Ajoutez ce site comme page de démarrage

Le Charles, c’était… comment dire

Par: Joffre Grondin

Deux visages très connus des habitués: Hélène Lemieux, serveuse et Lucille Baillargeon, co-propriétaire du restaurant Charles

Toute histoire commençant par le commencement, il convient de dire qu’il y a longtemps, en fait il y a presque une vie d’homme de cela, vivait près de la rivière Famine un dénommé Charles Doyon. C’était quelqu’un qui déplaçait de l’air. Extrêmement créatif, il excellait dans l’art de partir ou reprendre des entreprises, garages, restaurants, auberge, et quoi encore.

Aussitôt qu’elles allaient bien, la soif de nouveauté le reprenait et il vendait pour recommencer dans un domaine différent. Il le fit toute sa vie, qui fut longue et active. Tel était l’homme qui a fait démarrer le restaurant Charles B.B.Q. et lui a donné son nom en 1956.

Situé au premier étage de la résidence — le propriétaire habitait au deuxième étage avec sa femme, son fils et sa fille —, le restaurant s’est graduellement agrandi avec les années et s’est avancé jusqu’à se tenir tout près de la route. Le fondateur ne se doutait pas que son petit restaurant spécialisé dans le poulet allait dépasser le demi-siècle.

Il ne s’en serait probablement pas soucié, il était déjà parti ailleurs dans d’autres aventures.

La plaque de bois au-dessus de la porte sur lequel on jetait souvent un coup d'oeil en passant à la caisse

L’incarnation physique finale du complexe comprenait deux salles à manger, un bar salon, une salle de réunion de 25 personnes et 25 chambres pour accommoder les voyageurs. Ce qui venait avec le physique n’était pas visible, mais clairement ressenti par la clientèle. Une atmosphère accueillante, composée en grande partie d’habitués qui se connaissent presque tous de vue. Au-delà d’un restaurant, un lieu de rencontre.

Bouffe et service

Au cours des années, différents mets ont fait leur apparition. Que ce soit la pizza ou le surf and turf, le Charles était là. Au jour le jour, on pouvait se fier au chef pour un menu de qualité et avec une touche personnalisée. Richard Rosa, associé dans le restaurant depuis 1997, a été le chef pendant environ 33 ans. Quand on y pense, quelqu’un a pu passer une vie à manger sa pizza. Assez pour tomber en manque le 14 novembre 2011, date de la fermeture.

Le très beau plafond de bois de la salle à manger. J'espère qu'il a été récupéré.

Une fois la nourriture préparée, ceux qui l’apportent aux personnes qui vont déguster se trouvent à être associés au plaisir de manger, c’est pourquoi les personnes qui posent le plat sur la table sont si importantes. Autrement dit, la personne souriante qui apporte votre plat est un avant-goût du plaisir de ce que vous allez manger.

Ça, le restaurant Charles l’avait.

Les proprios

Alors que Jimmy, Lawrence et Armand Poulin étaient propriétaires, Richard Poulin travaillait à la cuisine comme plongeur et garçon à tout faire dès 1968. En 1978 il est actionnaire puis propriétaire. En 1997, Richard Rosa, à ce moment-là chef cuisinier depuis 22 ans, et Lucille Baillageon serveuse depuis 31 ans deviennent des associés de Richard Poulin. Une cinquantaine d’employés assuraient en permanence la bonne marche du restaurant en tout temps.

On dit parfois que toute bonne chose a une fin. Cela semble malheureusement exact.

Que de bons souvenirs ont amassé les milliers de clients du Charles au cours des années. Entre amis, en famille… Combien de fois la petite phrase « allons au Charles » a-t-elle été dite ? On ne saura jamais le chiffre exact, mais il est très élevé.

Voilà ! Tout est consommé

Adieu Charles, tu vas nous manquer.

Raymond Vachon
SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo