland en 1962 alors que la ségrégation raciale empêche les noirs et les blancs de même danser ensemble. En même temps la rondouillette Tracy (viande sur l’os n’était peut-être pas la bonne expression finalement) réussit à devenir danseuse vedette à l’émission populaire de l’heure et décide d’y mélanger blancs et noirs.

C'est la première image de la comédie musicale. Immanquablement, on pense à pôpa et Môman en bon québécois.

C’est la première image de la comédie musicale. Imanquablement, on pense à pôpa et Môman en bon québécois. Un petit clin d’oeil de départ

Hairspray met en scène une douzaine de personnages principaux, des danseurs et des chanteurs. Chaque personne de cette compagnie chantante et dansante portait son personnage avec grande efficacité, de Velma (Catherine Brunet) la mère reine de beauté de Baltimore et sa fille Amber (Debbie Pacheco), excellentes, à la gardienne de prison (Marie-Josée Bolduc), qui apparaît peu, mais qui met du piment dans la scène.

Edna

Selon la tradition de Hairspray, la mère de Tracy Turnblad, Edna est joué par un homme, ce qui est en soi un défi. Marcel Côté assumait le rôle, et a très bien tiré son épingle du jeu. La madame qui dépassait tout le monde d’une demie-tête était déjà comique à voir.

Mademoiselle Turnblad

Si on avait à décerner la première étoile de la soirée, elle irait tout droit à Sarah «Tracy» Fortin pour la voix juste et forte, la grande présence scénique, son plaisir évident d’être sur scène et aussi… le visage le plus expressif de la soirée.

Les deux personnages les plus frappants , Tracy, et sa mère Edna

Les deux personnages les plus frappants , Tracy, et sa mère Edna

Mise en scène

Les changements de décors (qui sont simples, stylisés et efficaces) sont subtils et rapides, on ne s’en aperçoit presque pas. Quelqu’un s’avance discrètement pour retirer la TV-accessoire, le module tourne sur lui-même sans un bruit, l’éclairage se concentre sur un espace précis pour une scène, puis se déplace sur un autre. Les yeux et l’attention du public suivent l’intrigue dans le temps et l’espace. On passe ainsi de la cuisine au studio de télévision et à la prison sans problème. C’est donc beau que quelqu’un et quelques uns aient pensé tout ça et l’aient réalisé pour que nous en faire profiter.

Les deux intrigantes veulent contrer Tracy à tout prix.

Les deux intrigantes veulent contrer Tracy à tout prix.

Les partitions musicales de Jean-Pierre Champagne étaient très à point. Certains «punchs» de trompettes, entre autres, révélaient le trompettiste. Les choeurs étaient dirigés d’une main sûre, et non seulement le son était très bien balancé, mais ils formaient en quelque sorte une partie du décor.

Enfin un reproche. À quelques occasions, il aurait été jouissif d’avoir un peu plus de volume de son, comme Hairspray qui gonfle la poitrine – Velma qui prend une grande inspiration quoi ! – pour plus d’intensité à certains moments. C’est peut-être juste moi qui… Le doute  me corrode… On pourrait peut-être effacer le paragraphe, mais le mot jouissif est jouissif. On garde le tout.

Finalement

Hairspray était présenté au Théâtre St-Denis récemment et est classée dans les « gros show »: beaucoup de monde sur scène, beaucoup de danse, beaucoup de chants, de costumes, de musique, bref, beaucoup de choses à mettre ensemble.

Manon Poulin a livré une belle performance dans le rôle de Maybelle.

Manon Poulin a livré une belle performance dans le rôle de Maybelle.

Que l’Académie du théâtre musical ait réussi à relever ce défi est en soi un signe certain que la culture est sur la voie ascendante dans notre milieu. On ne peut que s’en féliciter. Merci Hélène Ouellet et compagnie.

Il vous reste 4 chances d’assister. Les 19 20 et 26-27 juillet. Les billets sont en vente aux Amants de la Scène, 11740, 3e Ave, Saint-Georges au 418 228-2455 et au  www.amantsdelascene.com

 

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo