Ajoutez ce site comme page de démarrage

Collants ou glissants les nouveaux 20 $

Par: Joffre Grondin

Un nouveau 20 $ en polymère. Il parait qu'il rétrécissent à la sécheuse. Ne pas essayer svp.

Un nouveau 20 $ en polymère. Il parait qu’il rétrécissent à la sécheuse. Ne pas essayer svp.

Les nouveaux billets en polymère ont en commun ceci : on est jamais sûr s’il n’y en a pas deux de collés ensemble, et c’est un peu insécurisant. Le fait qu’ils aient une durée de vie au moins deux fois et demie plus longue que celle des billets en papier nous laisse un peu froids. Ce qu’on veut, c’est ne pas en donner deux au lieu d’un. Il y a un truc.

Il est facile de vérifier s’il y a un ou deux billets. Il faut développer un réflexe qui était inutile avec les vieux billets de papier, sales, déchirés, pliés, recollés au scotch tape et chiffonnés. Il s’agit de le ou les saisir entre le pouce et l’index sur la partie transparente, partie moins glissante on dirait. En poussant avec le pouce, on sait s’il y en a un ou deux.

Le truc vient de mon comptable qui dit l’avoir essayé avec des 100 $. J’ai vérifié avec des 20 $ parce que je suis moins riche. Ça ne bouleverse pas une vie, mais développer ce simple réflexe peut apporter la paix de l’esprit, et sauver 20 $, ces 20 $ qui deviennent de plus en plus durs à gagner pour une bonne majorité de gens.

On ne va pas loin avec 20 $ dans une épicerie.

Ce sont maintenant des 100 $, 50 $ et 20 $, mais d’autres s’en viennent avant la fin 2013. En vérifiant sur le site de la banque du Canada, on peut voir l’astronaute Chris Hadfield introduire un nouveau billet de 5 $ directement de l’espace (en anglais) : http://www.banqueducanada.ca/billets/  C’est pour bientôt, car les billets de 5 et de 10 $ seront émis en novembre 2013.

Lamentations antérieures

On a entendu des commerçants qui se sont plaints que les billets ne sont pas acceptés par les distributeurs automatiques, ensuite des botanistes ont affirmé que la feuille d’érable qui apparaît sur les billets verts n’est pas une essence canadienne, mais plutôt norvégienne.

L’espèce d’érable norvégienne est arrivée au Canada au 18e siècle. Elle aurait été importée par un marchand de Philadelphie et utilisée comme arbre décoratif dans les jardins.

Il y a beaucoup d’information sur le site de la Banque du Canada sur ces billets en polymère :

http://www.banqueducanada.ca/billets/series-de-billets-de-banque/polymere/

 

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo