Ajoutez ce site comme page de démarrage

CENTRE HOSPITALIER BEAUCE-ETCHEMINS

De B+ à A- : ON MONTE OU ON DESCEND

Il n'y a pas de mots pour exprimer la douleur de perdre un enfant.

Il n’y a pas de mots pour exprimer la douleur de perdre un enfant.

Le Centre Hospitalier recevait récemment une fleur du palmarès des urgences publié par le quotidien La Presse, qui le faisait passer de la cote B+ à A-, ce qui équivaut à une coche plus haute. Même si ce palmarès ne tenait compte que des délais d’attente des personnes sur civière, cela était considéré « significatif et encourageant ». Le pot n’était pas loin.

On avait déterminé que cette année, le temps moyen d’attente était de 14 h 18, mieux que l’an dernier, si vous arrivez sur une civière. L’objectif du Ministère est de douze heures. Service rapide. On peut supposer que si vous arrivez sur vos deux pieds, ou juste sur un pied, apportez votre matériel de camping, vous allez être là « une bonne secousse ».

Coup dur pour la pub

Le 22 mai, TVA titrait : Mortes à la suite d’une amygdalectomie avec Centre hospitalier de Beauce-Etchemins  en sous-titre. Suite à cet article, cinq heures plus tard, le CSSS de Beauce publiait un communiqué que nous publions plus bas. Tout d’abord, voici les faits, froidement.

« Deux fillettes, opérées pour les amygdales par la même médecin, sont mortes de complications dans la Beauce », pouvait-on lire en début d’article. Pour la deuxième ce n’est pas précisé, mais pour la première il s’agissait d’une ablation « par mesure préventive ».

La première fillette, 4 ans, est décédée en février 2012 et la seconde, 5 ans, il y a quelques jours. Un troisième enfant aurait eu des complications graves, toujours au même hôpital. Les parents de la première fillette n’ont toujours pas de nouvelles de l’autopsie, 15 mois plus tard.

Pas du tout froid

Il est impossible ne pas compatir à la douleur des parents qui perdent un enfant, surtout quand on est nous-mêmes parent ou grand-parent. Un tout petit que l’on voit grandir depuis le berceau et qui soudain… disparaît, sans explication. Inacceptable.

Revenons factuels

En l’absence d’autres informations, il est difficile de commenter objectivement. Cependant, une chose est claire, sans porter de jugement, une telle nouvelle n’est sûrement pas d’ordre à donner ou promouvoir un cachet de qualité à l’institution.

On peut dire sans exagérer que les communiqués de presse émanant du domaine de la santé tombent en pluie sinon en averses. Rien, cependant, n’avait transpiré dans les médias sur le sujet jusqu’à aujourd’hui. Cela est compréhensible. Quel organisme se ferait de la publicité négative ?

Ne me parlez surtout pas de transparence, c’est un sujet offrant trop d’interprétations différentes. La transparence qu’on nous jette à la figure est souvent comparable à une fenêtre très propre, avec une superbe vue sur un mur de briques.

Après la publication de TVA, à 13 h, un communiqué de presse du CSSSB tombait 5 heures plus tard. Le voici.

Le CSSS de Beauce apporte des précisions

Suite à la diffusion d’informations concernant le décès de deux jeunes enfants ayant subi une chirurgie à l’Hôpital de Saint-Georges, la direction du Centre de santé et de services sociaux de Beauce (CSSSB) exprime tout d’abord sa sympathie aux familles éprouvées. L’établissement tient par ailleurs à préciser que des analyses sont déjà en cours pour comprendre les circonstances des évènements.

En ce sens, le directeur des services professionnels, en collaboration avec le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens et la Direction des soins infirmiers et de la qualité de l’organisation ont entrepris les démarches requises pour s’assurer que les activités cliniques ont été exercées dans le respect des meilleures pratiques.

Par souci de confidentialité, le CSSS de Beauce n’émettra aucun autre commentaire et aucune entrevue ne sera accordée.

Bon ben !

Sympathie. Les analyses sont déjà en cours… depuis 15 mois et tout le monde et son frère dans la bâtisse ont « ont entrepris les démarches requises » pour s’assurer que… pas de commentaires, pas de soucis.

Désabusement

Citons Jean-Robert Sansfaçon, dans Le Devoir d’aujourd’hui, qui conclut que « malgré les réformes, malgré l’augmentation de 2000 médecins au Québec et une rémunération globale en hausse de plus de 50 % depuis six ans, l’accès aux soins est toujours aussi déficient ». On pourrait ajouter « malgré les incessantes levées de fonds ».

Est-ce qu’on a tout simplement perdu la foi dans le système de santé et qu’on s’y accroche avec l’énergie du désespoir, tout en sachant au fond de soi que s’il avait été possible de s’améliorer, ce serait fait ? Mieux vaut ne pas répondre oui à la question, parce qu’on devrait se demander ce qu’on fait ensuite.

La santé est vraiment une richesse… dont le prix monte constamment en bourse. Une personne en santé est riche.

Parlant d’amygdalectomies…

Plus de 12 000 amygdalectomies sont pratiquées par année au Québec ; on déplore un décès sur 20 000. Un de trop, surtout si c’est votre enfant. Selon certains médecins, dont le docteur Christian Fortin, il s’en pratique moins qu’avant et il pourrait s’en pratiquer encore moins.

Vous pouvez trouver la nouvelle ici : http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2013/05/20130522-130913.html de même que l’interview du docteur Christian Fortin qui informe sur les aspects de cette opération ici : http://tvanouvelles.ca/video/2402585272001/amygdalectomie-analyse-du-dr-christian-fortin/

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo

120x600 ad code [Inner pages]