Ajoutez ce site comme page de démarrage

FRANÇOIS CHOQUETTE EN BEAUCE

« Que diable est-il venu faire sur la Chaudière », aurait dit Molière

Par: Joffre Grondin

François Choquette, député de Drummond pour le parti fédéral néo-démocrate est venu nous dire que la Chaudière n’est plus protégée.

C’est le projet de loi C-45 — un monstre de plus de 400 pages — du gouvernement Harper, dont le vote est prévu ce mardi, qui a amené le député néo-démocrate François Choquette, à Saint-Georges pour une conférence de presse le lundi 3 décembre au parc Lacasse, le long de la rivière Chaudière, à la veille du vote.

Le projet de loi C-45, qui sera probablement loi quand vous lirez ces lignes, touche à de multiples aspects. Le député néo-démocrate ne s’attardait qu’à l’aspect de la protection de l’eau.

Un mot sur lui

Le député Choquette vient du comté de Drummond, situé le long de la rivière Saint-François, qui comprend Drummondville. On note dans son parcours le fait qu’il a été élu avec une impressionnante majorité. Il a aussi été l’instigateur d’une pétition contre les gaz de schistes. La protection des eaux semble être dans ses priorités.

« Les conservateurs abandonnent honteusement la protection des eaux navigables », tonnait le début du communiqué de presse.

Avec son projet de loi « le gouvernement conservateur abandonne la protection des eaux navigables du pays », soutenait le député.

En effet, la loi actuelle sur la Protection des eaux navigables exigeait l’approbation du fédéral pour tout développement sur les lacs et rivières assez gros pour y faire flotter un canot. Avec la nouvelle loi, ce ne sera plus le cas.

Heureusement, le député n’a pas semblé regarder vers l’arrière, vers le quai de ciment dans son dos. Un quai de ciment vieux de dizaines d’années, que personne ne se soucie d’entretenir. Les élus ont tous d’excellentes raisons/excuses, n’en doutez pas pour avoir fait ce qu’ils n’ont pas fait ou pas fait ce qu’ils aurait pas dû pas faire. Et pendant ce temps, le quai s’écroule lentement, faute d’entretien.

« Il n’y a aucune raison de passer la protection environnementale des cours d’eau à la tronçonneuse. Tout le monde trouve son compte dans la loi actuelle : pourquoi la changer de façon aussi radicale ? », affirmait M. Choquette.

Toute référence à l’environnement sera en effet retirée de la Loi sur la protection des eaux navigables, ce qui fera passer le nombre de lacs et rivières protégés de 30 000 à moins d’une centaine. Encore pire : plus de 90 % de ces plans d’eau sont situés dans des circonscriptions représentées par des députés conservateurs.

Si on en croit le Ottawa Citizen du 29 octobre 2012, 87 des 97 lacs protégés seraient dans des circonscriptions tenues par les Conservateurs. De plus, 68 sont en Ontario, 15 en Colombie-Britannique, et seulement 4 sont au Québec.

Si vous entretenez votre maison comme ça… Sont braves pour se stationner là!

 Il faut souligner que ce changement sur la protection antérieure des « eaux navigables » qui devient maintenant la « navigation », en enlevant la référence à l’eau, n’est qu’un aspect de ce gigantesque projet de loi qui sera adopté mardi.

Il ne faut pas oublier que dans le système politique dans lequel nous vivons, le pouvoir est concentré dans le bureau du premier ministre. Si le gouvernement est majoritaire, il peut pratiquement faire ce qu’il veut. Le C45 sera donc une loi.

Revenant sur le fait que seulement 100 des 30 000 plans d’eau sont protégés (1/3 de 1 %) et que même là, 90 % sont dans des comtés conservateurs, François Choquette tape sur le clou en ajoutant que « même si les conservateurs accordent une importance plus grande aux lacs et rivières situés dans leur circonscription, ce n’est pas le cas de la rivière Chaudière qui ne sera plus protégée si la réforme va de l’avant ».

La dette de la ville est de 2,5 millions de plus cette année. Les évaluations sont en hausse. Ce n’est probablement pas basé sur l’état du quai. Les taxes vont aussi remonter. On dirait que les préposés à l’entretien sont en congé de maladie. C’est beau et indispensable de protéger l’eau, mais si on n’est pas capable d’entretenir un simple mur de ciment, quel espoir y a-t-il?

« Maxime Bernier n’a pas su défendre ce joyau si important pour les gens d’ici. Ça montre à quel point sa voix est écoutée dans le caucus conservateur » cingle M. Choquette.

En regardant ailleurs, que c’est beau! Le genre d’images que l’on pouvait voir à la toute fin, dans Soleil vert, un film des années 70. Soylent Green en anglais, avec Charlton Heston. Les vieux servaient à faire des petits biscuits verts. Hé! Que c’est déprimant. Faudrait peut-être redéfinir les priorités pour viser l’efficacité réelle.

St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo