Ajoutez ce site comme page de démarrage

Go go, Legault go !

Photo: René d'Anjou

L’ex-ministre très low profile de Parti québécois, François Legault vient de dévoiler un nouveau mouvement pour de nouvelles idées qu’il appelle la Coalition pour l’avenir du Québec.

De beaux mots sur lesquels il a très peu élaboré ne serait-ce pour dire qu’on va devoir payer plus cher en haussant les tarifs Hydro-Québec, afin de mieux payer les enseignants, de réformer la santé et la culture.

Élu pour la première fois en 1998 et nommé ministre sous Lucien Bouchard, cet homme d’affaires a démissionné, onze ans plus tard, alors que le Parti québécois était dirigé par Pauline Marois et que le Parti québécois est dans l’opposition.

Il parle de mieux payer les enseignants, mais son passage à l’Éducation n’a pas été des plus reluisants et il a fait un certain nombre de faux pas, dont celui de mettre fin aux notes traditionnelles dans les bulletins scolaires.  Son passage au ministère de la Santé n’a guère été plus brillant.  Ainsi, sur le site de la Société Radio-Canada, on indique que « De la loi 114 destinée à forcer les médecins à combler les urgences qui s’est révélée n’être, en définitive, qu’une forme de conscription aux bulletins des hôpitaux, inefficaces et inutiles, le mandat à la Santé de François Legault a terni l’image de solide gestionnaire qu’il avait su se forger lors de son passage à l’Éducation ».

 
 

Comment peut-on voir un messie en quelqu’un qui n’a pu rien régler lorsqu’il était au pouvoir?  Pourtant un sondeur a trouvé de nombreux Québécois prêts à élire un parti qui n’existe pas encore, avec un chef qui n’a rien révélé de révélateur.  Il faudrait remettre nos tuques pour garder notre cerveau au chaud et nous questionner sur ce que nous apporte de nouveau et de dynamique François Legault qui n’a jamais impressionné qui que ce soit dans le passé.

Photo: René d’Anjou

 

 Marc Bellemare et François Legault

Dans une certaine mesure, nous pourrions comparer l’ex-ministre Legault au Parti québécois comme l’ex-ministre de la Justice,  Marc Bellemare au Parti libéral.  Le premier est né en mai 1957 et le second, en mai 1956, à moins de 100 kilomètres l’un de l’autre puisque M. Bellemare est né à Saint-Hyacinthe et M. Legault à Sainte-Anne-de-Bellevue.

L’un comme l’autre n’a pas laissé sa marque dans le milieu où ils ont été appelés à œuvrer.

httpv://www.youtube.com/watch?v=cfhePGAA_qM&NR=1

httpv://www.youtube.com/watch?v=y5ERL5r0h1Y

Être calife à la place du calife

François Legault donne l’impression de vouloir faire ce qu’il n’a pas réussi à faire lorsqu’il était au pouvoir.   Même si Gérard Deltell, le chef adéquiste, fait preuve d’ouverture d’esprit à l’endroit de l’ancien ministre péquiste, on a surtout l’impression que M. Legault voudrait être le chef à la place du chef, mais Deltell a-t-il vraiment le goût de s’effacer pour laisser la place à cet homme qui reprend les idées de l’ADQ sur l’éducation et la santé.

Le passage de François Legault à Tout le monde en parle, n’a guère impressionné et, pour employer l’expression de son animateur, Guy-A. Lepage, «L’éléphant a accouché d’un projet de souris». Il faudrait sans doute qu’il se défasse du corset qu’il semble porter, de la tête aux pieds! Il semble coulé dans le béton, pour rester poli.

Que peut-on retenir des propos de M. Legault, que ce soit dans le cadre de cette émission ou lors de sa conférence de presse avec l’homme d’affaires Charles Sirois?  Peu de chose en somme qui ne soit connue ou qui ne soit déjà prônée par les autres partis, que ce soit l’ADQ, le PQ ou le PLQ.

Bref, François Legault donne de plus en plus l’impression de vouloir être Calife à la place du calife.

SHSartigan
CarteVetementsSevigny
PBeauceville
CarteDanaki
St-Côme
Raymond Vachon

Chercher dans les archives

Chercher par date
Chercher par catégorie
Chercher avec Google

Galerie photo