Ajoutez ce site comme page de démarrage

INNOVATION À SAINTE-AURÉLIE

Inauguration officielle de l’usine de traitement de l’eau potable

Par: Joffre Grondin

La coupure du ruban. Les sourires sont vrais. Robert Dutil, cabotin, décrivait la coupure du ruban à l’intention des journalistes. « Là j’avance les ciseaux, là je commence à couper… » Louise Quirion, représentante de Maxime Bernier, Andrée-Anne Verreault, nouvelle dg. de Sainte-Aurélie, Gilles Gaudet, maire, Robert Dutil, et Stéphane Vachon, ingénieur chez Génivar.

Le maire de Sainte-Aurélie, Monsieur Gilles Gaudet, a procédé le 11 juin dernier à l’inauguration officielle de l’usine de traitement de l’eau potable. Le projet aura nécessité au-delà de cinq ans de travail, connu différentes embûches, dues à la nature de l’un des puits, et coûté 1,5 M$.

Le maire a remercié M. Robert Dutil, ministre de la Sécurité publique, qui a facilité le règlement d’emprunt, ainsi que Monsieur Maxime Bernier, ministre à la petite Entreprise et au Tourisme, qui ont supporté la Municipalité durant le déroulement de ce projet de grande envergure.

Le travail de la firme Genivar et le professionnalisme dans la réalisation du projet par la compagnie Allen entrepreneur général fut également mentionné.

L’argent vient d’où ?

Le ministre Dutil était ravi d’annoncer que la contribution du Québec était passée de 554,000 $ à 510,000 $ dans le cadre du programme d’infrastructures Québec-Municipalités. Le projet, en effet, non seulement n’a pas eu de dépassements de coûts, mais a coûté moins cher que prévu, en plus d’être terminé dans les délais.

Gille Gaudet, maire de Sainte-Aurélie, a bien décrit les péripéties qui ont conduit à l’inauguration de l’usine.

Un autre 540 000 $ provient des programmes de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec et la municipalité de Sainte-Aurélie a, pour sa part, injecté plus d’un demi-million de dollars.

Pourquoi cette usine ?

L’eau était-elle polluée ? Le maire Gilles Gaudet explique que « le problème était que les nouvelles normes établies par le gouvernement ont fait que l’eau n’était plus conforme ».

En 2007 on détecte la contamination et un avis d’ébullition de l’eau est en vigueur. L’avis sera répété à la population toutes les deux semaines jusqu’en novembre 2011, alors que l’avis sera levé.

Les citoyens ont-ils fait bouillir leur eau pendant 4 ans ? On ne peut savoir avec certitude sans une enquête plus approfondie, mais il demeure que rien d’anormal n’a été signalé plus que d’habitude.

Explication de l’ingénieur

Stéphane Vachon est un ingénieur, spécialiste de l’eau chez la firme Génivar. Il explique qu’on a retenu deux des trois puits existants. Le puits nommé Saint-Zacharie fournit 40 % de l’eau. L’autre, le puits Sécheresse, ainsi nommé parce qu’il a été découvert lors d’une sécheresse, fournit les 60 % restant. Mais il y avait un problème qui a été réglé de façon très imaginative.

Dans l’antre de la bête, l’ingénieur Stéphane Vachon a donné des explications techniques, mais très claires qui ont retenu l’attention du ministre. Le maire Gaudet, qui a suivi tout le dossier, se contentait d’être heureux.

Notre ami Sécheresse est un puits essidèse. Tiens toé! Un puits essidèse, nous explique Stéphane, est un puits qui est en contact avec l’eau de surface lors de précipitations et ainsi est plus susceptible de devenir turbide, donc avec une eau trouble, et contenant beaucoup de particules en suspension. Que faire, ma chère ?

L’idée fut d’utiliser un système de filtration membranaire, un système utilisé dans les cabanes à sucre. « C’était non-orthodoxe, mais finalement accepté » nous confirme le spécialiste. Le problème, ou l’inconvénient de cette méthode est qu’il y a 25 % de gaspillage. Il entre 100 gallons d’eau et il en ressort 75. Cependant, la nanofiltration — qui vaut à elle seule 150,000 $ — élimine la turbidité.

Et c’est bon pour…

Le système peut demeurer en opération de vingt à trente ans et pourrait desservir une population de près de deux mille personnes, ce qui est environ le double de la population actuelle de la municipalité.

En conclusion, le maire s’est dit réjoui de l’inauguration de la nouvelle usine de traitement de l’eau potable, qui permet d’offrir aux résidents de Sainte-Aurélie un service essentiel de qualité.

Sainte-Aurélie

J’ai pour toi un lac…le lac Abénaquis.

Située dans la MRC des Etchemins, que vous partiez de Lac-Etchemin ou de Saint-Georges, vous prenez entre 25 et 30 minutes pour atteindre la municipalité qui frise maintenant les mille habitants et qui doit son existence à l’activité forestière.

Le Vieux Moulin à scie de Metgermette-Nord construit en aval du lac des Abénaquis, près duquel le village est sis, est un lieu touristique à visiter.

PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo