Ajoutez ce site comme page de démarrage

Coupures dans les mesures d’aide sociale

 » Improvisation « , lance Robert Dutil

Par: Joffre Grondin

Robert  Dutil, député de Beauce-Sud

Robert Dutil, député de Beauce-Sud

Tout en ne levant pas la voix comme à son habitude, Robert Dutil a quand même été assez cinglant envers les récentes coupures du Parti québécois dans les mesures d’aide sociale. Afin de combattre la pauvreté, le Parti québécois devrait travailler à créer de la richesse, a déclaré le député de Beauce Robert Dutil en conférence de presse. « Au lieu de stimuler l’économie, le Parti québécois décide de s’attaquer aux plus pauvres pour aller récupérer vingt millions”, tranche le député.

Le leader de l’opposition officielle déplore du même coup ce qu’il appelle l’improvisation de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, madame Agnès Maltais, pour justifier les coupures budgétaires imposées à son ministère par le Conseil du trésor.

Qualifiant la décision de la ministre Maltais d’avoir été prise « à la sauvette » et d’être injustifiée, M. Dutil juge que la décision n’est pas appuyée par une revue des programmes et une gestion adaptée aux nouvelles réalités du marché du travail et que « rien n’indique que de telles coupures soient fondées sur ce type de démarche ».

 L’ex-ministre rappelle que lorsque les libéraux formaient le gouvernement, ils ont grandement misé sur la formation des travailleurs pour leur réinsertion en emploi notamment avec le projet Investissement-compétences doté d’une enveloppe de 361,4 M$. Le projet Action 55 du Club de recherche d’emploi Beauce-Etchemins en est un bel exemple.

Ces mesures pour stimuler l’économie auraient permis au Québec de mieux traverser la crise économique et de lutter plus efficacement contre la pauvreté. Ces gestes concrets ont donné des résultats, car, toujours selon monsieur Dutil, le nombre de prestataires des programmes d’assistance sociale est passé de 543 980 en avril 2003 à 474 689 en mars 2012 ce qui représente une diminution de 13 %. De plus, depuis 2003, il y a une diminution de 245 000 personnes vivant sous le seuil de la pauvreté.

« Jusqu’à maintenant, le gouvernement péquiste n’a rien proposé de nouveau pour faire progresser la lutte à la pauvreté. Non seulement il fragilise l’économie du Québec par ses hésitations, mais il a choisi de se priver de revenus. C’est désolant de constater que ces coupures ont été annoncées au lendemain du Sommet sur l’enseignement supérieur », analyse le député.

Au moins…

Le député a rappelé que depuis plusieurs années, le taux de chômage dans notre région est de 3 % moins élevé que dans le reste de la province, et que l’aide sociale également, « dans une proportion assez importante, de 7 % à 5 % à peu près dans Chaudière-Appalaches ». L’entrepreneuriat et la débrouillardise expliquent en partie cette situation.

 

CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo