Ajoutez ce site comme page de démarrage

LA BELLE TOURNÉE 2012

Claude-Félix Pomerleau, machiniste-artisan

Claude-Félix Pomerleau, machiniste-artisan, devant quelques unes de des oeuvres

Si jamais une personne ne s’était jamais vraiment intéressée aux arts en général pour une raison quelconque — une excellente raison étant que dans une seule vie on n’a pas le temps de tout faire en même temps — et que son passe-temps ait été la menuiserie, la mécanique, la soudure, la boxe ou le hockey par exemple et que soudain, pour une mystérieuse raison, qui pourrait s’appeler Joanne ou Gina, peintre, blonde, de grands yeux verts, des courbes affolantes, le type décide subitement de s’intéresser aux arts, cet article est pour lui.

Vous avez deviné que cet article s’adresse aux mâles, mesdames, mais vous allez le lire quand même.

Un mâle alpha se doit d’être sensible et futé par les temps qui courent. Mais que faire ? Comment dans un court laps de temps persuader la belle que vous n’êtes pas un parfait rustre, mais que sous votre rude écorce se cache un être dont la sensibilité aux belles formes (pas ceux-là, les autres, tableaux, peintures, ces affaires-là) ne demande qu’à être éveillée ? Ne craignez rien. Beauce Magazine a trouvé pour vous. Après PKP, voici CFP, votre sauveur.

Grosse machinerie pour pièces délicates

Pour faire la transition et entrer dans le merveilleux monde de Disney, c’est-à-dire le merveilleux monde des arts, une excellente initiative serait d’aller visiter l’atelier de Claude-Félix Pomerleau, machiniste-artisan.

Pourquoi lui ?

Parce que CFP travaille « pour vrai », c’est pas juste des pinceaux, il a de la machinerie spécialisée, mais c’est un artiste. Expliquons-nous. Pour faire une introduction aux arts, c’est parfait. Entendons-nous, seulement le médium change, l’artiste demeure. Son mode d’expression est plus facile d’abord pour un manuel.

N’essayez pas de me faire accroire que regarder un tableau totalement non figuratif est intéressant pour un amateur totalement sans défense.

Ça pourrait tuer son ouverture d’esprit en enfance dret là. Ne le faisons pas. Revenons à l’atelier.

On pourrait se demander qu’est-ce que peut bien fabriquer un machiniste-artisan.

On suppose que c’est en métal évidemment et fait avec un tour, et c’est exact. En pénétrant dans l’atelier, on constate que l’équipement est sérieux, tour, presse, laminoir… laminoir, vous avez dit laminoir, fait par lui-même… ça sert à aplatir un fil rond et le rendre plat pour faire toutes sortes de choses avant et après. D’habitude, ce sont les orfèvres qui ont des laminoirs, mais ils sont tous petits.

Un laminoir grand format conçu et construit par Claude-Félix Pomerleau, qui n’est pas courant.

Comme Claude-Félix avait besoin d’un instrument plus sérieux, il en a fabriqué un, 2 à 3 fois plus gros que ceux des orfèvres. C’est avec ça qu’il a fabriqué le genre de boule sur la table. Cuivre et acier sur un socle tourné. Juste décoratif, mais faut le faire. Des bracelets de toute beauté, qui ont l’air comme tricotés. Un petit cadeau en passant.

On voit d’un simple coup d’oeil que la palette d’objets fabriqués est large et de dimensions très variées, utilitaires ou simplement décoratifs. Des girouettes, des feuilles d’érable, des chandeliers, et d’autres objets non identifiés, mais ce ne sont que de petits objets.

 Voyons plus gros

Le jeu d’échecs. Bon, pour le jeu d’échecs, le cavalier demande entre 15 et 20 opérations, qui demandent 45 minutes de travail, en ne comptant pas la préparation. Ce n’est pas tout, pour concevoir une pièce, quelle qu’elle soit, les opérations sont planifiées très soigneusement. Le jeu d’échecs au complet prend 150 heures à réaliser. Pas étonnant que son prix soit 1850 $. Si vous savez compter, ça équivaut à un peu plus de 12 $ de l’heure. Loin d’être excessif. Vivre d’un travail qu’on aime. Qui ne rêve pas de ça !

Un jeu d’échecs, fourni avec la table qui a une base pleine, oubliez le laminé, en érable piqué. Connaisseurs, appréciez!

Outils spécialisés

Pour réaliser les coupes très spéciales, il faut des couteaux adaptés. Pas de problèmes, notre ami Félix les a conçus et taillés lui même. Une vingtaine de petites merveilles qui tiennent dans une main, mais qui peuvent faire tout ce travail précis, délicat et versatile et qu’il ne faudrait surtout pas perdre.

Des plans

Toutes les opérations sont notées, à la suite. Rien n’est fait au hasard. D’ailleurs, en plus d’être machiniste, Claude-Félix Pomerleau a suivi un cours de dessinateur industriel. C’est pourquoi chacune de ses oeuvres vient avec des plans précis, des opérations ordonnées et le tout projeté par une vision personnelle qui « voit » l’oeuvre avant qu’elle ne soit matérialisée.

Eh oui, il ne fait pas que construire le jeu, il adore jouer aux échecs.

Collaboration

il faut souligner que CFP collabore avec Paul Audet, qui est tourneur sur bois, à la création d’oeuvres combinant bois et métal. Le musée Marius-Barbeau a déjà présenté les résultats de cette collaboration. On dirait des oiseaux, mais faits de bois et de métal.

Si quelqu’un pense encore qu’un artiste agit comme par hasard, oubliez ça. En voici une preuve. C’est planifié.

On peut aussi voir le parcours de la route des créateurs des Etchemins dont Paul Audet fait partie le 29 et 30 septembre.

Claude-Félix Pomerleau  vous offre également de faire les armoiries de votre famille où de votre ville faite en aluminium et laiton, et qui peu donc être installé à l’extérieur. http://lequebecunehistoiredefamille.com/communaute/armoiries

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo